Conseil communautaire de Valenciennes Métropole du 23 mai 2013

S’inscrire à l’infolettre :

Le Centre des Congrès voté par le Conseil communautaire !

Publié le 29 mai 2013

Le Centre des Congrès voté par le Conseil communautaire !

Hier soir, deux morceaux de choix étaient au menu du Conseil communautaire de Valenciennes Métropole avec le vote sur l’intérêt communautaire d’un Centre des Expositions et des Congrès sur la commune d’Anzin et l’application de la loi modifiant la représentativité des communes au sein des intercommunalités.

Sur le principe

Un projet de centre d’expositions et de congrès n’est pas une nouveauté sur le territoire. Par suite, ce fut sans surprise que l’ensemble des élus a poinçonné la pertinence de ce projet sauf par le maire d’Aulnoy-lez-Valenciennes. " Le manque d’un tel équipement, type centre des congrès, a été pointé par les élus du territoire. Essayez d’organiser un séminaire ou un congrès sur Valenciennes…Un tel équipement va générer 10 millions d’euros d’activités et près de 8 000 nuités par an ", déclare la présidente de Valenciennes Métropole.


Des propos confortés par Joel Gaillet, pour le Front de Gauche, indiquant " que la création d’un tel équipement est utile pour le territoire même s’il faut veiller à ce qu’il ne plombe pas la capacité de la CAVM pour les autres projets." L’approbation sur sa pertinence aurait pu faire un grand chelem sauf que Laurent Depagne est monté vigoureusement au créneau sans peur. " Je serai le procureur ce soir car le besoin d’un centre des congrès n’est pas prouvé. Nous sommes sur un marché concurrentiel face à Lille Grand Palais, Gayant à Douai voire la ville de Mons en Belgique. Le bureau d’étude a stigmatisé la carence d’un aéroport, d’un TGV régulier et de capacité hôtelière ! De plus, la priorité en 2013 n’est pas d’investir 30 millions d’euros, durant une période de contraction budgétaire, dans ce projet avec un déficit d’exploitation à la clé !"

Une position fustigé par Valérie Létard " je ne peux laisser dire que la CAVM doit pallier les carences du désengagement de l’Etat. Notre rôle est de mettre en place des équipements structurants pour notre territoire. De plus, ce financement n’obérera pas notre programme en terme d’investissement ! Sur le volet économique, les hôteliers ne cessent de nous indiquer un problème de fréquentation le week-end ", précise Valérie Létard.

Sur le lieu

Sur cet aspect, la problématique est beaucoup plus complexe. En effet, parmi les six sites étudiés par le cabinet auteur de l’analyse, celui des Rives Créatives de l’Escaut sur Anzin est retenu comme le plus pertinent. " A proximité d’une station de tramway à 400 mètres, 3 stations de la SNCF et 5 de la Place d’Armes. Le site de Technopole était trop éloigné du centre et de sa gare SNCF absolument rédhibitoire pour le cabinet d’audit."

Si Joel Gaillet souligne " un bon choix d’emplacement à la reconquête d’une friche industrielle", Pierre-Michel Bernard, heureux maire hôte de ce palais des congrès a du mal à comprendre " la soudaine vive opposition sur cet emplacement. Hier, tout le monde trouvait merveilleux ce site pour la serre numérique et aujourd’hui terrible pour ce nouvel équipement. " Une réponse face à l’offensive musclée de la ville centre face à ce choix d’implantation. Malgré l’absence remarquée de Dominique Riquet et de Jean-Claude Dulieu, deux vice-présidents qui ont vivement critiqué le choix sur Anzin durant le conseil municipal de Valenciennes mais également Laurent Degallaix, maire de Valenciennes, absent à ce conseil communautaire tout comme au bureau communautaire où le dit projet fut validé, la position de la ville de Valenciennes fut donc défendue par Brigitte Guionnet : " A la demande de Dominique Riquet, la ville de Valenciennes souhaite séparer en deux cette délibération. Une sur son intérêt communautaire incontesté et de l’autre son positionnement car vous connaissez l’avis de Valenciennes sur ce sujet. " Dommage que les plus virulents opposants n’étaient pas présents, toute opinion est recevable et mérite qu’on la défende publiquement !

La présidente de Valenciennes Métropole a évoqué cette question et la réponse effectuée par l’Etat, via le sous-préfet Franck-Olivier Lachaud, précisant que cette Déclaration d’Intérêt Communautaire devait comporter le principe et le lieu !

Durant ce débat très riche, Joel Soigneux lanca " peu importe du moment qu’il existe " en argumentant sur la vie de ce type d’équipement sur le long terme. " Malgré les critques, pour ou contre, ici ou là, personne ne revient le mettre en cause une fois opérationnel " car il est adpoté par le territoire et sa population en quelque sorte !

Le vote final est 4 voix contre, 5 abstentions et par suite cette délibération d’intérêt communautaire d’un centre des expositions et des congrès, sur le site d’Anzin, est votée ce jeudi 23 mai 2013 !

Nouvelle loi, nouvelle donne pour l’intercommunalité !

La loi de 2010 d’un sénateur, Alain Richard, s’est traduite par un décret d’application devant modifier la représentation des communes aux sein des intercommunalités pour les prochaines élections municipales. " Nous avions deux possibilités, l’application du Droit commun où la faculté de trouver un accord local pour désigner les élus communautaires ", explique la présidente. Après concertation et au bout de ce processus, la solution d’un accord local fut retenue par les élus de Valenciennes Métropole. Ainsi, l’esprit de la création de cette communauté d’agglomération par Jean-Louis Borloo où chaque " commune a sa juste place au sein d’un projet collectif " est préservé !

Actuellement, la CAVM est dotée de 96 élus issus des communes. Pour être conforme à la loi, cette institution doit, au maximum, comprendre 92 élus. Pour respecter les critères de cette nouvelle loi, les communes de Petite-Forêt et de Condé-sur-l’Escaut perdent un siège en rapport avec la baisse de leur démographie. " Ensuite, les deux plus petites communes, St Aybert et Monchaux sur Ecaillon passent de 2 sièges à 1 siège plus un suppléant. Nous avons saisi cette possibilité, suite à un amendement, permettant à une commune avec un siège d’avoir un suppléant en cas d’indisponibilité. Je remercie ces 2 communes rurales pour leur effort et nous nous en souviendrons " , précise Valérie Létard.

Plus généralement, la prochaine loi de décentralisation déroulée, par étapes, aux parlementaires va complètement bouleverser le paysage de nos structures actuelles. Si la décentralisation est de mise, la régionalisation à outrance va devenir le nouveau " La " pour décider de toute politique communale… Dans les deux cas, le maire et son autorité ne seront plus que factices sauf pour couper les rubans !

En bref...

Une délibération a prolongé la DSP de Vert-Marine du 17 juin au 31 août sur le site de Valigloo (patinoire), conformément à la loi, afin " de créer les meilleures conditions pour l’analyse de l’appel d’offres en cours ", souligne Fabien Thiémé, vice-président aux sports. Le prochain exploitant prendre ainsi les commandes de cet équipement sportif dès la rentrée scolaire 2013.

(Sujet sur le schéma régional du développement durable présenté à la CAVM dans une prochaine édition)

Daniel Carlier

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08