Commission Départementale de Présence Postale Territoriale

S’inscrire à l’infolettre :

Intervention de Charles BEAUCHAMP -27 mars 2013

Publié le 29 mars 2013

Cette réunion de la Commission Départementale de Présence Postale Territoriale est importante puisqu’il s’agit pour la Poste de recueillir un avis, seulement un avis, sur le contrat de présence postale territoriale.

L’intérêt serait de présenter d’abord un état des lieux postal dans notre Département.

Par état des lieux postal, j’entends, l’effectif du personnel de la Poste, leur diminution, leurs statuts, et je mets statuts au pluriel, les difficultés que rencontrent ces personnels dans l’exécution de leurs missions.

Une organisation syndicale dénonce d’ailleurs que depuis 10 ans 1 emploi par heure est supprimé à la Poste dont 5 000 en 2012.


Je m’adresse à vous Monsieur le Président de Commission, Monsieur SAISON ne pensez-vous pas qu’il serait opportun dans le cadre de cette préparation de contrat, d’auditionner les organisations syndicales de la Poste afin de recueillir leur avis ?

L’Etat des lieux postal, c’est aussi le nombre de bureaux de poste restants, ceux qui ont été fermés, ceux qui ont vu leur plage horaire d’ouverture au public diminuée, ceux qui ont été transformés en Agence Postale Communale ou en relais commerçant.

A ce sujet, les services offerts par une A.P.C. ou un relais commerçant sont inférieurs à ceux d’un bureau de Poste. Le personnel de l’A.P.C. est rémunéré par la commune qui bénéficie aujourd’hui, d’une compensation financière de la Poste.

Le risque étant que si par exemple la poste allemande ou néerlandaise s’implante en France et qu’elle accuse la Poste française de financer les collectivités pour faire son travail, celle-ci sera obligée de s’en dégager au nom de la concurrence libre et non faussée, refusée majoritairement par les français mais imposée par Nicolas SARKOZY et une majorité de parlementaires.

La Direction de la Poste encouragerait maintenant la création des A.P.I. : des Agences postales Intercommunales.

Est-ce une adhésion à cette volonté minoritaire de voir disparaître les communes ?

Est-ce une recherche accrue de rentabilité en limitant la participation financière en direction du fonctionnement de ces Agences ?

Les deux peut-être.

Avec la privatisation, la marchandisation des Services Publics voulues par les partisans de l’Europe du capitalisme financier, la Poste doit rentabiliser son réseau au mépris des conditions de travail et du service rendu à la population.

Pour cela, elle doit se séparer de son réseau le moins rentable, essentiellement en milieu rural, mais la colère des élus, notamment des élus ruraux a obligé la Direction de la Poste à négocier avec l’Association des Maires de France.

La Direction de la Poste a pris des engagements.

Qu’en est-t-il de ces engagements, notamment dans notre Département ?

Cette réunion ne doit pas être pour la Direction de la Poste un simulacre d’engagements, de concertation, de démocratie.

J’emploie le mot simulacre parce que, quand la Direction de la Poste, sans en informer le Maire d’une commune, je dis bien sans en informer le Maire, modifie en les réduisant les plages horaires d’ouverture d’un bureau de Poste, le mot simulacre est tout à fait adaptée.

J’attends de cette réunion une volonté politique de participer au réaménagement du territoire par un maillage de proximité des Services Publics, ici les bureaux de poste, respectueux des conditions de vie des citoyens et de l’engagement des élus.

En octobre 2009, la votation citoyenne a plébiscité un véritable service public postal, ce plébiscite a été confirmé lors des élections de mai et juin 2012 avec cette exigence de changement.

C’est en m’appuyant sur ces exigences de changement, qu’avec le Parti Communiste et les forces du Front de Gauche, je continuerai à lutter pour un véritable Service Public Postal et de la Communication en adéquation avec l’évolution des nouvelles technologies, déconnecté des marchés financiers.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08