S’inscrire à l’infolettre :

Et la santé au travail ?

Publié le 24 février 2006

Examiné dans 4 structures géographiques rassemblant des professionnels de santé et des élus, ce document a été rejeté majoritairement dans chacune de ses structures. Le conseiller général communiste Charles Beauchamp, présent dans celle de l’Artois, critique également les conditions dans lesquelles ce débat a eu lieu. « 45 jours de délai pour nous prononcer sur un document de 431 pages, incompréhensibles pour un non initié, et qui engage pour une durée de cinq ans, c’est faire peu de cas de la démocratie » dit-il. « Alors que l’alcoolisme continue de toucher une proportion importante de la population de la région, le SROS n’aborde même pas la question » s’indigne encore le conseiller général. « Il faut reprendre les choses à l’endroit, et partir dedans des besoins de la population, engager une vraie discussion avec les personnes concernées, avant de présenter un SROS » affirme pour sa part Bernard Debreu, maire de Seclin, et président à ce titre du Conseil d’administration de l’hôpital de Seclin.

« L’Etat est normalement le garant de l’égalité des citoyens devant la santé. Nous nous opposons à cette médecine à deux vitesses que l’on voit chaque jour s’installer. C’est pour cela que nous nous sommes opposés à la convention avec l’ARH » assure encore Françoise Thilliez.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08