Accueil   >   Actions des élus   >   Municipalités   >   Marly   >   Fabien Thiémé

Emploi dans le Valenciennois

S’inscrire à l’infolettre :

Fabien Thiémé écrit au Premier Ministre

Publié le 23 avril 2009

Fabien THIĖMĖ Vice-Président du Conseil Général Délégué à l’Enfance et à la Famille Maire de Marly

Monsieur François FILLON Premier Ministre Hôtel de Matignon 57 rue de Varenne 75 700 PARIS

Monsieur le Premier Ministre,

Qu’il s’agisse de PPG Marly et Saultain, de Toyota Onnaing, d’Acument Vieux-Condé, de l’UMV Trith-Saint-Léger, de Simoldès Onnaing, de Sevelnord, de Faurecia Hordain, de Valenplast Lieu-Saint-Amand, et de nombreux autres encore, pas un jour ne se passe dans le valenciennois sans que l’on parle de licenciements, de chômage partiel, de menaces de délocalisations …

Cette situation, si elle s’étend sur tout le territoire national, n’a pas les mêmes conséquences pour tout un chacun ni pour tous les territoires.

En effet, le valenciennois connait des difficultés particulières (taux de chômage largement supérieur à la moyenne nationale, précarité accrue, difficultés scolaires plus prégnantes, mauvais indicateurs de santé …) qui, additionnées au contexte actuel et à l’importante place que tient cette industrie en matière d’emplois, vont sans nul doute et si rien n’est fait aller en s’aggravant.

Monsieur le Premier Ministre, il est aujourd’hui urgent d’entendre ce valenciennois qui souffre et revendique.

D’entendre ces salariés qui n’hésitent pas à se lever tôt et travailler dur pour, bien souvent, ne percevoir qu’un bien maigre salaire et qui réclament aujourd’hui toute la considération qui leur est due ;

D’entendre toutes ces familles qui sont de plus en plus nombreuses à éprouver des difficultés pour vivre décemment et subvenir à leurs besoins et qui réclament, à juste titre, une augmentation de leur pouvoir d’achat.

En un mot, d’entendre cette véritable urgence sociale qui, si elle est présente partout sur notre territoire, l’est encore plus dans le valenciennois.

Cette urgence doit vous alerter sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour préserver les emplois industriels et venir en aide aux salariés et à leurs familles.

Au-delà, elle illustre également l’importance d’organiser, et ce rapidement, un moratoire sur les licenciements et un contrôle des fonds publics alloués afin de s’assurer que les aides versées par l’Etat soient utilisées en faveur des salariés et de la pérennité des emplois.

Dans l’attente de vous lire et vous souhaitant bonne réception de la présente,

Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, en l’assurance de ma haute considération.


Fabien THIĖMĖ Vice-Président du Conseil Général Délégué à l’Enfance et à la Famille Maire de Marly

Monsieur François FILLON Premier Ministre Hôtel de Matignon 57 rue de Varenne 75 700 PARIS

Monsieur le Premier Ministre,

Qu’il s’agisse de PPG Marly et Saultain, de Toyota Onnaing, d’Acument Vieux-Condé, de l’UMV Trith-Saint-Léger, de Simoldès Onnaing, de Sevelnord, de Faurecia Hordain, de Valenplast Lieu-Saint-Amand, et de nombreux autres encore, pas un jour ne se passe dans le valenciennois sans que l’on parle de licenciements, de chômage partiel, de menaces de délocalisations …

Cette situation, si elle s’étend sur tout le territoire national, n’a pas les mêmes conséquences pour tout un chacun ni pour tous les territoires.

En effet, le valenciennois connait des difficultés particulières (taux de chômage largement supérieur à la moyenne nationale, précarité accrue, difficultés scolaires plus prégnantes, mauvais indicateurs de santé …) qui, additionnées au contexte actuel et à l’importante place que tient cette industrie en matière d’emplois, vont sans nul doute et si rien n’est fait aller en s’aggravant.

Monsieur le Premier Ministre, il est aujourd’hui urgent d’entendre ce valenciennois qui souffre et revendique.

D’entendre ces salariés qui n’hésitent pas à se lever tôt et travailler dur pour, bien souvent, ne percevoir qu’un bien maigre salaire et qui réclament aujourd’hui toute la considération qui leur est due ;

D’entendre toutes ces familles qui sont de plus en plus nombreuses à éprouver des difficultés pour vivre décemment et subvenir à leurs besoins et qui réclament, à juste titre, une augmentation de leur pouvoir d’achat.

En un mot, d’entendre cette véritable urgence sociale qui, si elle est présente partout sur notre territoire, l’est encore plus dans le valenciennois.

Cette urgence doit vous alerter sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour préserver les emplois industriels et venir en aide aux salariés et à leurs familles.

Au-delà, elle illustre également l’importance d’organiser, et ce rapidement, un moratoire sur les licenciements et un contrôle des fonds publics alloués afin de s’assurer que les aides versées par l’Etat soient utilisées en faveur des salariés et de la pérennité des emplois.

Dans l’attente de vous lire et vous souhaitant bonne réception de la présente,

Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, en l’assurance de ma haute considération.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08