Accueil   >   Actualité   >   Infos temporaires

La Gauche face au défi des retraites.

S’inscrire à l’infolettre :

Faut-il réformer le système ? Les réponses du PCF et du PS.

Publié le 25 octobre 2007

Faut-il réformer le système ? Quelle réforme et quel financement ?

Les réponses du PS et du PCF.

Faut-il réformer le système français des retraites ? À gauche, on répond positivement à la question. Pour le PS, le système est menacé par les déséquilibres financiers, le déficit de la branche vieillesse atteignant près de 4 milliards d’euros en 2007. Et, si on ne touche à rien, le PS estime que la situation va s’aggraver avec une augmentation de 30 % du nombre de retraités dans les dix à quinze ans à venir et une forte évolution du ratio retraités/actifs au profit des premiers.

Le Parti communiste reproche au gouvernement de ne considérer les retraités que comme un poids pour une économie qui n’aurait plus les moyens de maintenir leurs conditions et leur niveau de vie. Pour lui il est nécessaire de considérer le rôle et la place des retraités dans la vie économique et sociale, leur présence active, bénéfique pour la société.


Faut-il en finir avec les régimes spéciaux ?

Pour le Parti communiste, les régimes spéciaux prennent en compte les particularités de l’exercice de l’activité professionnelle des salariés concernés et doivent donc être préservés. Il propose de restituer les droits des retraités de la fonction publique. L’égalité des droits entre les salariés doit être réalisée par un alignement sur les conditions les plus favorables.

Pour le Parti socialiste, il n’est pas possible de continuer à gérer 128 régimes particuliers. Il reproche au gouvernement de « saucissonner » la réforme pour diviser entre eux les salariés et en stigmatiser certains. Il préconise la négociation d’une réforme globale et simultanée pour parvenir à un système transparent et cohérent, intégrant le critère de pénibilité des métiers pour corriger les inégalités d’espérance de vie.

Peut-on améliorer les régimes de retraites ?

C’est un impératif pour le Parti socialiste. Selon lui, le statu quo se traduit par l’existence de plus d’un million de retraités vivant sous le seuil de pauvreté. Le PS demande que, d’ici à 2010, aucune pension de retraite ne soit inférieure à 80 % du SMIC. La possibilité de partir à la retraite à 60 ans doit être maintenue. S’il ne fixe pas de proposition plus précise, plusieurs de ses dirigeants (notamment François Hollande) ont souvent affirmé qu’il n’était pas question de revenir aux 37,5 annuités pour ouvrir droit à une retraite complète.

Le Parti communiste entend, lui, restaurer pour tous le droit à la retraite pleine et entière à 60 ans avec 37,5 annuités validées. Concernant les pensions, il préconise une augmentation incluant le rattrapage du pouvoir d’achat perdu, une garantie de retraite totale à 75 % du salaire moyen des 10 meilleures années et un niveau minimum égal au SMIC, de revenir à l’indexation sur l’évolution des salaires bruts au lieu de l’indice des prix.

Comment financer la réforme des retraites ?

Pour le PS, la réponse au défi de la retraite passe par une augmentation des recettes et donc des cotisations. Reste à savoir lesquelles et dans quelle proportion. La solution de la hausse de la CSG est le plus largement avancée. Une sollicitation plus forte des revenus financiers, la majoration des cotisations patronales doivent être posées.

Pour financer les retraites, le PCF en appelle à une nouvelle répartition des richesses entre les salaires et les profits. La part des profits dans la valeur ajoutée est passée de 30 % à 40 % en trente ans, tandis que la part des salaires empruntait le chemin inverse. Il s’agit pour le PCF d’inverser cette tendance, pour parvenir à consacrer 18,5 % du PIB au financement des retraites en 2040, alors qu’il est de 12,5 % aujourd’hui. Paiement des dettes des entreprises et de l’État à la Sécurité sociale, suppression des exonérations de cotisations sociales, prélèvement de cotisations sur les revenus financiers et tous les éléments de rémunération (stock-options) sont les principales solutions avancées par le PCF. Olivier Mayer

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08