Accueil   >   Actions des élus   >   Sénat   >   Michelle Demessine

Education Nationale

S’inscrire à l’infolettre :

Michelle demessine Sénatrice, communique :

Publié le 20 novembre 2008

A la veille de la grève nationale à l’appel des trois principaux syndicats enseignants du primaire - SNUipp-FSU, SE-Unsa et Sgen-CFDT - Michelle Demessine tient à renouveler son entier soutien au monde enseignant.

« La remise en cause permanente de leurs engagements professionnels et des moyens alloués est une menace inacceptable pour l’exercice de leurs métiers et la formation de nos enfants.

Après les milliards offerts aux banques, le gouvernement entend dresser un plan de rigueur par l’intermédiaire d’un budget 2009 étranglé dont l’éducation nationale sera la première lésée.


Ces choix iniques démontrent le caractère dogmatique du Président de la République qui tente coûte que coûte d’imposer sa vision libérale à la société française. Vision qui nous conduit pourtant à l’abîme comme le montre l’actuelle crise financière et économique.

Et aujourd’hui, c’est à l’école primaire de faire les frais d’un tel démantèlement de notre pacte républicain. Les premières victimes seront les enfants en difficultés scolaires notamment par la remise en cause du programme Rased. Cette mesure va priver des milliers d’élèves des aides spécialisées et conduira à la suppression de 3000 postes.

C’est pourquoi je rappelle avec force que nos enfants ne peuvent être réduits à des variables d’ajustements aux besoins futurs des entreprises et l’éducation à un marché privé.

Dès lors, je partage l’ensemble des revendications avancé par les syndicats et considère comme unique responsable de cette situation de blocage le ministre de l’Education. Par ses déclarations humiliantes et son déni du dialogue social, Xavier Darcos joue la provocation et cultive le rapport de force.

Au nom d’une prétendue lutte contre l’échec scolaire, c’est une politique rétrograde et passéiste que s’attelle à appliquer le Ministre par des programmes plus lourds, des préjugés tenaces, moins d’heures de cours et la suppression de milliers de postes.

Or, le meilleur gage de réussite pour nos enfants reste de donner à l’école les moyens de fonctionner. Cela passe par le recrutement massif d’enseignants, d’assistants sociaux, de conseillers d’éducations, de psychologues ou encore d’éducateurs. »

Michelle DEMESSINE

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08