Conseil Régional

S’inscrire à l’infolettre :

Séance plénière du 26 mars 2010

Publié le 26 mars 2010

Intervention d’Alain BRUNEEL - Président du Groupe Communiste, Parti de Gauche et Unitaires du Conseil Régional Nord Pas de Calais

Monsieur le Président, Chers collègues,

Les habitants du Nord Pas de Calais viennent de nous adresser un message fort et clair. Leur abstention massive exprime leur colère et leur doute sur la volonté et la capacité des politiques à changer leur vie au quotidien. Cela nous renvoie à nos responsabilités d’élus pour répondre concrètement aux aspirations sociales profondes.

Les électeurs ont sanctionné durement la politique de droite de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement dont les ministres du Nord Pas de Calais obtiennent le plus mauvais résultat de France.

C’est une condamnation, sans ambiguïtés, des politiques libérales décidées à Paris et à Bruxelles et contenues dans le traité de Lisbonne dont les français ne veulent pas.


Cette condamnation, nationale et régionale doit être un levier pour des démarches politiques qui associent pleinement les citoyens aux choix qui les concernent.

Ce vote s’inscrit dans la continuité des luttes sociales pour l’emploi, les salaires, le maintien de la retraite à 60 ans, la défense des services publics, l’environnement et la santé. Ce mouvement social va s’élargir. Les élus de notre groupe communiste, parti de gauche et unitaires y prendront toute leur place.

La gauche rassemblée a la responsabilité de répondre à des exigences fortes, en rupture avec des choix de société inhumain que l’on veut imposer à notre peuple.

Comme deuxième force politique de gauche dans le Nord Pas de Calais les électeurs nous ont demandé de défendre des propositions profondément ancrées à gauche, crédibles et ambitieuses.

De contribuer à l’émergence d’une politique régionale combative qui refuse d’accompagner les choix gouvernementaux ou européens.

Avec le rassemblement du Front de gauche, un grand nombre d’hommes et de femmes se sont retrouvés autour de ce choix de société exprimés par ces quelques mots « l’Humain d’abord ! ».

Notre peuple refuse cette politique de droite qui casse et détruit des décennies d’avancées sociales ; qui ligote de plus en plus les libertés et tentent d’asphyxier le débat démocratique avec, la complaisance de certains médias aux ordres du président et de sa majorité.

Notre peuple en a assez d’être méprisé, assez d’une politique généreuse pour les banquiers et les actionnaires et si dures pour les simples gens.

IL refuse de payer la crise du système capitaliste qui trouve en quelques heures des milliards pour spéculer sur les places financières du monde et qui lui refuse la dignité de vivre décemment en France et dans notre région ou la pauvreté et la précarité explosent sur tous les territoires.

Une politique aux ordres du Medef et de la banque centrale européenne qui prônent disparition des services publics et plan d’austérité, qui accuse les peuples d’Europe d’être responsables des déficits publics, nouvelle arme idéologique utilisée pour tenter de culpabiliser et calmer les colères.

Malgré le camouflet électoral,le pouvoir demeure obstiné à poursuivre ses réformes qui sont de véritables reculs de société voir de civilisation.

Le projet de réforme territoriale vise à faire de nos régions des leviers pour mettre en œuvre ces objectifs de régression. De cela, nous ne voulons pas, et les électeurs qui se sont exprimés dimanche non plus.

Nous sommes déterminés face à l’extrême droite, qui, au-delà de ses postures populistes fortement médiatisées, porte des projets à l’opposé des réponses qu’attendent les habitants du Nord Pas-de-Calais : c’est la retraite à 65 ans, la régression sociale, les relents racistes et les cadeaux fiscaux en faveur des plus riches et des entreprises. Soyons clairs, sur les choix à mettre en œuvre dans le Nord Pas de Calais nous sommes des opposants déterminés aux politiques de la droite et à leurs conséquences dans la région.

