Suppression d’emplois : La Fédération communique

S’inscrire à l’infolettre :

7500 Postes supprimés chez Renault : INADMISSIBLE !

Publié le 17 janvier 2013

Communiqué

Renault supprime 7500 postes : INADMISSIBLE !

Nos craintes pour Douai et Maubeuge

L’ETAT DOIT EMPECHER CETTE SAIGNEE CATASTROPHIQUE

Après PSA, le groupe Renault vient d’annoncer la suppression de 7500 postes en France, touchant toutes les catégories de salariés.

Il y a fort àcraindre pour notre département qui compte deux sites, Douai et Maubeuge, où travaillent plusieurs milliers de personnes.

Cette décision, prise au nom du « retour àla compétitivité des sites français du groupe  » intervient quelques jours après, l’encre àpeine sèche, de la signature du prétendu accord historique (par une minorité de syndicats et le MEDEF) censé sécuriser l’emploi en contrepartie de la casse du droit du travail et de nouveaux reculs sociaux.

Difficile de ne pas faire le rapprochement d’autant que ce type d’ « accord – chantage » était déjàen vigueur chez Renault. Ce qui n’empêche pas le couperet de tomber aujourd’hui.

Comment oublier aussi le Pacte de compétitivité du gouvernement, adopté, qui accorde 20 milliards d’euros supplémentaires de cadeaux fiscaux au grand patronat, sans aucune contrepartie. Pacte contre lequel se sont élevés les parlementaires communistes et du Front de Gauche.

Nous pouvons déjàtirer une leçon essentielle : la conception qu’ont le grand patronat, le Medef et les actionnaires des salariés, n’a pas changé : une simple variable d’ajustement, un coà»t dans lequel on coupe, au moindre soubresaut du marché, àla moindre avidité de rentabilité.

C’est proprement inadmissible !

L’Etat, premier actionnaire du groupe peut agir.

Toute caution apportée au plan de Renault serait une très grave erreur politique et économique. Il doit, au contraire, prendre toutes ses responsabilités pour empêcher cette saignée catastrophique de l’emploi, travailler avec tous les intéressés et en premier lieu les salariés et leurs représentants qui ne manquent pas de propositions crédibles, au développement nouveau de la filière automobile française. Il doit le faire en tournant le dos àl’obsessionnelle et mortifère recherche de la réduction du coà»t du travail pour réellement prendre àbras le corps la question cruciale du coà»t du capital et de ses conséquences tant humaines qu’environnementales. Il est grand temps de changer de méthode et de politique.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08