S’inscrire à l’infolettre :

Au Sénat - Rejet de la loi sur l’Energie : Communiqué fédéral :

Publié le 5 novembre 2012

"Nous avons entendu ces derniers jours le Parti Socialiste regretter vivement qu’au Sénat "le Parti communiste ait joint ses voix à celle de la droite pour rejeter la proposition de Loi sur l’énergie et d’en profiter pour donner des leçons sur "la gauche".

Exercice hasardeux étant donné le contenu même de cette Loi.

D’abord quand on est de gauche, on ne s’attaque pas à la péréquation tarifaire de l’énergie (même tarif quel que soit son lieu d’habitation) qui garantit le traitement égalitaire entre les Français.

De même, on ne propose pas une loi élaborée sans aucune concertation avec les différents acteurs que sont les usagers et leurs associations, les élus, les organisations syndicales.

Quand on est de gauche, on s’attaque aux hausses incessantes du prix du gaz qui provoquent un niveau de précarité énergétique jamais atteint.

Quand on est de gauche, après 10 années de droite, on redonne du sens à un grand service public de l’énergie, comme a su le faire le gouvernement d’après guerre, en 45, dans une France en ruine.

Enfin, à l’argument qui vise à sous-entendre que les sénateurs Front de gauche ont voté main dans la main avec la droite, je ne résiste pas au fait de répondre que ce sont bien les parlementaires socialistes qui ont voté avec l’UMP le traité budgétaire européen qui promet l’austérité au peuple.

Donc, quand on est de gauche, on refuse le traité Sarkozy-Merkel et on combat l’austérité et toutes les vieilles recettes patronales de compétitivité basées sur l’écrasement du « coût du travail ».

La situation économique de notre pays appelle à plus de responsabilité. Les parlementaires communistes appuieront tout ce qui va et ira dans le sens du changement voulu par les Français et pour que l’économie soit mise au service du développement humain. Et, comme l’observait Pierre Laurent dans son courrier à Harlem Désir , « l’ostracisme à l’égard de nos propositions n’est pas une bonne méthode, il est même un des problèmes de la situation actuelle », comme nous venons de le constater au Sénat.

Le PCF et les parlementaires du Front de gauche exigent que leur parole soit écoutée, entendue et respectée.

Fabien ROUSSEL - secrétaire départemental du PCF"


"Nous avons entendu ces derniers jours le Parti Socialiste regretter vivement qu’au Sénat "le Parti communiste ait joint ses voix à celle de la droite pour rejeter la proposition de Loi sur l’énergie et d’en profiter pour donner des leçons sur "la gauche".

Exercice hasardeux étant donné le contenu même de cette Loi.

D’abord quand on est de gauche, on ne s’attaque pas à la péréquation tarifaire de l’énergie (même tarif quel que soit son lieu d’habitation) qui garantit le traitement égalitaire entre les Français.

De même, on ne propose pas une loi élaborée sans aucune concertation avec les différents acteurs que sont les usagers et leurs associations, les élus, les organisations syndicales.

Quand on est de gauche, on s’attaque aux hausses incessantes du prix du gaz qui provoquent un niveau de précarité énergétique jamais atteint.

Quand on est de gauche, après 10 années de droite, on redonne du sens à un grand service public de l’énergie, comme a su le faire le gouvernement d’après guerre, en 45, dans une France en ruine.

Enfin, à l’argument qui vise à sous-entendre que les sénateurs Front de gauche ont voté main dans la main avec la droite, je ne résiste pas au fait de répondre que ce sont bien les parlementaires socialistes qui ont voté avec l’UMP le traité budgétaire européen qui promet l’austérité au peuple.

Donc, quand on est de gauche, on refuse le traité Sarkozy-Merkel et on combat l’austérité et toutes les vieilles recettes patronales de compétitivité basées sur l’écrasement du « coût du travail ».

La situation économique de notre pays appelle à plus de responsabilité. Les parlementaires communistes appuieront tout ce qui va et ira dans le sens du changement voulu par les Français et pour que l’économie soit mise au service du développement humain. Et, comme l’observait Pierre Laurent dans son courrier à Harlem Désir , « l’ostracisme à l’égard de nos propositions n’est pas une bonne méthode, il est même un des problèmes de la situation actuelle », comme nous venons de le constater au Sénat.

Le PCF et les parlementaires du Front de gauche exigent que leur parole soit écoutée, entendue et respectée.

Fabien ROUSSEL - secrétaire départemental du PCF"

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08