Conférence de presse du 8 octobre 2012

S’inscrire à l’infolettre :

Autour de l’emploi - Fabien Roussel et Hervé Poly

Publié le 10 octobre 2012

Télécharger le texte :

Word - 40 ko
PDF - 101.7 ko

Parti communiste français - Fédérations du Nord et du Pas de Calais Note de Fabien Roussel et Hervé Poly autour de l’emploi et des propositions pour l’économie régionale.

Rencontre de presse du lundi 8 octobre 2012 – Lille

Le chômage progresse de plus en plus dans notre région.

• De juillet 2010 à juillet 2011 : +14 500 sans emplois (catégories ABC)

• De septembre 2011 à septembre 2012 : +21 900 sans emplois de plus !

• Soit 1 825 chômeurs de plus par mois !


Avec 350 000 chômeurs actuellement, à ce rythme-là, en septembre 2014 nous aurons un taux de chômage de 20% et 400 000 sans-emplois ! Cette question de l’emploi est la plus préoccupante. C’est notre priorité ! Il est urgent de mettre un garrot à cette hémorragie de perte d’emplois. Cela passe par des mesures à l’échelle nationale, mais aussi régionale.

Mais cela ne passe pas par un tour de vis budgétaire supplémentaire :

• 12 milliards d’économie en 2011 sous Sarkozy

• 7 milliards dès cet été et 30 milliards en septembre avec Hollande :

C’est 49 milliards d’euros d’efforts en 18 mois ! (contre 45 en Espagne !) Le gouvernement nous demande de nous serrer la ceinture. Avec, il est vrai des mesures de justice fiscale qui frappe en partie les plus riches et c’est une bonne chose. Mais ce sont des millions de Français qui vont être touchés : les salariés, les retraités imposés…

S’il fallait se serrer la ceinture pendant 2 ans pour que la France se porte mieux, pourquoi pas ? Nous sommes comme les Français, prêts à l’effort et au travail. Mais ce remède que nous propose le gouvernement va frapper les Français au porte-monnaie sans créer de travail ! Le choc budgétaire proposé c’est l’austérité pour tous. Et l’austérité conduit à l’austérité. Cela va enfoncer notre pays dans la crise et du même coup, relancer le déficit !

C’est pourquoi nous demandons de mettre fin aux politiques d’austérité que nous propose le gouvernement. Les Français ont assez payés !

En Europe

Partout en Europe, les populations grondent contre ces politiques : en Espagne, en Grèce, en Italie au Portugal et en France (manif du dimanche 30 septembre avec 80 000 participants).

Les salariés de ces pays ne veulent pas de ces politiques imposées par Bruxelles, à la demande des marchés financiers car partout où elles sont mises en œuvre le chômage augmente, la croissance est morte et les déficits s’aggravent.

En revanche, les privatisations à gogo enrichissent les spéculateurs. Mais ne sortent pas ces pays de la crise.

C’est une spirale sans fin qu’il faut enrayer : dette-austérité-récession-dette-austérité.

Les députés et sénateurs communistes appellent à ne pas voter le Traité européen. Le débat s’installe en France, chez les Verts, chez les socialistes, à droite car ce Traité ne nous prémunit pas contre les attaques des marchés financiers. Au contraire, ce Traité renforce leur pouvoir et nous place sous leur tutelle. Notre pays n’aura plus la liberté de voter son budget en fonction des besoins de sa population. De Gaulle doit se retourner dans sa tombe !

Ce samedi 13 septembre, rassemblement place de la République à Lille – 11h Le Front de gauche appelle à un rassemblement ce samedi 13 septembre, 11H place de la République où nous déposerons 10 000 pétitions. Nous avons aussi programmé 15 débats avec nos parlementaires sur le Traité et le budget de la Nation.

Un moratoire sur les plans de licenciements

Nous demandons également que le gouvernement soit plus ferme face aux grandes multinationales qui ont engagé un bras de fer meurtrier contre l’emploi : PEUGEOT, MITTAL, SANOFI, UNILEVER, RENAULT… qui commande ?

L’économique ou le politique ?

Aujourd’hui, ce sont eux qui imposent leurs règles et exercent un chantage honteux sur le coût du travail et la compétitivité.

Il faut un moratoire sur tous ces plans sociaux et ouvrir une session extraordinaire de l’Assemblée Nationale sur ce sujet.

Avec Dominique Watrin, sénateur du Pas de Calais, nous avons déposé un projet de loi contre les licenciements boursiers : le Sénat l’a déjà voté. Il faut le présenter en urgence à l’Assemblée Nationale.

