Entreprise DOUX de Graincourt lez Havrincourt

S’inscrire à l’infolettre :

Alexandre Basquin écrit au Sous Préfet

Publié le 29 juillet 2012

Télécharger le courrier :

PDF - 60.3 ko

Monsieur Etienne STOCK - Sous-Préfet 3, place Fénelon - 59 407 CAMBRAI CEDEX

Monsieur le Sous-Préfet,

Les plans sociaux se succèdent. Non loin d’ici, des menaces planent sur l’entreprise DOUX de Graincourt-lez-Havrincourt .

J’ai rencontré ce jour les représentants du personnel qui m’ont fait part de leurs vives inquiétudes. Ce sont 250 salariés qui risquent d’être licenciés, s’il n’y a pas de reprise de l’entreprise d’ici le 27 juillet. Sans oublier, les 80 éleveurs qui livrent l’entreprise.

Nombre d’entre eux vivent dans le Cambrésis.

Notre bassin d’emploi en sera une nouvelle fois affecté. C’est une nouvelle « saignée » qui s’annonce.

Tout doit donc être mis en œuvre pour que l’emploi soit sauvegardé sur le site. Aujourd’hui, les salariés restent dans le flou concernant leur avenir. La direction du groupe annonce l’éventualité d’une reprise du site, sans pour autant nommer le possible repreneur, n’y en garantir la véracité. Vous comprendrez que les salariés ne peuvent rester éperdument dans de telles incertitudes.

C’est pourquoi, je me permets de vous adresser cette présente en votre qualité de représentant de l’Etat sur le territoire, et afin que vous puissiez être un relais auprès de Monsieur Valérian Pham-Ngoc, Commissaire au Redressement Productif nommé en préfecture de région il y a quelques jours.

L’entreprise de Graincourt-lez-Havrincourt a de nombreux atouts pour voir son activité pérennisée. Le premier est sans nul doute le savoir-faire de ses salariés. De plus, elle est idéalement située, au carrefour de l’Europe, près des axes routiers et fluviaux, qui facilitent l’export vers l’Europe du Nord.

Elle a également obtenu l’agrément IFS, gage de sécurité sanitaire et de qualité de son process de production.

Enfin, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, le marché de la volaille est en croissance de 5 à 6 % par an. La volaille pourrait être la viande la plus consommée dans 10 ans.

Il y a donc là un enjeu de taille et il s’agit de construire pour l’avenir.

Je pense donc nécessaire et urgent que vous puissiez rencontrer les délégués du personnel et l’ensemble des acteurs de ce dossier afin de dégager des pistes de réflexion pour que ce site soit maintenu.

Restant à votre disposition et sachant pouvoir compter sur votre écoute, je vous prie de croire, Monsieur le Sous-Préfet, en l’expression de mes sentiments distingués.

Alexandre BASQUIN, - Secrétaire Départemental

Télécharger le communiqué de presse :

PDF - 72.3 ko

COMMUNIQUE DE PRESSE

L’offre de reprise du site Doux de Graincourt-lez-Havrincourt, et qui s’avérait la plus fiable aux dires de l’administrateur judiciaire, a été retirée laissant encore un peu plus les salariés dans le désarroi.

Le Comité Central d’Entreprise va se réunir ce 25 juillet pour évoquer le plan de continuation préconisé par la Direction mais celui-ci barrerait apparemment d’un trait de plume toute la filière du frais et par voie de conséquence le site de Graincourt. Le Tribunal de Commerce de Quimper lui se réunira le 27 juillet pour analyser ce plan de continuation.

Ce sont 250 familles qui risquent d’être touchées de plein fouet par la fermeture. Tout un bassin d’emploi qui va encore en subir les conséquences tant économiques que sociales. C’est inacceptable.

Le site a de nombreux atouts : le savoir-faire de ses salariés, son process de production, il est placé au carrefour de l’Europe au centre des axes autoroutiers et fluviaux.

De plus, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la volaille pourrait être la viande la plus consommée dans 10 ans. Il y a donc un marché important. C’est un gage pour l’avenir et il faut donc avoir une vision à long terme.

Il faut donc que toutes les pistes de réflexion puissent être explorées, dans la sérénité, au-delà des divergences, et avec tous les acteurs concernés et notamment les représentants du personnel. Rien ne peut être fait sans eux et aucune porte ne doit être fermée.

A ce titre, une rencontre aura lieu ce lundi 23 juillet entre les représentants du personnel et Messieurs Bertrand PERICAUD, Président de la Commission Développement Economique du Conseil Régional et Eric BOCQUET, Sénateur du Nord.

De plus, l’Etat doit être pleinement partie prenante sur ce dossier. C’est dans ce sens que j’ai écrit à Monsieur le Sous-Préfet de Cambrai afin qu’il puisse être un relais efficace auprès du Commissaire au Redressement Productif. Car nous ne pouvons pas accepter que le site Doux ferme ses portes. Nous ne pouvons pas accepter que les choses se fassent dans une telle opacité et la précipitation.

Alexandre BASQUIN - Secrétaire Départemental du PCF

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08