Droit des Femmes

S’inscrire à l’infolettre :

Pas touche aux trimestres des femmes !

Publié le 24 août 2009

Que ne fait-on comme coups bas au nom de l’égalité et en instrumentalisant la lutte contre les discriminations ! Voilà la dernière nouveauté pour réduire les dépenses : s’en prendre aux trimestres de bonification pour les mères de familles au nom de l’égalité avec les pères !

Trois remarques s’imposent :

  • D’abord la réalité des chiffres qui montre où est l’inégalité
  • Ensuite les contradictions révélées par la HALDE ne pouvant justifier une telle mesure
  • Et enfin le fond profondément réactionnaire et antiféministe de la proposition

Les chiffres tout d’abord :

Une femme sur trois travaille à temps partiel et 83 % des emplois à temps partiels sont occupés par les femmes : or qui dit emploi à temps partiel dit retraite partielle !

Une femme gagne en moyenne 27% de moins qu’un homme.

Une étude (février 2009) de l’« Observatoire européen de la répartition des taches ménagères au sein du couple » révélait que sur neuf taches ménagères courantes les hommes disaient les éviter voire ne les faire jamais pour plus de la moitié d’entre elles et que c’était en France que les femmes considéraient le plus - à 81 % - que les taches ménagères étaient inégalement réparties au sein de leur foyer.

Les éléments fournis par la HALDE :

Dans sa délibération du 29 juin 2009 cette autorité déclare : « la situation professionnelle des femmes doit devenir un enjeu prioritaire » et préconise que les « actions positives, mesures spécifiques » soient « conçues pour assurer une pleine égalité des hommes et des femmes dans la vie professionnelle ». Dans cette même délibération elle invite à « soutenir l’engagement professionnel des femmes en encourageant le partage des taches entre parents ».

Donc, le constat d’inégalités est bien effectué et les préconisations pour faire changer cette situation le confirment.

Comment alors déclarer qu’une mesure pour la retraite des femmes visant à corriger ces inégalités puisse être considérée comme discriminatoire ?

Qui défend le droit des femmes ?

En considérant cette mesure spécifique pour les femmes comme discriminatoire, on conteste de fait l’existence d’inégalités dans le travail et la famille. On conteste ainsi en effet l’existence persistante de la « double journée » pour les femmes. Heureusement nous ne sommes plus sous le régime de Vichy qui avait instauré un abattement salarial pour les femmes justifié par la théorie du « salaire d’appoint » ! Mais, les chiffres ci-dessus et la réalité du vécu de la grande majorité des femmes salariées montre que la prégnance de la domination patriarcale dans notre société n’a pas encore disparu.

Alors, oui, nous voulons l’égalité entre les femmes et les hommes et oui nous la voulons par le haut ! Mais les trimestres supplémentaires pour la retraite des femmes avec enfant, ce n’est pas un avantage pour les femmes mais une infime compensation permettant un minimum de rattrapage de l’inégalité qu’elles subissent au travail et donc à leur retraite.

Alors, si on peut souhaiter qu’elle puisse un jour disparaître , il faut tout faire pour que ce jour puisse venir en travaillant à faire disparaître les inégalités dans le travail et la famille.

Brigitte Dionnet. En charge de la parité au sein de l’exécutif national du PCF

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08