Accueil   >   Actions des élus   >   Municipalités   >   Marly   >   Fabien Thiémé

Logement - Situation économique dans le Valenciennois

S’inscrire à l’infolettre :

Fabien Thiémé écrit au Président de la République

Publié le 23 mars 2012

Monsieur le Président,

Ce vendredi 23 mars vous vous rendez à Valenciennes. Cette venue est pour moi l’occasion de vous alerter d’une part sur la question du logement dans le Valenciennois et d’autre part sur une situation économique et sociale qui se dégrade fortement.


Le logement constitue le principal poste de dépense des foyers. Il est un enjeu essentiel qui reflète et accentue les inégalités. Le rapport 2012 de la Fondation Abbé Pierre témoigne clairement du mal-logement dans notre pays. L’association dénombre en effet un total de 8 millions de personnes en difficultés, dont 3,6 millions de mal-logés, 133 000 personnes sans domicile, et plus de 5 millions de personnes fragilisées par la crise du logement.

Comme le souligne le rapport, "la situation a bien changé et s’est fortement dégradée au cours des dix dernières années, période durant laquelle le mal-logement, loin de régresser, s’est développé et profondément enraciné".

Dans ce cadre, force est de constater que les politiques menées ces cinq dernières années au plan national n’ont en aucun cas résolu la situation du logement. Elles ont même plongé bon nombre de familles dans de grandes difficultés, familles qui, depuis le 15 mars, peuvent se faire expulser de leur logement alors que le droit au logement pour tous existe.

La pression exercée sur le logement social et l’hébergement d’urgence a rendu de plus en plus inaccessible l’ensemble du parc locatif privé et public aux jeunes ménages, aux salariés et aux familles aux revenus moyens. Le logement étudiant, question si cruciale pour poursuivre le développement et le rayonnement de nos Universités et en particulier celle du Hainaut-Cambrésis située à Valenciennes, n’échappe pas à ce constat puisqu’il s’avère bien souvent inaccessible financièrement et insuffisant par rapport aux attentes.

Réduction des financements pour la construction de logements sociaux et pour les Opérations Programmées d’Amélioration de l’Habitat, ponction de 245 millions d’euros sur les bailleurs sociaux, captation des financements Logement-Action et politique des « zones tendues » qui privent nos secteurs ruraux des aides dont ils ont grand besoin, sont quelques exemples des mauvais coups portés au logement ces dernières années.

Dans le Valenciennois qui compte 12 000 demandes de logement en instance (90.000 dans le Nord) et des indicateurs économiques et sociaux alarmants, ces choix ont eu de lourdes répercussions. Cette situation appelle aujourd’hui de la part de l’Etat un plan d’urgence, accompagné de moyens nouveaux. Au-delà des nécessaires crédits à inscrire en urgence, le Valenciennois, comme d’ailleurs le Nord et notre pays, a également besoin d’une refonte totale de la politique destinée au logement et à l’habitat, indispensable pour rendre effectif le droit au logement.

Aucune mesure ne sera durable si elle ne s’inscrit pas dans le cadre d’un véritable service public du logement et de l’habitat, seul garant de l’équité territoriale. De même, aucune mesure ne sera durable si elle n’impose que les loyers et les charges ne puissent dépasser 20% des ressources des familles. Il faut également une véritable maîtrise du foncier par les élus et un fonds d’intervention permettant d’inciter à la construction de logements sociaux de qualité, accessibles financièrement.

Dans le même temps, et devant l’aggravation de la situation économique et sociale de notre pays qui se fait durement sentir dans le Valenciennos, de multiples associations humanitaires sont confrontées à des besoins sans précédent, à l’image du Secours Populaire, du Secours Catholique, des Restos du Cœur, de la Fondation Abbé Pierre, des Equipes Saint Vincent de Paul, de Midi Partage et combien d’autres encore …

Le Valenciennois connaît en effet un fort taux de chômage de 14,6 %. On y compte 19.991 bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active, 47 500 allocataires si l’on parle en terme de population couverte. La surmortalité est de 53% contre 36% pour la Région, elle-même classée dernière au plan national. Les moins de 25 ans représentent 24,5% des demandeurs d’emploi. Plus de 22% des jeunes sont sans diplôme et 15,6% des ménages vivent des minimas sociaux.

L’emploi industriel, si crucial dans le Valenciennois, est dans la tourmente avec 2.020 emplois supprimés rien qu’entre 2008 et 2010. En parallèle, les collectivités territoriales se voient étranglées financièrement par l’Etat, à l’image des 2 milliards d’euros que l’Etat doit au Département du Nord depuis 2004, au titre des transferts de compétences.

Ce dont nous avons véritablement besoin aujourd’hui, Monsieur le Président, c’est de plus d’emplois stables, de salaires décents, de plus de pouvoir d’achat, d’une retraite à 60 ans à taux plein, de services publics performants. L’argent, contrairement à ce que l’on entend trop souvent, existe pour cela. En près de 30 ans, 10 % de la totalité de la richesse produite dans notre pays sont passés de la poche des salariés à celle des actionnaires, soit 195 milliards d’euros par an.

195 milliards d’euros par an, voilà de quoi faire le bonheur du Valenciennois et du peuple Français, encore faut-il avoir le courage politique de faire de l’Homme une priorité, loin devant l’argent roi. Toutes les grandes avancées humaines ont en effet un point commun : la volonté partagée de construire une société faite pour l’Homme et non pour les puissances financières.

Dans l’attente de vous lire,

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’assurance de ma haute considération.

Fabien THIÉMÉ - Maire de Marly - Vice-Président du Conseil Général

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08