Accueil   >   Actualité   >   Newsletter   >   La Voix Militante n° 04
S’inscrire à l’infolettre :

LE DROIT DE GREVE EN DANGER

Publié le 10 février 2012

Après l’instauration du service minimum d’accueil dans les écoles, le service minimum dans les services de la RATP et de la SNCF, voilà qu’est étudiée cette question pour le transport aérien. Le droit de grève est-il en danger ?

Le droit de grève est inscrit dans le préambule de la Constitution en son alinéa 7. Et pourtant, le gouvernement s’y attaque frontalement.

La grève est bien loin d’être immorale comme le laisse penser nombre de nos dirigeants. Elle est avant tout la source de progrès sociaux pour les salariés. Mais aujourd’hui, les limites du droit de grève ne cessent de s’étendre. Le service minimum dans les secteurs du transport devient la norme. Il faut, pour les transports terrestres, ou faudra, pour le transport aérien, annoncer de manière individuelle et 48 heures à l’avance l’intention de faire grève et ce, après une procédure de deux semaines de négociation. Cela remet en cause la dimension collective du droit de grève.

Et dans les écoles, où les agents municipaux doivent se substituer aux enseignants grévistes pour accueillir les enfants. Pourtant, l’Etat n’est pas aussi consciencieux et réactif quand il s’agit de remplacer un enseignant absent. Les élèves se retrouvent plusieurs jours sans enseignant avant qu’il ne soit remplacé. Nous pouvons évoquer également les réquisitions de grévistes comme ce fut le cas dans les raffineries de Grands Puits et Gargenville en 2010. Réquisitions condamnées d’ailleurs par l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Tout cela, sans en oublier les dimensions sociale et économique où face au chantage patronal, face à la hausse du chômage et de « l’armée de réserve » comme le disait Marx, face à des salaires toujours plus bas et à un pouvoir d’achat en diminution constante, face à l’épreuve de force menée par le Capital, les salariés choisissent de travailler plutôt que de se mettre en grève.

Pour toutes ces raisons, le droit de grève est en danger.

Or, s’attaquer au droit de grève, c’est s’attaquer à l’essence même de la démocratie.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08