Accueil   >   Actualité   >   Newsletter   >   La Voix Militante n° 04
S’inscrire à l’infolettre :

LE FRONT NATIONAL = IDEES SOMBRES

Publié le 10 février 2012

Selon certains commentateurs en mal d’originalité, le Front National serait devenu plus convenable, plus à même de jouer un rôle politique nouveau en France, il est même placé, par les médias complaisants, au centre du débat politique. Mais en réalité, derrière le changement de prénom et de visage, sa politique reste identique : racisme et discriminations, poursuite et aggravation des politiques de régression sociale et d’austérité libérale, recul des droits des femmes,…

Alors dévoilons au grand jour à toutes les personnes qui seraient tentées par ce vote extrême, le vrai programme du Front National.

Proche du peuple Marine Le Pen, sûrement pas !

Son programme est réellement antisocial et le fond, malgré les tentatives de dédiabolisation, reste le même.

Le Front National, c’est l’extrême droite. Une extrême droite qui fait avant tout le jeu du patronat dont les dirigeants sont souvent proches. D’ailleurs, Marine Le Pen ne propose rien de moins que de faire appel à des bénévoles parmi les chômeurs pour relancer l’industrie tout en baissant les impôts et les charges des entreprises, comme elle propose la fin des minimas sociaux (RSA, minimum vieillesse, CMU, allocation chômage,...). Dans le même temps, elle ne remet pas en cause les 30 milliards d’euros d’exonérations de cotisations patronales et ne dit rien sur l’augmentation des salaires ou du smic.

Et que dire de la protection des salariés et du syndicalisme.

Elle souhaite purement et simplement supprimer les syndicats, qu’elle a d’ailleurs assimilé à des « émeutiers » lors des grèves contre la réforme des retraites. Une réforme dont elle ne souhaite pas l’abrogation au contraire du Front de Gauche. Le FN ne montre aucune solidarité avec les salariés. Ainsi, ses élus n’ont jamais apporté leur soutien aux Fralib ni voté la solidarité au Conseil Régional de PACA, pourtant approuvée du Front de Gauche à l’UMP.

En parlant d’élus, souvenons-nous de leur entrée à l’assemblée nationale en 1986 où une trentaine de députés FN y ont été élus suite à la mise en place de la proportionnelle pour cette élection. Ils ont en effet voté contre la création d’un dégrèvement sur la taxe d’habitation pour les ménages non imposables, contre la possibilité pour le tribunal de déchoir de ses responsabilités tout chef d’entreprise qui a procédé à des licenciements injustifiés, contre le reversement aux organismes HLM de la TVA perçue par l’Etat pour leurs dépenses d’investissement, contre l’engagement de la France à ne pas produire et ne pas stocker d’armes chimiques conformément au droit international, contre la suppression des essais nucléaires à Mururoa et pour la fabrication de la bombe à neutrons, … C’est très révélateur.

Qui a déjà vu le FN descendre dans la rue pour défendre notre système de santé, nos retraites, notre école, ou toute conquête sociale fondamentale depuis la Libération ?

Fustigeant la mondialisation, il ne propose aucune alternative si ce n’est une France repliée sur elle-même. Comme ils ne font aucune proposition concrète pour redonner la main aux peuples et au pouvoir politique sur les marchés, les spéculateurs, les banques et autres agences de notation.

Rien sur la santé, si ce n’est la fin des remboursements liés aux Interruptions Volontaires de Grossesse, alors que tant de choses sont à revoir.

Par contre, tout un pan entier sur l’immigration et la préférence nationale, de manière à attiser les peurs et les haines, mécanisme bien rodé du FN.

Or, l’immigration n’est pas un coût pour la France. Si en 2009, les immigrés ont reçu 48 milliards d’euros de l’Etat, ils lui en ont rapporté 60 milliards en impôts et cotisations sociales, soit un solde positif de 12 milliards d’euros.

Pourquoi nous ne nous posons jamais la question de savoir, à contrario, combien de Français vivent à l’étranger ?

Enfin, n’oublions pas les propositions les plus abjectes, comme le retour à la peine de mort, la discrimination, la mise en place d’un système corporatiste comme sous Pétain,…

Pas étonnant lorsque l’on sait que Marine Le Pen côtoie toujours au sein de son parti, des nostalgiques de Vichy, des anciens de l’OAS, des intégristes ou des militants proches des thèses néo-nazies.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08