G 20 agriculture

S’inscrire à l’infolettre :

NOURRIR LA PLANETE

Publié le 29 juin 2011

NOURRIR LA PLANÈTE -

Un nouvel ordre alimentaire !

Le G20 Agriculture se tiendra à Paris les 22 et 23 juin prochain dans un contexte historique où la faim et la spéculation alimentaire atteignent leur plus fort niveau.

Plus d’un milliard d’êtres humains dans le monde souffrent de famine et de mal nutrition. Dans le monde l’accaparement des terres cultivables équivaut la surface de la France.

Télécharger le communiqué :

PDF - 75.9 ko
Communiqué

La bulle spéculative sur les matières agricoles conduit les peuples vers de nouvelles famines. En 2009, le G8 alimentation c’était conclu par de louables intentions, mais un terrible aveu d’échec sur l’objectif de réduire d’ici 2015 de moitié les mal-nourris dans le monde, engagement pris lors du sommet mondial de l’alimentation en 1996.

Déjà lors de la présidence française de l’Union Européenne, Nicolas Sarkozy avait promis des mesures pour lutter contre la volatilité des marchés. L’échec de celles-ci repose précisément sur le démantèlement au pas cadencé de la Politique Agricole Commune sur la période 2014/2020.

Ces dernières heures, surfant sur l’inquiétude réelle des consommateurs, le gouvernement à jouer l’intox en se félicitant d’accords contre la hausse des prix alimentaires.

Au vu du G20 des capitalistes, c’est dans les résistances sociales et les actions politiques que sont les clefs pour peser et mettre les véritables enjeux sur la table des discussions internationales ; il faut en finir avec le cynisme, les promesses non tenues, le manque de volonté politique, les intérêts géostratégique, l’arme alimentaire, les dominations économiques, les dettes injustifiées, la spéculation alimentaire.

Un nouvel ordre mondial s’impose au développement de la planète. L’alternative contre le G20 qui « gère » la faim doit être un G192 des peuples avec l’ambition d’éradiquer les politiques qui affament. De fait, l’objectif de nourrir la planète, oblige à la naissance d’un nouvel ordre alimentaire. Il s’agit d’un enjeu de civilisation avec au coeur un nouveau type de développement pour à la fois nourrir les femmes et les hommes et répondre aux questions environnementales, écologiques, climatiques, énergétiques.

Le défi alimentaire du XXI siècle doit conduire les institutions internationales à faire respecter la souveraineté alimentaire qui est un droit fondamental des peuples. C’est aux États et aux peuples de définir librement leurs politiques agricoles et alimentaires avec l’exigence d’une réforme agraire axée sur la souveraineté alimentaire.

Elle sera basée sur l’agriculture paysanne et la pêche artisanale car productrice de denrées alimentaires de qualité. Elle doit également garantir la rémunération du travail.

A contrario des objectifs de l’OMC, les peuples souhaitent extirper l’agriculture du dumping social, économique, environnemental afin qu’elle réponde en priorité à des demandes alimentaires locales, nationales, régionales et mondiales. Toutes les régions du monde doivent définir et et organiser leur politique agricole et de la pêche en construisant leurs échanges par des coopérations.

La réforme agraire s’accompagne de fait de la satisfaction des autres droits fondamentaux à la santé et à l’éducation. Cette nouvelle gouvernance mondiale pour l’alimentation doit s’affirmer indépendante des logiques actuelles de l’OMC, du FMI et de la Banque Mondiale.

La Souveraineté des peuples et l’expression démocratique de chacun en sont les préalables.

Libérée de toute tutelle impérialiste au sein des Nations Unies, la FAO, dotée de moyens, peut être l’institution arbitrale des politiques publiques agricoles et alimentaires.

Le PCF propose des mesures concrètes dans l’objectif d’un nouvel ordre alimentaire mondial.

· Instaurer une clause de sauvegarde internationale lorsque les terres d’un pays sont menacées de spéculation et de détournement de la production.

· Interdire la spéculation sur les matières premières agricoles et alimentaires, au niveau international comme pour des produits bancaires notamment ceux proposés en France.

· Taxer les importations abusives pillant les agricultures locales afin de financer la relocalisation des productions.

Un front uni contre la vie chère, des mesures immédiates s’imposent :

• L’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat

• La création de stocks de sécurité alimentaire en France, en Europe pour lutter contre la spéculation.

• La répartition de la plus-value au sein des filières agroalimentaires

• L’encadrement des marges et pratiques de la grande distribution, blocage du prix des denrées de base sur le ticket de caisse.

Un nouvel ordre alimentaire pour nourrir la planète, c’est l’ambition que portent les communistes dans l’objectif d’ouvrir des perspectives pour rompre avec les politiques qui affament.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08