Accueil   >   Actualité   >   Initiatives

20-27 Juin Semaine d’actions

S’inscrire à l’infolettre :

Solidarité avec la Grèce

Publié le 18 juin 2015

Les jours qui viennent s’annoncent décisifs dans le bras de fer qui oppose le peuple Grec à la Troïka (Commission européenne, BCE, FMI). La mobilisation de tous est nécessaire. Le PCF est partie prenante de la semaine d’actions et de solidarité.


Il est urgent de faire entendre la solidarité avec la Grèce. Nous arrivons à une période déterminante. Le mois de juin va être un mois crucial pour la Grèce. Un mois crucial pour la démocratie et pour les peuples européens. Le gouvernement grec, depuis qu’il a été élu, a tenu ses engagements. Il n’a pas trahi la parole du peuple grec. Il n’a pas trahi le mandat pour lequel il a été élu. Il cherche avec raison, avec esprit de responsabilité un accord avec les autorités européennes. Le gouvernement grec tient ses engagements. La réalité n’est pas celle qu’on nous raconte tous les jours.

Depuis l’entrée en fonction de ce gouvernement, la Grèce a remboursé sept milliards d’euros à ses créanciers. En retour, pas un euro n’a été versé de l’Europe vers la Grèce. Ce n’est donc pas la Grèce qui a un problème. C’est l’Europe qui a un problème avec le respect du peuple grec. Sur la base des propositions du
gouvernement grec, un accord raisonnable est possible et tout doit être fait pour l’obtenir.

Il y a aujourd’hui un face à face. D’un coté des « jusqu’au-boutistes », des « aventuristes » comme le ministre des finances allemand, qui veulent la rupture et cherchent à enfermer la Grèce dans cette alternative : la capitulation ou l’expulsion. De l’autre, un gouvernement élu qui cherche à appliquer son programme et appelle à la solidarité. Il faut le redire, la Grèce n’est pas un locataire de l’Europe que des grands propriétaires pourraient congédier ou racketter. La Grèce est une grande démocratie, un pays souverain. La Grèce est copropriétaire de l’Europe à l’égal de tous les autres pays.

Il faut cesser de faire croire qu’aucune autre solution n’existe que l’acceptation serviles aux règles austéritaires et ultralibérales européennes. Par exemple : la Banque Centrale Européenne émet 1 200 milliards d’euros. Cet argent ne doit pas aller aux banques pour nourrir la finance et la spéculation. Nous proposons de mettre cet argent dans un Fonds qui servira au développement des services publics, aux investissements de transition écologique, au relèvement des salaires et à la relance sociale. En faisant cela, on trouvera l’argent nécessaire pour le relèvement de la Grèce et de l’Europe.

La France, qui a dit NON il y a dix ans au Traité constitutionnel européen, peut jouer un rôle important dans ce qui se passe actuellement en Grèce. Notre pays doit être aux côtés d’Alexis Tsipras et du gouvernement grec. La France sera elle-même, elle sera grande si elle est au rendez-vous pour faire respecter les choix des grecs. Elle sera honteuse et affaiblie si elle fait défaut dans ce moment crucial de l’histoire européenne.

Quelques photos :

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08