Assemblée Nationale

S’inscrire à l’infolettre :

question d’Alain Bocquet

Publié le 22 janvier 2009

Alain BOCQUET Député communiste et républicain Département du Nord Groupe de la gauche démocrate et républicaine

Question au gouvernement mercredi 21 janvier 2009 – 1ère séance

Monsieur le Premier ministre, mes chers collègues, j’ai bien entendu les paroles benoîtes de M. Fillon, celles du secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement, celles de M. Copé, mais la vérité, à propos des graves incidents d’hier soir, c’est qu’on a empêché des représentants du groupe GDR et du groupe Nouveau Centre de s’exprimer sur l’article 13.

Cela augure très mal du nouveau règlement que l’on veut nous imposer et qui n’est rien d’autre qu’un monstre législatif issu de la révision de la Constitution. Les membres du groupe GDR s’honorent d’avoir voté contre cette révision, car elle conduit à une évidente bipolarisation et vise à bâillonner l’expression du Parlement.


C’est une dérive autocratique inacceptable, dans le droit fil de ce qui se pratique aujourd’hui dans le pays, avec une politique volontariste au service du capital financier, de l’argent, et au mépris des intérêts de notre peuple. Le groupe GDR proteste contre une telle situation et demande le retrait du projet de loi organique, qui ne contribuera pas à démocratiser la représentation nationale, mais au contraire à la bipolariser et à empêcher une véritable démocratie. Il faut revenir à une vraie démocratie parlementaire. (Applaudissements sur les bancs du groupe GDR. –

Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

Monsieur le Premier ministre, le groupe Total va distribuer 5 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires. Le sidérurgiste Mittal versera la même somme aux siens, dont plus de 2 milliards pour la seule famille Mittal, tout en supprimant 6 000 emplois. De 2003 à 2007, BNP-Paribas a versé à ses actionnaires la moitié de ses bénéfices, c’est-à-dire 16,5 milliards d’euros, et cette banque vient de recevoir de l’État 2,55 milliards. Renault impose du chômage partiel ; alors qu’elle annonce 4 000 suppressions d’emplois, elle distribue actuellement 850 millions d’euros à ses actionnaires. Pour l’ensemble des entreprises du CAC 40, les dividendes servis prochainement sur les résultats de l’année 2008 devraient atteindre 40 milliards d’euros. Tout se passe actuellement dans notre pays comme si les fauteurs de crise devaient en être les profiteurs. C’est intolérable quand la crise touche durement l’emploi, les salaires et la vie des familles.

Le Président de la République peut toujours parler de moraliser le capitalisme ; tout continue comme avant ! Le diktat des dividendes des actionnaires s’impose toute honte bue.

Monsieur le Premier ministre, allez-vous supprimer le paquet fiscal, ces 15 milliards glissés par vous dans le portefeuille des plus riches ? (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.) Allez-vous rendre illégal le versement de dividendes aux actionnaires d’entreprises qui licencient et délocalisent ? Allez-vous inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale la proposition de loi qu’ont déposée les députés communistes pour affecter les dividendes à la garantie des salaires lors des périodes de chômage partiel ? Merci de votre écoute. (Applaudissements sur les bancs du groupe GDR.)}}

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08