Accueil   >   Actualité   >   Newsletter   >   La Voix Militante n° 13
S’inscrire à l’infolettre :

Conférence Nationale

Publié le 25 juin 2012

CONFERENCE NATIONALE DU PARTI COMMUNISTE FRANCAIS

Après deux jours de consultation, la conférence nationale qui a réuni plus de 500 délégués le 20 juin dernier à Paris (Salle de la Mutualité) a entériné la décision des communistes de ne pas participer au gouvernement Ayrault II, « les conditions n’étant pas réunies ».

Le Parti Communiste Français, à travers ses délégués à la Conférence Nationale, s’est réuni pour examiner la situation après les élections.

Ainsi, ils ont énoncé qu’ils ont été fiers d’avoir contribué à la défaite de Nicolas Sarkozy et de la droite, et d’avoir ainsi « cassé » le duo Merkel-Sarkozy qui constituait le socle le plus engagé des politiques d’austérité en Europe. Fiers d’avoir contribué à la victoire de la gauche avec le Front de Gauche par ses votes au 1er et au 2nd tour des élections mais aussi par ses propositions qui ont marqué souvent le débat national.

Il en est ainsi de la retraite à 60 ans pour tous et à taux plein ; de la relance urgente du pouvoir d’achat, du SMIC et des salaires ; d’un nouveau statut pour la Banque Centrale Européenne et de l’abrogation du pacte européen de stabilité ; de la promulgation d’une VIème République ; …

Transformer la démocratie

Aujourd’hui, l’Assemblée Nationale élue ne reflète pas la diversité des opinions exprimées par les Français. Le PS dispose de 90 % des députés de gauche avec 65 % des voix de celle-ci, et ensemble le PS et l’UMP ont obtenu 90 % des sièges. Le scrutin et l’inversion du calendrier électoral renforce indéniablement le bipartisme. Introduire la proportionnelle dans tous les scrutins est une nécessité pour notre démocratie. De plus, il faut donner plus de pouvoir au peuple, notamment en le consultant régulièrement sur les grands choix nationaux et européens. Il faut aborder et traiter avec force la question de l’abstention. Quelle légitimité peut avoir un élu s’il ne l’est qu’avec moins d’un quart des électeurs ?

Sortir de la crise

En France et en Europe, la crise du capitalisme continue de se développer. C’est le défi auquel est confronté le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

La gauche en gagnant a fait naître de grands espoirs de changement. Ils ne doivent pas être déçus.

Le Parti communiste français et le Front de gauche ont porté des propositions qui permettent de sortir de la crise. Il faut pour cela affronter les logiques financières, refuser la domination des marchés, changer le rôle de la Banque Centrale Européenne (BCE) et du crédit en général afin que l’argent public et les profits servent la relance de l’activité et financent activement l’emploi, les salaires, les formations, la recherche, l’innovation et les services publics. Ces changements structurels conditionnent toute politique sociale ambitieuse.

Le Parti communiste français est un parti de gouvernement. Il est prêt à assumer ses responsabilités. Mais le gouvernement de Jean-Marc Ayrault se refuse à prendre en compte les propositions de toutes les formations de gauche qui ont contribué à la victoire.

Aujourd’hui, le Premier ministre considère que sa seule feuille de route est le programme du candidat François Hollande à l’élection présidentielle. Il ignore ainsi les quatre millions de voix du Front de gauche qui ont permis l’élection du président.

Dans ces conditions, le Parti Communiste Français n’ira pas au gouvernement. C’est ce qu’a affirmé Pierre Laurent à Jean-Marc Ayrault, au sortir de la Conférence Nationale du 20 juin dernier.

Le Parti Communiste entend continuer à travailler dans un esprit constructif, attentifs aux luttes et au mouvement social. Il continuera d’être une force positive pour pousser le changement le plus loin possible avec comme ligne directrice le refus des politiques de rigueur soumises aux exigences des marchés.

Il contribuera à développer les rapports de force nécessaires à l’adoption de mesures législatives qui traduisent les aspirations populaires. Le Front de gauche ouvrira des ateliers législatifs, avec toutes celles et ceux qui voudront si investir, pour élaborer ensemble les propositions de lois utiles à toutes et tous.

Le Parti Communiste Français veut la réussite de la gauche et sa réussite durable.

Il sera force de propositions pour une politique sociale, écologique, de relance de l’activité en France et en Europe.

Il agira pour que la France joue un rôle actif en faveur de la paix dans le monde et des droits des peuples.

Il propose aussi que la France prenne l’initiative d’états généraux de la refondation de l’Union européenne.

Poursuivre et enrichir la dynamique du Front de Gauche

Que ce soit à l’élection présidentielle ou aux élections législatives, le Front de gauche a été confirmé comme la deuxième force de gauche dans notre pays. C’est une chance pour aujourd’hui et pour demain.

Le Front de gauche fait de la politique autrement autour des idées et d’un programme en refusant toute stigmatisation, toute désignation de bouc émissaire, en s’efforçant de dialoguer avec l’ensemble de la gauche et du pays des issues à la crise pour un changement durable.

Nos « mots d’ordre » : « l’Humain d’abord », « Place au peuple », « Prenez le pouvoir », « On ne lâche rien », restent plus que jamais d’actualité.

Le Parti Communiste et le Front de gauche veulent rassembler celles et ceux qui refusent les politiques libérales subies toutes ces dernières années, qui refusent de limiter le changement à une alternance entre deux partis dominant actuellement dans le pays.

Au contraire, il s’agit d’être ambitieux pour notre pays.

Les communistes pensent que chacune et chacun doivent être les acteurs principaux des objectifs de changement. Ils vous invitent à rejoindre le PCF et à vous rassembler dans le Front de gauche pour qu’il en devienne la force motrice.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08