Fabien Roussel répond à Gilles Pargneaux

S’inscrire à l’infolettre :

Alliance électorale ?

Publié le 22 juillet 2014

A la suite d’un courrier de Gilles Pargneaux, secrétaire départemental de la fédération du Nord du Parti Socialiste du Nord, invitant à une alliance électorale pour les prochaines élections régionales après le fiasco des derniers scrutins (élections municipales et européennes), Fabien Roussel répond à son homologue en ces termes :


Les habitants de notre département sont inquiets et ils doutent de l’avenir. Ils viennent de voter à plusieurs reprises et, comme dans toute la France, ils ont exprimé leur exaspération, voire leur colère devant les promesses trahies du «  changement c’est maintenant ». Le gouvernement a décidé de ne pas en tenir compte et de poursuivre ses politiques d’austérité, sans remettre en cause un système économique corrompu. Comment, dans un tel contexte, redonner l’espoir aux habitants du Nord-Pas de Calais et l’envie de se battre pour vivre mieux et dignement dans notre région ?

Voilà sept ans que notre pays est la proie d’une crise économique qui touche l’industrie, l’agriculture, le commerce et frappe toute notre population, sauf les plus riches.

Le cri de révolte d’une population qui souffre

Le résultat des élections municipales puis des européennes, c’est le cri de révolte d’une majorité de Français qui souffrent. Pour autant je suis certain que nos concitoyens ne sont pas devenus imperméables aux valeurs de progrès, aux idéaux de solidarité et de justice. Mais à force de ne pas entendre le désespoir, de repousser toujours au lendemain les promesses prises devant les Français, la sanction est lourde, brutale mais justifiée. C’est d’ailleurs dans le Nord-Pas de Calais que la défaite est la plus lourde. Peut-être parce que c’est ici que la crise frappe le plus durement la population et que l’espoir du changement était donc le plus fort.

Bilan : l’abstention a été massive dans notre région, l’extrême droite a gagné une ville de plus 20.000 habitants au premier tour ; elle risque de s’implanter durablement dans d’autres et la circonscription Nord-Ouest a fait élire 5 députés européens d’extrême droite sur 10 ! La droite reste en embuscade et appliquera sans surprise ses recettes connues : des économies encore plus fortes sur le dos des familles, moins de services publics, moins de dépenses publiques. Quel gâchis !

Un nécessaire changement de politique profond

Ce n’est pas faute de vous avoir alerté ! Au cours de toutes nos rencontres, y compris avec Martine AUBRY, nous vous avions fait part de notre souhait de travailler en priorité sur des solutions concrètes et immédiates pour répondre aux besoins de notre population et rattraper nos retards en matière d’emploi, de santé, de logement, de formation… Nous aurions pu lancer ensemble un appel à la mobilisation, dans le respect de la diversité des opinions de chacun, pour obtenir de l’Etat et de ce gouvernement, qu’il respecte les habitants de notre région.

Au lieu de cela, vous avez choisi de rompre toutes vos relations avec les communistes du Nord… Tout cela parce que Martine AUBRY n’a pas supporté la présence d’une liste Front de gauche à Lille ! Vous saviez dès le premier jour que si danger il devait y avoir pour la maire de Lille, il ne viendrait pas de ce côté. Les élections européennes ont montré, depuis, que le Parti Communiste Français et le Front de gauche ne sont pas responsables de vos défaites. Les résultats de ces élections appellent à un changement de politique profond. Ils offrent au gouvernement l’opportunité de reprendre enfin le pouvoir aux financiers de Bruxelles. Et ici, c’est un nouveau signal fort envoyé aux responsables politiques pour qu’ils se battent et obtiennent un plan d’urgence pour notre région.

Assez de mots, passons aux actes !

Sans paraître l’entendre, vous êtes déjà passé à l’élection suivante : vous appelez aujourd’hui à une alliance électorale en vue des futures élections régionales ! En plein débat sur une réforme territoriale encore floue mais aux contours lourds de menaces pour nos communes, notamment en secteur rural.

Plus que jamais, nous avons l’impérieuse urgence de retrousser nos manches pour inverser la tendance, ici et maintenant. Assez de mots, passons aux actes ! Car la tâche est immense, et il est urgent d’obtenir des résultats à l’échelle de notre région. C’est le seul moyen de faire reculer le chacun pour soi et la peur du lendemain. C’est la seule voie pour transformer la colère noire en force d’espoir et de progrès pour nos enfants. C’était déjà la préoccupation des communistes il y a un an, bien avant les élections municipales. Et cela reste toujours notre seule et unique préoccupation aujourd’hui.

Oui, c’est possible d’inverser la courbe du chômage en Nord-Pas de Calais, de soutenir notre industrie, les PME, la recherche, de lancer un plan d’investissement avec nos collectivités, nos communes au lieu de les asphyxier. Oui nous pouvons obtenir de l’État qu’il rattrape ses retards en matière de santé, de logement, d’infrastructures et qu’il paye ses dettes à l’égard de nos conseils généraux et régionaux. Oui nous devons rappeler à l’État ses engagements, notamment concernant le Canal Seine Nord. C’est une question de dignité et de respect ! Ce sont sur ces sujets que nous devons être unis et sur eux que nous devons concentrer nos énergies !

Cesser de se coucher devant la finance, changer vraiment la vie

Les 4.5 millions d’habitants et leurs élus locaux représentent une force incomparable, la seule qui peut se faire respecter et se faire entendre jusqu’à Paris. Voilà l’union que nous appelons de nos vœux pour notre région : celle des salariés, du public comme du privé, celle des entrepreneurs, des agriculteurs, des commerçants, des chercheurs, des étudiants, de la vie associative, des élus locaux qui, dans le respect de la diversité et du rôle de chacun, peut obtenir rapidement des moyens nouveaux pour rattraper nos retards et redonner un avenir à notre jeunesse.

C’est toujours notre état d’esprit. En France, comme dans le Nord, le Parti communiste Francais n’a qu’un objectif : travailler au bonheur commun. Nous pouvons y parvenir en nous y mettant tous ensemble, pour changer vraiment la vie, refuser l’austérité et cesser de se coucher devant la finance, en nous adressant à tous pour que chacun puisse vivre dignement et travailler ici, dans notre si belle région.

Voilà ces quelques réflexions que nous tenions à porter à votre connaissance ainsi qu’à celles des responsables socialistes du Nord.

Veuillez croire, Monsieur le Secrétaire Départemental, à l’assurance de mes amicales salutations.

Fabien Roussel
Secrétaire départemental de la fédération du Nord du Parti Communiste

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08