Communiqué fédéral

S’inscrire à l’infolettre :

Conférence de presse de F. Hollande

Publié le 15 janvier 2014

François HOLLANDE se soumet au MEDEF et à l’Europe de Bruxelles

Dans sa conférence de presse tenue hier à Paris, le Président de la République a fait le choix de s’adresser au monde économique et financier plutôt qu’aux salariés et aux familles, pour redresser la France. Il confirme le choix de se plier aux exigences de Bruxelles et des marchés financiers, plutôt que de défendre notre souveraineté, notre industrie, nos services publics.

Notre région Nord Pas de Calais, déjà en grande difficulté avec 368 509 chômeurs fin 2013 (contre 250 000 en 2008, début de la crise) est en droit d’attendre des mesures concrètes et d’urgence ! Il n’y a rien pour répondre aux menaces sur l’emploi à LA REDOUTE, STORA ENZO, ARC INTERNATIONAL, VALDUNES, CALAIRES CHIMIES, VG GOSSENS, dans l’industrie ferroviaire ou celle de l’automobile….

La promesse de réduction des dépenses publiques de 50 milliards d’ici 2017 est la plus grande cure d’austérité jamais imposée aux Français ! Après la hausse de la TVA appliquée depuis le 1er janvier, le gel du barème des impôts, la baisse des pensions, c’est une énième mauvaise nouvelle pour les familles dont celles de notre région, qui souffrent particulièrement de la crise.

La fusion des Régions, la disparition programmée des Départements au profit de grandes métropoles comme celle qui va se construire à Lille, s’inscrivent dans l’Europe fédérale si chère à Angela Merkel et aux libéraux européens. C’est la mise en concurrence des territoires exigée par Bruxelles. A cela s’ajoutent les 4,5 milliards d’euros de dotations en moins pour les collectivités locales jusqu’en 2015. Les investissements publics seront plombés alors qu’ils génèrent beaucoup d’emplois locaux non délocalisables et du travail pour nos PME, nos artisans et répondent à des attentes des habitants de nos communes et de nos quartiers. La promesse de baisser les charges de 30 milliards d’euros pour les entreprises est un nouveau cadeau qui va profiter aux plus grosses d’entre elles alors que nos PME, nos TPE ont besoin d’être soutenues, défendues face à la concurrence déloyale (dumping social et fiscal) avalisée par l’Europe de Bruxelles. Les groupes financiers qui détiennent les grandes entreprises ont déjà retrouvé leurs marges et distribuent des dividendes à leurs actionnaires (30 milliards en 2013). Il faut s’attaquer aux charges boursières et aux logiques financières de l’industrie, comme celles du groupe KERING, de RENAULT ou d’ARC International.

La Sécurité Sociale et l’accès aux soins ont également été ciblés par le Président de la République pour y faire des « économies ». Comment notre région va-elle rattraper ses nombreux retards en matière de santé alors qu’ici l’espérance de vie est inférieure de 3 à 4 ans par rapport à la moyenne nationale, et que nombre de nos hôpitaux publics régionaux sont déjà en difficulté ? Le Président de la République est obsédé par la réduction des dépenses publiques mais beaucoup moins hélas, par les recettes. S’il faut effectivement être très rigoureux avec l’argent des contribuables, et encore plus en période de crise, il est tout aussi important de donner au pays, aux collectivités, aux Français, les moyens d’investir et de consommer. Ce qui passe en priorité par de meilleurs salaires et la hausse généralisée du pouvoir d’achat.

Des marges de manœuvres existent pour réparer de véritables injustices fiscales :

  • S’attaquer au coût exorbitant du capital : 309 milliards d’euros de frais financiers, d’intérêts bancaires et de dividendes ont été prélevés en 2012 sur les richesses crées par les entreprises.
  • Faire contribuer les entreprises du CAC 40 qui payent 8% d’impôts alors que les PME sont taxées à 33,3%
  • Cibler l’évasion fiscale qui représente un manque à gagner de 50 milliards d’euros pour l’Etat.
  • Solliciter ceux qui s’enrichissent dont les plus grandes fortunes de France. Une vingtaine d’entres elles habitent notre région avec un patrimoine total de 30 milliards d’euros. Quand participeront-elles un jour à leur tour, à l’effort demandé pour redresser notre économie ?

Les communistes du Nord et leurs élus ont lancé un appel pour le Nord Pas de Calais car il est impératif d’inverser la tendance.

Nous ne demandons pas des soins palliatifs, mais un traitement de choc et de fond pour notre région.

C’est une question d’ambition, de dignité et de respect pour le Nord Pas de Calais et sa population qui a tant donné et donne toujours beaucoup à la Nation (appel en ligne sur le site www.nord.pcf.fr). Nous appelons au rassemblement de tous ceux qui, dans la diversité de leurs convictions, partagent cette exigence d’équité et de solidarité pour le NPDC

Fabien Roussel - Secrétaire Départemental du PCF Nord

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08