S’inscrire à l’infolettre :

Mobilisation générale pour l’Humanité !

Publié le 30 janvier 2019

Ci dessous, l’édito de Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité.
Tous et toutes ensemble, sauvons notre journal !


"Depuis plusieurs mois, nous ne cessons d’alerter sur les lourdes difficultés financières qu’affronte l’Humanité. Nous n’avons ménagé aucun effort pour les surmonter. Les lectrices et les lecteurs se sont levés en masse. En quelques semaines, plus d’un million d’euros ont été collectés grâce àleur si précieux engagement. Une nouvelle fois nous remercions celles et ceux qui y ont déjàparticipé et ceux qui s’apprêtent àle faire.

Cependant, nos actions n’ont pas permis jusque-làd’atteindre nos objectifs. Nous avons continué de nous heurter au refus de la mise en œuvre du plan global élaboré sous l’égide de l’État depuis la fi n de l’année 2016. Aucune banque n’a voulu àcette heure s’engager ànos côtés.
Dès la fin de la période des états généraux de la presse en 2015, un million d’euros ont été retirés àl’Humanité au titre de quotidien àfaibles ressources publicitaires quand d’autres y accédaient sans augmentation des budgets du ministère de la
Culture et de la Communication. Ces éléments ont contribué àdégrader la trésorerie de l’Humanité, notamment durant l’été dernier, alors que nous continuions ànous battre pour mettre en œuvre ce plan global. Malgré nos tenaces efforts, jusqu’aux
premiers jours du mois de janvier, rien ne s’est produit.
C’est dans ces conditions que l’Humanité a été placée sous protection du tribunal de commerce la semaine dernière.
Celui-ci statuera sur l’avenir de l’entreprise lors d’une audience qui se tiendra mercredi 30 janvier. Nous plaidons la continuité de l’exploitation de l’Humanité.
Il ne s’agit pas d’abord d’un enjeu comptable. C’est une question politique de premier ordre qui interroge une société soucieuse de l’expression du pluralisme
des idées, de la démocratie.

Au moment où tant de débats et d’inquiétudes s’expriment sur les « fabriques  » de « fausses nouvelles  », laisser mourir l’Humanité reviendrait àaffaiblir la presse de qualité et àassécher encore plus le débat contradictoire. Au moment où les médias connaissent une telle crise de confiance, l’engagement constant de l’Humanité aux côtés des travailleurs, des milieux populaires, des « invisibles  », des penseurs qui contestent le système, des créateurs qui portent haut la culture constitue un atout pour le journalisme et un atout pour l’exercice de la citoyenneté.

C’est aussi un enjeu de souveraineté pour le pays au moment où plusieurs journaux nationaux viennent ces derniers temps d’être rachetés ou recapitalisés par des groupes industriels et financiers étrangers qui lorgnent sur des activités productives de la France.

Il existe un chemin pour que vive et se développe l’Humanité. Durant l’année 2018, le nombre d’abonnés àl’Humanité et l’Humanité Dimanche a progressé et les ventes en kiosque en novembre et décembre sont bonnes. Le nombre d’utilisateurs de la plateforme numérique progresse. La Fête de l’Humanité a été un succès populaire et culturel.

Nous appelons aujourd’hui àune mobilisation exceptionnelle pour réussir.

Une multiplicité d’actions de solidarité peut être engagée dans les villes et villages, dans les entreprises, dans les universités : collecte de fonds, débats, banquets de soutien, animations de rue, campagne pour faire découvrir nos journaux…
Nous lancerons dans les prochains jours une grande campagne d’abonnements de parrainage sous le thème « Ã€ chaque lectrice et lecteur son nouvel
abonné  » àl’Humanité Dimanche et àl’Humanité des débats du vendredi, pour deux mois au prix de 27 euros.

Nous proposons aux élus progressistes et républicains de contribuer àdonner leur juste place ànos journaux dans les bouquets de presse des bibliothèques et médiathèques, comme dans les lieux d’accueil au public.

Nous appelons l’État àprendre de nouvelles initiatives pour défendre le pluralisme de la presse, àaugmenter l’aide aux quotidiens àfaibles ressources publicitaires, àne pas démanteler les fondements de la loi Bichet de distribution de la presse.

Dès maintenant, nous plaçons l’Humanité sous protection populaire et citoyenne.
Dans ce cadre, une grande soirée de mobilisation et de solidarité pour l’Humanité aura lieu le vendredi 22 février àla salle la Bellevilloise, àParis. Une multitude de personnalités ont déjàannoncé leur participation en faveur de cette mobilisation.

Une grande bataille pour sauvegarder et développer l’Humanité doit s’engager. Une des composantes historiques de la presse française ne saurait disparaître. "

Quelques photos :

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08