Sur le contrôle des fonds publics : il n’est plus possible dans ce domaine de cautionner financièrement de grands groupes capitalistiques qui n’offrent en retour aucune garanties en matière d’emplois. On l’a bien vu récemment avec le groupe Mulliez et la lutte des salariées de Pimkie.

Au-delà des effets d’annonces, nous souhaitons que de véritables moyens opérationnels soient consacrés au contrôle des aides publiques, et à la traçabilité des capitaux.

Sur les questions d’enseignement, alors que plus de 600 suppressions de postes sont annoncées dans notre académie chaque année depuis 2004, la région doit peser de tout son poids elle qui a la responsabilité de l’entretien des lycées et des personnels non enseignants.

Nous combattrons la mise en concurrence du TER. Nous mettrons tout en oeuvre pour que la santé ne soit plus la lanterne rouge dans le Nord Pas de Calais.

Face à la droite et son extrême – car le centre droit a totalement disparu de notre hémicycle – nous sommes pleinement et totalement membre de la majorité de cette assemblée.

Chacun le sait nous sommes différents et c’est l’expression de cette différence qui a conduit les électeurs a nous confié des responsabilités particulières au sein même de la gauche régionale.

Notre ambition est de porter notre région dans le peloton de tête des régions françaises.

Plus qu’une ambition c’est une exigence sociale, économique, environnementale. C’est une exigence de respect envers 4 millions d’hommes et de femmes qui ont le droit à l’égalité républicaine.

La tâche est importante, urgente. Des choix nouveaux et audacieux sont à faire.

Nous serons des partenaires responsables et exigeants au sein de la majorité régionale en gardant notre totale liberté de parole et d’action. Par respect des électeurs il ne pourrait en être autrement sans renier la confiance qui nous a été faite lors de ce scrutin.

L’emploi est une des préoccupations centrales de nos concitoyens. Je pense bien sûr à TOTAL Dunkerque, mais aussi Arc international, au triage de Somain, à l’avenir de l’automobile dans la région et aujourd’hui aux salariés de S.C.A à Linselles.

Nous souhaitons des choix politiques déterminants pour cette nouvelle mandature régionale.

Monsieur le président, La situation de l’emploi est alarmante. Notre assemblée ne peut plus agir comme dans le mandat précédent. Il y a urgence de prendre des décisions politiques à la hauteur des attentes populaires. nous vous demandons : Que la première décision politique de cette nouvelle assemblée soit l’engagement que le Conseil Régional du Nord Pas de Calais s’oppose à l’arrêt de la Raffinerie TOTAL à Dunkerque et s’engage aux côtés des salariés et des populations concernées à exiger du gouvernement le maintien de cet outil industriel.

Les profits scandaleux d’un groupe qui souhaite se délocaliser, le caractère boursier de cette casse de l’emploi, les dégâts sociaux considérables provoqués par cette disparition possible sont des raisons suffisantes pour que notre institution prennent ses responsabilités comme le font avec sérieux et détermination les salariés concernés et leur-intersyndicale.

Défendre et développer notre industrie exige de garder celle qui existe, celle qui contribue à notre indépendance énergétique et au développement de nos territoires.

Choisir une démarche d’accompagnement (que viennent de refuser hier soir l’intersyndicale de TOTAL à la CUD de Dunkerque) serait ouvrir la porte à d’autres licenciements boursiers dans notre région.

Ce serait refaire les erreurs du passé à savoir accepter, comme argent comptant, les hypothétiques promesses de nouvelles créations d’emplois de reclassement qui ne sont jamais arrivés, par exemple, après la casse de la construction et réparation navale sur le dunkerquois.

Vous l’aurez compris, nous souhaitons au cours de ce mandat que le mouvement social et citoyen puisse avoir un pied dans l’institution régionale. Dans ce sens notre démarche s’inscrit dans une volonté de faire du neuf à gauche dans les propositions comme dans la pratique.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08