S’inscrire à l’infolettre :

La France Insoumise rompt les négociations.

Publié le 16 mai 2017

La direction nationale de la France Insoumise a pris la lourde et l’entière responsabilité de rompre les discussions engagées entre nos deux formations, discussions qui proposaient d’aller ensemble, dans le plus large et le plus clair rassemblement possible, à la bataille des élections législatives des 11 et 18 juin prochains. Quel en est l’enjeu ? Forts des 7, 5 millions de voix recueillies par Jean Luc Mélenchon au niveau national, 288 115 voix dans notre département, nous voulons porter à l’Assemblée nationale le maximum de députés représentants le monde du travail, porteurs de l’exigence de nouveaux progrès social, écologique et démocratique, renouvelant ainsi profondément la vie politique. Nous voulons barrage à l’élection de députés d’extrême droite dans les circonscriptions menacées et nous savons que c’est ici dans le Nord que celle-ci est la plus forte. Il s’agit aussi d’empêcher Emmanuel Macron d’appliquer ses projets libéraux et en premier lieu, dès cet été, la casse déjà programmée, par ordonnances, du code du travail. Le score réalisé dimanche par le nouveau Président de la République ne vaut pas adhésion à son programme et la majorité parlementaire n’est acquise pour personne. Pour concrétiser ces objectifs, nous avons multiplié les propositions afin de rassembler, sous une bannière commune, respectueuse de chacun et permettant la participation de tous, Parti Communiste Français, France Insoumise, Ensemble ! les forces citoyennes du Front de gauche, toutes les forces de gauche et écologistes qui le souhaitent. Cette union maximale, conjuguant les forces de chacun, tout en respectant leurs différences est à nos yeux la meilleure chance de victoire. Nous avions commencé avec le Front de Gauche.

Nous regrettons et ne comprenons pas que la France Insoumise refuse cette proposition, s’obstinant à rejeter tout accord, qui n’aurait pas lieu sous la tutelle exclusive de la France Insoumise, et rompant ceux déjà conclus localement comme dans l’agglomération roubaisienne.

Cette décision incompréhensible ne peut qu’aboutir à l’éparpillement et la division alors que nous avons besoin d’unité et de rassemblement. L’intérêt des gens, l’intérêt des nordistes doivent primer sur les petits calculs boutiquiers et les paris hasardeux des recompositions partisanes. Regardons les dangers en face : L’extrême droite arrive en tête dans 7 circonscriptions dimanche dernier. La menace est clairement identifiée. Comment expliquer que nous ne soyons pas tous rassemblés devant de tels dangers ? Mais regardons aussi les possibles : notre candidat commun au premier tour, parrainé par de nombreux élus communistes, arrive en tête de tous les candidats ou de la gauche dans de très nombreuses circonscriptions. Comment justifier que nous soyons incapables de relever ce défi de l’élections de nombreux députés, transformant des victoires possibles en échecs programmés ?

Un accord portant à minima sur 10 circonscriptions significatives était possible dans notre département.

Nous en avons fait la proposition dans le cadre des discussions nationales. Elle est restée vaine. Pour autant, notre ligne de conduite reste la même. Les communistes ont pris la responsabilité de ne pas présenter de candidat à la Présidence de la République pour ne pas ajouter de la division à la division. Nous avons voté Jean-Luc Mélenchon pour ouvrir la voie à un nouvel espoir. Après avoir battu Marine Le Pen, conscient des combats qui nous attendent face à Emmanuel Macron, nous voulons aujourd’hui concrétiser cet espoir et cette force dans les élections législatives en rassemblant le maximum de voix et de forces à gauche, et en faisant élire le maximum de députés qui les porteront dans les combats à venir. L’échec des discussions nationales ne sonnent pas nécessairement le glas des rassemblements que nous pouvons porter ensemble dans le département. Nous restons disponibles pour cela. Il reste du temps.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08