Accueil   >   Actualité   >   Newsletter   >   La Voix Militante n° 03

Education Nationale

S’inscrire à l’infolettre :

ARITHMETIQUE

Publié le 29 janvier 2012

75 000 depuis 2007 + 16 000 en 2012 = 91 000 postes d’enseignants supprimés durant le mandat de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République.

91 000 postes !

91 000 postes d’enseignants auront été supprimés en 5 ans sous la présidence de Sarkozy !

Ce sont, cette année encore, 1020 postes, notamment dans les lycées professionnels, qui seront supprimés pour notre seule région Nord-Pas de Calais pour la rentrée 2012. C’est ainsi que l’on sacrifie, sur l’autel de la réduction des déficits publics, des centaines de milliers d’élèves.

D’autant plus inacceptable lorsque l’on sait que 150 000 jeunes sortent chaque année sans qualification, et que l’on comptabilise aujourd’hui 63 000 jeunes demandeurs d’emplois de moins de 25 ans dans le Nord-Pas de Calais contre 56 000 en 2007.

Nul n’est devin pour dire qu’il est plus facile d’étudier et d’acquérir les connaissances de base lorsque l’on est 20 élèves par classe plutôt que 35.

Et pourtant le Gouvernement ne cesse de tirer sur la corde. Sarkozy et les membres de son Gouvernement ont bénéficié des vertus de l’école de la République. Il est inadmissible qu’ils puissent la mettre au pilori aujourd’hui. D’ailleurs, il est loin le temps où Nicolas Sarkozy promettait, par voix de presse, le gel des suppressions de postes dans l’Education Nationale. Aujourd’hui, la casse s’accentue.

Un désengagement de l’Etat de plus en plus prégnant

Depuis quelques années, l’Etat ne fait malheureusement plus de l’Education une priorité. Au-delà de la suppression des postes, il se désengage des investissements nécessaires au bien être éducatif de nos enfants. Les régions et les départements se sont vus successivement attribuer le financement de l’apprentissage, le transport scolaire, le fonctionnement puis l’équipement des collèges et des lycées, la formation des travailleurs sociaux,…

Et alors que, malgré que ce soit une fonction régalienne, les collectivités investissent, l’Etat lui continue de supprimer à la machette le nombre d’enseignants. On marche vraiment sur la tête !

Mais nous ne méprenons-pas. Quand Sarkozy évoque « la redéfinition du métier d’enseignant », il s’agit là de transférer au privé le service public de l’éducation. C’est ainsi qu’en mai 2011 a été organisé dans l’académie de Paris, un « Prof Dating ». Plusieurs centaines de personnes de tous âges et de tous horizons (juriste, charcutier, ancien trader, facteur, journaliste, …) se sont présentées au « Prof Dating » organisé par le Rectorat de Paris et Pôle Emploi, afin de recruter des enseignants non titulaires pour l’année scolaire 2011-2012.

C’est une preuve non dissimulée du démantèlement de l’Education nationale – et des services publics de manière générale – où d’un côté on supprime des postes d’enseignants titulaires et de l’autre on recrute des enseignants-remplaçants venant du secteur privé et ce, sans aucune formation, si ce n’est un entretien préalable.

L’Education est aujourd’hui une variable d’ajustement soumise aux dogmes libéraux. En voilà une illustration concrète.

Plus que jamais nous devons être mobilisés face à cette casse programmée, à l’instar du collectif de défense de l’école de la République, créé dans le cadre d’un large rassemblement dans le Douaisis, et animé notamment par le conseiller général communiste Alain BRUNEEL, ou encore du rendez-vous citoyen initié par les candidats du Front de Gauche des 7ème et 8ème circonscriptions devant le lycée Van Der Meersch de Roubaix le 21 janvier dernier.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08