ETAT et SECURITE SOCIALE

S’inscrire à l’infolettre :

L’Etat endetté auprès de la Sécu lui demande un plan d’économie !

Publié le 20 juin 2007

L’Etat endetté auprès de la Sécu lui demande un plan d’économie !

Défiscalisation des heures supplémentaires, exonérations de cotisations sociales, si les entreprises y trouvent un intérêt, le financement de la sécurité sociale en prend un sacré coup. Le désengagement financier de l’état dans la pérennité du système solidaire national est alarmant. En tout, l’Etat doit 5,2 milliards d’euros à la sécurité sociale et parallèlement demande à celle-ci de faire des économie : le directeur général de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie propose un redressement immédiat de 1,5 milliard d’euros. Détail de ce que nous allons devoir payer pour compenser les baisses de cotisations.


Tout d’abord la Sécurité Sociale ne remboursera qu’à 50% les actes médicaux délivrés à des patients n’étant pas passés par un médecin traitant. Si la vieille recette du contrôle et de la culpabilisation des assurés continue à être employée, cette escalade financière accentue gravement la pression sur les possibilités de se soigner correctement. Elle renforce également la pression sur les médecins traitants, qui contrôlés eux-aussi de façon accentuée, risquent de limiter les consultations spécialisés donc de continuer dans un système curatif et non préventif.

Ajoutons à ces éléments le forfait médical d’un euros pour chaque acte médical, qui limité à un euro par jour passerait à 4 euros (pour quatre actes quotidiens), les assurés sociaux contribueraient ainsi pour 350 millions d’euros.

Rappelons que les exonérations sociales se monte à 3,2 milliard d’euros et que la somme due à la CNAMTS au titre de l’aide médicale d’Etat se monte à 373 millions d’euros.

C’est une fois de plus le contribuable, qui de la manière la plus injuste, passera à la caisse sans prise en compte des situations individuelles pour financer les cadeaux fiscaux faits aux entreprises. Pour le champion du pouvoir d’achat des Français, Nicolas Sarkozy charge drôlement les citoyens : en ajoutant les économies de structure, l’entrée des entreprises privées à l’hôpital, l’externalisation (soins privés à domicile), le projet pour la santé des français va peser lourdement dans le porte monnaie des français, sans garantie de soin de qualité.

Français travaillez plus et gagnez plus, vous aurez peut-être la chance de vous faire soigner correctement.

A suivre : réforme des retraites.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08