Conseil Régional

S’inscrire à l’infolettre :

Intervention de Monsieur Dany WALLYN Pour le Groupe Communiste Républicain

Publié le 17 décembre 2008

Intervention de Monsieur Dany WALLYN Pour le Groupe Communiste Républicain Séance Plénière du Mercredi 17 Décembre 2008

Objet : Budget Primitif 2009 Développement Economique et Nouvelles Technologies

Monsieur le Président, , Monsieur le Vice-Président, , Chers Collègues,

Les conséquences de la crise financière mondiale commencent à affecter notre économie régionale en développant une nouvelle forme d’insécurité sociale au sein de nos territoires.

Cette crise n’est pas une fatalité, elle est le résultat des politiques libérales et sociales libérales menées depuis plus de 20 ans, fondées sur l’abaissement des coûts salariaux et des dépenses sociales. C’est l’excès d’argent disponible sur les marchés financiers qui a entraîné les catastrophes économiques et sociales que nous constatons aujourd’hui.


1 million de milliards de dollars : c’est le montant des produits financiers dans le monde servant à alimenter la spéculation pour la spéculation. Cette masse d’argent représente 20 ans de production mondiale. C’est le tout financier au détriment de l’économie réelle créatrice d’emploi.

« Les caisses de l’Etat sont vides » nous explique-t-on depuis des années … Pourtant, en France, comme dans des dizaines d’autres pays, le magicien, funambule Nicolas SARKOZY n’a pas mis longtemps avant de sortir 360 milliards d’euros de son chapeau, pour renflouer les banques et garantir leurs transactions et cela sans demander contrepartie.

En clair, les pertes de l’économie casino sont payées par les citoyens, les salariés pendant que les profits explosent et continuent d’être distribués sans aucun contrôle aux appétits insatiables des requins de la finance.

La région a perdu plus de 37.000 emplois industriels depuis 1985, et la tertiarisation de l’économie n’a aucunement compensé ces suppressions. Cela n’a servi qu’a précariser un peu plus l’emploi. Alors, si nous n’avons pas encore de vision sur les conséquences réelles et à long terme de la crise, certaines grandes entreprises n’ont pas hésité une seconde à sauter sur ce prétexte pour anticiper la mise en œuvre de plans sociaux à l’exemple de La Redoute et d’Arcelor Mittal.

Dans l’automobile et la sidérurgie ce sont des milliers de salariés qui sont en repos forcés, pour causes d’arrêt des lignes de production. Dans cette situation particulière, le volontarisme politique au sens noble du terme est nécessaire au niveaux régional pour agir de manière raisonnée afin d’amortir, au mieux, une crise qui reste encore, malheureusement, à venir… dont nous ne connaissons pas encore, de manière exhaustive, l’ampleur qu’elle risque de générer sur l’économie réelle.

Au delà de cette posture nécessaire, il nous faut aussi avoir le courage politique de dire que la régulation ne suffira pas à moraliser le capitalisme financier.

Mieux vaut, comme le disait un philosophe, compter sur les lois que sur une improbable évolution de la nature humaine pour régler le destin de nos nations et de nos territoires.

Au delà de cette tourmente financière, notre région dispose d’atouts importants. Avec une P.I.B de 91 milliards , le Nord-Pas-de-Calais est la 3ème région économique française. Avec ses 4 millions d’habitants, ses 97.000 établissements et ses 980.000 salariés, la région possède de nombreux atouts au sein de l’espace européen. Son positionnement stratégique, ses équipements, sa culture industrielle et ses compétences doivent lui permettre de prétendre à l’excellence sociale et économique.

Certes, la région subit les effets néfastes d’une politique nationale et internationale qui destructure socialement et économiquement nos territoires. Mais au delà de ce constat, nous persistons à croire qu’il existe des marges de manœuvre pour ouvrir des brèches, des ruptures au niveau régional pour répondre aux attentes de nos populations.

C’est pourquoi, dans le cadre de notre SRDE, lieu ou se construit de manière partenariale notre politique économique régionale, il nous faut travailler sur les propositions suivantes :

  • Création d’une Agence Régionale de Notation Sociale, Economique et Environnementale afin d’avoir une lisibilité sur les choix et options stratégiques des actionnaires des entreprises mais aussi pour valoriser les bonnes pratiques de nos entreprises régionales et lutter efficacement contre l’économie financiarisée. Cette structure permettrait de valider en amont les éventuelles aides publiques sollicitées par les entreprises en fonction de leurs engagements en faveur de projets créateurs d’emplois nouveaux et durables.
  • Réactiver le principe d’interpeller les pouvoirs publics pour l’obtention de moratoires suspensifs aux éventuels plans sociaux, la réunion de tables rondes sur des projets alternatifs, d’agir pour la revitalisation des activités et l’obtention de bons reclassements avec le recours à des études et des expertises à la disposition des comités d’entreprises.
  • Revendiquer auprès de l’Etat la décentralisation d’une partie du des moyens financiers en région consacrée au soutien spécifique de l’activité des PME dans la perspective de créer un Fonds Régional pour l’Emploi et le Développement Economique.
  • Création d’un groupe de travail pour lancer une réflexion sur la fusion des outils financiers existants en Région, dans la perspective de créer un Pôle Public Financier Régional qui aurait pour vocation de financer des crédits à des taux quasiment nul afin de soutenir des projets innovants créateurs d’emplois en faveur des PME-TPE
  • Mise en place de cellules de veille par bassin d’emploi permettant d’anticiper toutes les mutations au mouvement touchant à la structuration de l’emploi en y associant les élus et les partenaires sociaux dans le cadre des Plans Locaux de Développement Economique
  • nomination de grands VRP régionaux au sein de nos territoires pour co-animer nos politiques économiques dans le cadre des PLDE

Enfin, concernant la formation professionnelle, et dans la perspective de nouveaux plans sociaux, il nous faut réfléchir en lien avec l’Etat et les partenaires socio-économiques à une sécurisation renforcée des parcours professionnels des salariés menacées dans leur emploi. C’est pourquoi, nous soutenons de manière pro-active l’expérimentation du Vice-Président qui sera lancée prochainement en direction de salariés un lien avec différents OPCA.

Concernant le F.A.S. qui vise la phase aval, il nous faut dépasser la structuration de ce dispositif pour offrir un véritable package, formation rémunération sous la forme d’un PASS Emploi en y associant à sa construction l’ensemble des partenaires.

Il nous faut aussi réfléchir à la mise en œuvre d’un plan de formation en faveur des salariés de la filière automobile victimes de mesures de chômage technique en mobilisant le dispositif « Validation des Acquis de l’Expérience » et les moyens financiers des entreprises consacrés à la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Pour conclure, j’aimerai aussi connaître l’état de réflexion de l’Exécutif sur l’idée de créer un Service Public Régional de Formation en lien avec l’AFPA pour éviter la « marchandisation » d’un secteur éducatif au regard de l’obligation de mettre en mode marche notre P.R.F ?

Je vous remercie de votre attention.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08