Suppression de lignes inter-cités

S’inscrire à l’infolettre :

L’aberration sociale et écologique !

Publié le 19 juin 2015

De nombreux trains d’équilibre du territoire, dits « trains inter-cités », sont menacés de voir leur fréquence réduite et certaines lignes risquent d’être entièrement supprimées. Dans le Nord-Pas de Calais, deux allers retour disparaîtraient sur la ligne Boulogne Amiens et Maubeuge Saint-Quentin, alors que la ligne Cambrai Saint-Quentin serait purement et simplement supprimée.

L’origine de cette disparition ? Le rapport « Duron », commandé par le ministère des transports. Il s’agit d’une des conséquences directes de la très libérale loi Macron qui favorise le transport par autocar au détriment du ferroviaire.

Signer la pétition contre la suppression des trains inter-cité


Une mesure aux antipodes des exigences sociales et écologiques.

Le train est pourtant un moyen de déplacement bien plus écologique et plus rapide que le bus.

Avec un taux d’émission de gaz carbonique de 10g par km et passager, les trains inter-cités sont 3 fois moins polluant que les bus (30g) et 8 fois moins que l’automobile (85g) [1]. Supprimer des trains pour mettre des autocars sur des routes déjà congestionnées va donc à contresens d’une réflexion d’avenir sur la limitation des émissions de gaz à effet de serre et des modes de transports peu polluants.

Le bus s’avère bien moins rapide que le train. Comptez environ 1h30 pour relier Saint-Quentin à Maubeuge (dans des conditions de circulation optimales) là où le train Corail permet d’effectuer le même trajet en seulement 40 minutes tout en desservant 3 autres destinations [2]. Choisir de développer le bus, c’est allonger la durée des voyages. On pensera aux usagers qui utilisent quotidiennement ces transports ...

Enfin, malgré tous les procès que l’on fait aux moyens de transports ferroviaires, les passagers d’un train ont 2 fois moins de chance de subir les conséquences d’un accident que les passagers d’un autocar [3]. Choisir le train plutôt que le bus, c’est s’assurer de la sécurité des passagers.

Pollution, temps de trajets rallongés, accidents ... Dans notre région, ce sont les usagers de territoires déjà sous-dotés en termes de services publics qui vont être pénalisés, sans parler des surcoûts occasionnés.

Signez la pétition !

Afin de ne pas laisser opérer ce retour en arrière et de préserver des transports ferroviaires de qualité, les élus du groupe Front de Gauche de la région se mobilisent :

Puisque cette casse du rail à été décidée unilatéralement ( rappelons que la loi Macron est passée en force via la procédure 49.3 ) La première étape de notre campagne consistera à réinstaurer de la démocratie là où celle-ci à été court-circuitée. Une pétition est en ligne ici pour faire entendre la voix des habitants de notre région :

Cette pétition réclame :

  • le maintien et le développement d’un service public ferroviaire de qualité sur tout notre territoire régional, pour mettre fin à la relégation des territoires concernés
  • l’arrêt de la pénalisation des usagers
  • la prise en compte de l’enjeu environnemental. Cela se traduit par l’arrêt de la suppression des trains.
  • le maintien des trains d’équilibre du territoire (train inter-cité anciennement appellé Corail)
  • Un investissement financier de la part l’État et de la SNCF dans le réseau ferroviaire de proximité.

Dans un second temps, nous appellerons tous les signataires à communiquer autour de vous cette initiative et à faire entendre votre voix, notamment auprès des représentants des différentes listes lors des élections régionales qui se dérouleront en décembre 2015.

Transports : Bilan des élus Front de gauche à la région

Durant leur mandat, les élus du Front de gauche à la région ont défendue une position qui consiste à faire passer l’intérêt des usagers, des citoyens et des salariés avant les logiques de rentabilité et de mise en concurrence. Ils ont notamment fait pression sur l’exécutif afin de :

  • Défendre l’application de tarifs sociaux au sein du réseau SNCF.
  • Augmenter la présence humaine au sein du réseau ferré régional (dans les gares et les TER).
  • Développer la transparence des décisions et la participation des usagers, notamment à travers la constitution de comité de ligne.
  • Maintenir le financement du réseau ferré par la région à hauteur de 237 millions d’Euros par an pour la période 2015-2025.
  • Développer un observatoire indépendant de la régularité du réseau afin de ne pas laisser à la seule SNCF le soin d’aprecier ses retards.
  • S’opposer à la mise en concurrence des transports de voyageurs au sein de notre territoire.
  • Maintenir un réseau de transport en commun propre et respectueux de l’environnement.
  • Maintenir les emplois sur notre territoire dans le domaine de l’industrie ferroviaire.

Notes :

[1Source : ADEME (Les chiffres clés 2014 - Climat Air Energie) avec SNCF (Info Co2 transport)

[2le temps de parcours par route a été calculé sur le site ViaMichelin avec l’option "voiture avec caravane" (pour simuler la vitesse d’un poid lourd) dans des conditions idéales de circulation.

[3Source : European Transport Safety Council : Transport safety performance in the eu a statistical overview

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08