Mercredi 29 septembre 2010

S’inscrire à l’infolettre :

Manif européenne à Bruxelles

Publié le 27 septembre 2010

29 septembre 2010 : 1ère grève européenne

Roumanie, Italie, Grèce, Allemagne, France, et même Angleterre. Partout en Europe, les salariés européens déposent des préavis de grèves et manifestent. Le ras-le-bol est général : les peuples veulent résister aux affronts capitalistes et reprendre leur destin en main.

Nous sommes à un tournant de la confrontation de classe en Europe. Alors que partout on nous répète que la crise est là, implacable, rendant inéluctable austérité, baisse des salaires, ou encore destruction de droits sociaux.

L’Europe est particulièrement secouée. Quoi d’étonnant, quand nous crions depuis longtemps que Traité de Maastricht et Traité de Lisbonne portent en eux la catastrophe économique et sociale à laquelle nous assistons aujourd’hui. On nous a dit si souvent que la concurrence libre et non faussée allait nous mener naturellement vers une harmonisation par le haut ! Mensonges ! Alors que la crise bat son plein, les masques tombent, mais le discours reste le même. FMI, Union Européenne et gouvernements continuent de répéter leur refrain, inlassablement : il faudrait diminuer les salaires, détruire les services publics, travailler toujours plus et plus longtemps, se faire concurrence en détruisant nos droits et acquis... La voilà, l’Europe dont ils rêvent et qu’ils ont sérieusement commencer à bâtir !

Pour cela, la violence des moyens qu’ils utilisent, ainsi que leur surdité envers les revendications et les cris d’alarme du peuple européen, prouvent que pour eux, la démocratie n’est qu’un mot à agiter quand cela les arrange, mais sur lequel ils peuvent s’assoir quand elle les gêne. Ainsi, nombre de gouvernement adoptent des méthodes de plus en plus autoritaires et inquiétantes pour faire passer ces choix contre lesquels les résistances se multiplient. C’est une mise sous tutelle de la démocratie.

Et pendant ce temps, alors que la crise vient du système capitaliste et notamment de son système financier, nos gouvernants voudraient donner plus de pouvoir encore aux marchés financiers. De qui se moque-t-on ?

Agir contre la crise, cela signifie changer le contenu et les méthodes de la construction européenne. L’UE doit rompre avec la logique "la dette pour les Etats, la ceinture pour les peuples, les profits pour la finance".

Des moyens nouveaux doivent êtres mobilisés, et une toute autre répartition des richesses exigée. C’est quand le chômage recule, quand les salaires sont plus élevés, quand les revenus des grands actionnaires et financiers sont mis à contribution, quand la fiscalité est basée sur la justice sociale, que les caisses publiques et sociales peuvent se remplir. Il est temps de faire imposer ces nécessités !

La politique économique doit être conçue à partir de l’intérêt commun et non "du marché". Puisque les capitalistes européens se sont unis depuis bien longtemps, il nous faut à notre tour construire une dynamique sociale et politique européenne, porteuse d’alternatives en faveur de réponses aux besoins humains et écologiques.

Résister partout est nécessaire, mais montrer la cohérence et la convergence de nos luttes européennes dans une manifestation nous réunissant tous, c’est donner une nouvelle dimension à nos combats et nos espoirs. C’est ensemble que nous vaincrons !

Le PCF Nord organise un bus au départ de Lille vers Bruxelles ce 29 septembre. Une petite participation vous sera demandée, encore à déterminer.

L’heure du départ reste à fixer, mais il serait plus pratique que vous vous inscriviez, d’ors et déjà, nombreux. Envoyez-nous vos adresses emails et vos numéros de téléphone portable avec vos noms et prénoms à :

Lise Toussaint : 06 03 53 36 89, lise.toussaint@gmail.com ou Nadine Savary : 06 17 58 67 36, nadinesavary2003@yahoo.fr

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08