5 novembre 2012 Conseil Général

S’inscrire à l’infolettre :

Conférence de presse du Groupe Communiste - Front de Gauche

Publié le 5 novembre 2012

Intervention de Fabien THIÉMÉ - Maire de Marly - Vice-Président du Conseil Général

SITUATION SOCIALE ET ECONOMIQUE

Nous sortons de 10 années de régression sociale et de soumission aux puissances d’argent, animées par la volonté d’en finir avec les avancées du Conseil National de la Résistance, des avancées guidées par la volonté de vivre mieux, dans le bonheur et la dignité, au lendemain d’une crise mondiale et dans un pays à reconstruire.


10 ans qui ont marqué le pire bilan de régression sociale, économique, et démocratique qu’il nous ait été donné de vivre depuis 1945 :

  • des centaines d’entreprises fermées, un million de demandeurs d’emplois supplémentaire, l’emploi industriel dévasté
  • 170 000 emplois supprimés dans la seule fonction publique d’Etat
  • Trop nombreuses fermetures de classes et des milliers de postes d’enseignants (70 000) le droit à la santé, au logement remis en cause,
  • Un pouvoir d’achat, des salaires, des allocations, des pensions en berne, une souffrance indescriptible pour des millions de citoyennes et citoyens…
  • La fin de la retraite à 60 ans
  • Les attaques contre le droit du travail, la remise en cause des droits des salariés, du droit de grève,
  • Une France appauvrie avec 8,2 millions de personnes, vivant avec moins de 954 euros par mois (rapport 2011-2012 de l’Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale)

Ce dont nous avons véritablement besoin aujourd’hui, c’est de plus d’emplois stables – notamment pour nos jeunes -, de salaires décents, de plus de pouvoir d’achat, de services publics performants.

L’argent, contrairement à ce que l’on entend trop souvent, existe pour mener une telle politique. Un seul chiffre : en près de 30 ans, 10 % de la totalité de la richesse produite dans notre pays est passée de la poche des salariés à celle des actionnaires, soit 195 milliards d’euros par an.

UNE INDUSTRIE EN CRISE

Notre Région concentre, essentiellement dans le Valenciennois, la moitié des emplois de l’industrie ferroviaire, sa filière automobile est la 2ème de France, son agroalimentaire parmi les premières et elle dispose du 3ème pôle de biologie santé de France.

L’industrie française, depuis plusieurs années, est en crise. La part de l’emploi industriel dans l’emploi total est passée de 32,2 % à 19,9 % entre 1978 et 2008.

Le ferroviaire et l’automobile sont deux secteurs cruciaux pour l’économie régionale et valenciennoise, l’automobile représentant plus de 30.000 emplois dans la région et le ferroviaire plus de 10.000 emplois dont 8.000 dans le seul Valenciennois.

Or, de graves menaces continuent de peser sur notre industrie, notamment automobile.

Dans le Valenciennois, si Toyota Onnaing a récemment fait l’objet d’une annonce positive avec la fabrication de la Yaris à motorisation essence pour le territoire nord américain, il n’en reste pas moins que :

  • La situation reste très inquiétante chez Sevelnord
  • PSA Trith-Saint-Léger : ne produira pas la boîte de vitesses DCT.nCette production ouvrait des perspectives positives pour l’emploi et la pérennité de ce site puisque 220 millions d’euros devaient être investis et 400 emplois créés.
  • Plus généralement, l’inquiétude grandit dans divers secteurs

Selon les chiffres de pôle emploi, l’industrie valenciennoise a d’ailleurs perdu 2 020 emplois rien qu’entre 2008 et 2010.

Parallèlement, les délocalisations continuent, les charges et cadences de travail ne cessent de s’amplifier mais les salaires et la situation de l’emploi ne s’améliorent pas.

Des mesures urgentes s’imposent :

  • Création d’un pôle industriel régional englobant l’automobile, le ferroviaire, la chimie.
  • Mise en place d’un moratoire sur tous les plans sociaux afin de rechercher des solutions alternatives s’appuyant notamment sur les contre-propositions des salariés
  • adoption d’une loi sur l’interdiction des licenciements boursiers
  • instauration de pouvoirs nouveaux pour les salariés afin de réorienter les choix de gestion

Plus que tout, il convient aujourd’hui de mobiliser autrement l’argent des entreprises, des banques, des fonds publics et de réorienter la Banque Centrale Européenne pour une utilisation de la monnaie et du crédit favorisant la création, la sécurisation, la promotion de l’emploi, de la formation et des revenus du travail.

Si l’industrie a fait notre richesse, en l’inscrivant dans la modernité, en adaptant nos modes de production, de consommation et d’échanges aux intérêts des populations, de notre environnement, elle peut aussi faire notre avenir.

Et puisqu’il est question d’avenir, rappelons que le Canal Seine Nord Europe doit se concrétiser. Ce projet devrait entrainer la création de 4 500 emplois directs qui pourraient concerner les habitants du territoire dès 2013, 25 000 emplois à l’horizon 2025, et doit, à ce titre, impérativement voir le jour.

BILAN DE L’ACTION – ENFANCE, FAMILLE, JEUNESSE

L’année 2012 a été très riche. Elle a vu de nombreuses mesures nouvelles, en grande partie volontaristes, et de nouveaux efforts budgétaires, dans le contexte que chacun connait.

➢ adoption du Schéma Départemental Enfance, Famille, Jeunesse pour la période 2012-2015. Fixe les grandes orientations.

➢ le chéquier jeunes qui vise à soutenir l’accès à la culture, au sport, aux loisirs des jeunes de 3ème (nés en 1997). Chéquier d’un montant de 50 € à utiliser auprès des partenaires affiliés.

➢ l’aide au permis de conduire (1000 euros pour 1000 jeunes) qui vise à favoriser l’insertion professionnelle des jeunes.

➢ nouveau plan pour soutenir la création de structures d’accueil de la petite enfance (adopté le 26 mars 2012). Vient majorer les financements en investissement pour les projets se situant sur des territoires déficitaires en structures d’accueil. Il renforce également la qualité d’accueil en soutenant plus particulièrement la création de structures de petite taille (20 places maximum) et prend mieux en compte la problématique des familles en parcours d’insertion via une subvention exceptionnelle de 5.000 €.

On peut aussi noter que :

➢ l’accès aux loisirs des jeunes a été conforté avec l’opération « Un Eté en Nord », à hauteur de 272 055 € et avec l’opération « Loisir jeunes dans le Nord » avec un budget de 960.000 € en 2012.

➢ l’accès au logement des jeunes a également été une préoccupation importante, à travers le subventionnement de 14 Foyers de Jeunes Travailleurs, répartis sur l’ensemble du territoire, pour un budget en 2012 de 3,1 M€ ( progression de plus de 13 % par rapport à 2011),

➢ Hausse du budget consacré à la formation des assistants maternels (hausse de 53,8%)

➢ Renforcement de la qualité de l’accueil familial : avec un budget de 134,2 M€ soit une progression de 2,23 % par rapport à 2011.

Rappel des crédits 2012 :

➢ jeunesse : 36,2 M€ en dépenses de fonctionnement (+ 5,02% par rapport au BP 2011)

➢ enfance famille : 418,4 M€ en dépenses de fonctionnement (+ 2,76% par rapport au BP 2011)

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08