Distribution de tracts devant Renault Douai

S’inscrire à l’infolettre :

Jean Jacques Candelier communique :

Publié le 22 janvier 2009

Communiqué, le 22 janvier, suite à la distribution de tract du PCF devant l’usine Renault Douai, en compagnie de Pierre LAURENT, dirigeant national du PCF Jean-Jacques CANDELIER, Député communiste du Nord

Le Gouvernement réunit actuellement les grands patrons de l’automobile au sein des « Etats Généraux de l’Automobile ». Par contre, la voix des salariés et de leurs représentants continue à être ostensiblement ignorée.

En quoi les patrons seraient plus légitimes pour trouver des solutions ?

On aurait pu imaginer que la crise ébranlerait certaines certitudes… Erreur !

Alors que les salariés subissent de plein fouet la crise, sans en être responsables, on leur oppose le mépris et l’indifférence !

Il n’y a donc strictement rien à entendre de tout ce bruit. On connaît maintenant la musique : quelles que soient les apparences ou les promesses faites la main sur le cœur, le Gouvernement et le patronat travaillent main dans la main pour surtout ne rien changer.

Pourtant, empêcher la casse de l’outil industriel en France est possible. Toutes les conditions sont réunies pour que continue d’exister et que se développe une puissante industrie automobile.

Pour cela, supprimer les « bonus » des patrons, c’est bien, mais exiger l’arrêt de tout versement de dividendes aux actionnaires, c’est mieux !

De même, les salariés veulent pouvoir réexaminer les conditions d’octroi des aides. C’est essentiel, les communistes le proposent.

Les salariés veulent être écoutés, entendus, ils veulent avoir voix au chapitre dans l’organisation du travail et de la production. Nous proposons de renforcer les attributions des élus du personnel afin qu’ils puissent agir sur l’ensemble des grands choix stratégiques.

Par ailleurs, on sait pertinemment que le maintien de l’emploi passe par l’arrêt des délocalisations et des importations sauvages. Nous proposons d’organiser le retour de la fabrication, la relocalisation de la production des petits modèles, les plus demandés sur le marché national. Voilà une priorité ! Enfin, il est urgent de mettre en œuvre une véritable politique industrielle, qui tourne le dos aux dogmes de Bruxelles. Prises de participations de l’Etat, politique massive de recherche et développement, formation, responsabilisation des entreprises donneuses d’ordre, intégration des filières… En parler, c’est bien, le faire, c’est mieux !

Mais on le sait aussi : il n’y aura pas de relance sans une mobilisation forte de tous. C’est pourquoi, dans la continuité de la mobilisation exceptionnelle du 18 décembre à Douai, il nous faut poursuivre nos efforts et amplifier le mouvement avec un 29 janvier puissant et unitaire.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08