Il faut un plan d’investissement public pour relancer les grands travaux Il faut aussi un plan d’investissement public ambitieux et relancer les grands travaux : le Grand Paris, le canal Seine Nord, l’isolation thermique des logements et des bâtiments publics, la maitrise publique de l’énergie, le ferroviaire, la santé. Exemple : Les Pays Bas, avec le port de Rotterdam : 3 mds d’investissements L’Allemagne avec le port de Hambourg : 1 milliard d’investissements. Ces pays investissent fortement. Pourquoi pas nous ?

Il faut soutenir les collectivités, responsables de 70% des investissements publics. Aujourd’hui, c’est le contraire qui est prévu : 750 millions d’euros en moins dans le pacte budgétaire proposé par le gouvernement.

Il faut, vite, une banque publique pour prêter et financer les PME qui créent de l’emploi, pour soutenir les filières industrielles.

Utilisons l’argent public autrement : 20 milliards d’exonération de charges pour les salariés qui touchent entre 1 et 1,6 fois le SMIC. Qui a le plus besoin de l’argent des contribuables : TOTAL, AUCHAN, SANOFI ou la PME régionale ? L’argent public doit servir ceux qui en ont besoin, et qui créent des emplois en France !

Dans notre région

Avec 1 800 emplois en moins par mois, il faut réagir et vite !

On ne peut pas continuer de se lamenter ou pire, annoncer que « les mois à venir vont être difficile » !

Soyons plus offensifs et ambitieux dans notre région ! Le Président de la République invite les Régions à expérimenter, notamment dans le domaine économique. Alors fonçons ! Utilisons nos atouts !

L’industrie c’est l’avenir :

• soutien aux filières (sidérurgie, automobile, agroalimentaire, chimie) pour relocaliser l’activité et engager un vrai partenariat entre les donneurs d’ordre et les sous-traitants.

• Création d’un fonds régional pour l’emploi : la trésorerie et la raréfaction du crédit sont les deux problèmes de nos PME. Aidons-les à investir et à embaucher.

Pourquoi ne pas solliciter une contribution des plus riches familles de la région ? MULLIEZ, ROQUETTE, LESAFFRE, DURAND, BONDUELLE, VERSPIEREN… ces 20 familles totalisent un patrimoine de 30 à 33 milliards d’euros selon les années, depuis 4 ans !

S’ils mettaient à disposition d’un tel fonds seulement 3% de leur fortune, cela ne les ruinerait pas mais surtout, cela permettrait de réunir 1 milliard d’euros que viendraient abonder la Région, l’Etat, l’Europe, la Banque de France. Ces grands entrepreneurs de la région savent que c’est le travail humain qui crée de la richesse et non pas la spéculation. C’est l’occasion pour eux de se joindre aux collectivités et à l’Etat pour soutenir les PME du Nord Pas de Calais, prêter de l’argent à taux zéro ou proche de zéro pour investir et créer des emplois ! Voilà une idée que nous mettons en débat !

Une telle initiative a vu le jour dans le grand Est : 50 PME ont réunis 55 millions d’euros (cf journal « Les Echos » du 3/10/12 : « Grand Est : les entrepreneurs renouent avec l’économie réelle » de Pascal Ambrosi).

Et puis, à l’échelle de la France, comme de la région, il faut protéger les entreprises qui vivent de la commande publique : les appels d’offres ne sont pas adaptés. Protégeons nos entreprises, comme aux USA qui ont adopté un « small business act » pour favoriser leurs entreprises dans les appels d’offres. Faisons de même ici !

Les grands projets pour la région doivent vite être mis à l’ordre du jour :

• Seine Nord : utilisons la façade maritime.

• Le fret ferroviaire : rouvrir les gares de Somain, Lille, Aulnoye-Aymeries, Dunkerque pour désengorger les routes et favoriser l’export !

• L’isolation thermique : chez nous, plus que dans le sud, c’est un défi ! Créons une filière dans ce domaine.

Pour mettre l’accent sur l’industrie, nous avons invité Pierre LAURENT à venir rencontrer les salariés de l’automobile et du ferroviaire le 18 octobre prochain.

En conclusion

Le gouvernement a une responsabilité historique de réussir, vite et de sortir la France des griffes des marchés financiers.

Et dans la région, avec ce gouvernement, nous avons la responsabilité de stopper les pertes d’emplois, dès maintenant et d’offrir un avenir à la population pour que le Nord pas de Calais redevienne vite une région où l’on peut étudier, se former, travailler et vivre heureux et en bonne santé !

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08