Accueil   >   Actions des élus   >   Municipalités   >   Marly   >   Fabien Thiémé

Le Sport dans le Département

S’inscrire à l’infolettre :

Fabien Thiémé écrit à David Douillet Ministre des Sports

Publié le 22 février 2012
Word - 38.5 ko
Courrier à David Douillet

Ce dimanche, vous vous rendrez à Valenciennes pour assister à la rencontre VAFC - Lille. Ce déplacement dans le Valenciennois est l’occasion pour moi de vous alerter sur la situation du sport dans ce territoire et notre Département, terres historiques de sport.

Nous n’insisterons, tout d’abord, jamais assez sur le rôle essentiel du sport. Son rôle est majeur pour la santé mais aussi pour la construction citoyenne de tout un chacun, rôle d’autant plus important quand on sait que le Nord compte près de 560 000 licenciés et, en parallèle, des indicateurs de santé alarmants.

Le sport, ce sont également ces milliers d’hommes et de femmes, de bénévoles, qui au sein des 7 500 associations sportives nordistes s’investissent au quotidien et qui contribuent, par la même occasion, au développement d’un « bien vivre ensemble » qui aujourd’hui, malheureusement, s’effrite.


Ce même sport qui, à travers la transmission de valeurs universelles, je pense au sens de l’effort, au mérite, ou encore à l’apprentissage des règles, donne à tout un chacun des repères indispensables à un bon épanouissement.

Le Valenciennois, terre de sport par excellence, n’échappe pas à ces enjeux humains et devrait, eu égard aux besoins en matière sanitaire, sociale et économique, faire l’objet d’un traitement positivement inégalitaire de la part de l’Etat, ce qui n’est pas le cas.

Aujourd’hui, la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) est menacée. Le solde de la subvention, soit 273.000 euros, serait bloqué et le Ministère des Sports menacerait de rompre la convention d’objectifs. Or, la FGST est une fédération d’éducation populaire de 265 000 adhérents qui, depuis 80 ans, s’appuie sur des bénévoles pour développer un sport associatif tout au long de la vie, accessible à toute la population, notamment aux milieux les plus populaires.

Elle est très présente dans le Valenciennois et développe de nombreuses actions d’éducation populaire. Elle doit, à ce titre, être pleinement soutenue. Aussi, que comptez-vous mettre en œuvre sur cette question ? De même, les centres médico-sportifs font face à des difficultés de trésorerie. Le Valenciennois en compte deux, gérés par l’association SPORT, sur les huit présents dans le Nord : un plateau technique de haut niveau à Denain et un centre médico-sportif à Saint-Amand.

Ces centres ont avant tout pour but la réalisation de visites de non-contre-indication à la pratique du sport et s’adressent à tout public (sportifs occasionnels, non licenciés, sportifs de haut niveau). Dans une région classée dernière sur l’ensemble des indicateurs de santé et où l’espérance de vie reste très largement inférieure à la moyenne nationale, ces centres répondent clairement à des besoins.

Là aussi, qu’entendez-vous mettre en œuvre, en lien avec le Ministère de la Santé, pour permettre à ces centres de continuer d’exister et de développer leurs actions de prévention et de suivi ?

Par ailleurs, il semblerait que de nombreuses petites associations sportives fassent l’objet, ces dernières années, de baisses régulières de subventions du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS), liées également au relèvement du plancher d’intervention. Ces baisses sont regrettables. Ces petites associations sont indispensables au sport de masse et essentielles en matière de maillage du territoire, de surcroit en milieu rural.

Compte tenu de leur efficacité et du caractère souvent irremplaçable de leurs actions, je vous demande quelles sont les intentions du gouvernement vis-à-vis de ces petites associations sportives.

Au-delà, je vous alerte sur les dangers de la réforme territoriale et de l’asphyxie financière des collectivités qui mènent des actions volontaristes en direction du sport. A titre d’exemple depuis 2004, la dette de l’Etat au Conseil Général du Nord, au titre des transferts de compétences, s’élève à 2 milliards d’Euros. C’est inacceptable et cela rend de plus en plus difficile le soutien volontariste apporté au mouvement sportif.

Le sport, véritable école de vie, et ses partenaires, tant associatifs qu’institutionnels, méritent mieux, vous en conviendrez. Je suis d’ailleurs, pour ma part et compte tenu de tous ces éléments, favorable à ce que l’on consacre 1 % du budget national au sport.

Dans l’attente de vous lire,

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’assurance de ma haute considération.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08