Accueil   >   Actualité   >   Newsletter   >   La Voix Militante n° 06
S’inscrire à l’infolettre :

8 mars

Publié le 9 mars 2012

LE 8 MARS, JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES

Ce 8 mars a eu une résonance toute particulière notamment après les propos de Marine Le Pen sur le déremboursement de l’IVG ou encore des conservateurs américains contre le remboursement de la pilule contraceptive. L’un d’eux traitant de « prostituée » une jeune étudiante venue témoigner devant le Congrès Américain des risques occasionnés aux femmes privées de remboursement.

Contre toutes ces attaques réactionnaires, la journée internationale des droits des femmes doit avoir une tonalité toujours plus forte.

Officialisée par les Nations Unies en 1977, elle trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du 20ème siècle en Europe et aux Etats-Unis réclamant l’égalité des droits.

En France, ce sont le journal L’Humanité et le Parti Communiste Français qui dès les années 1950 relayaient avec force les mouvements des femmes et leurs mobilisations.

Aujourd’hui, cela reste un combat permanent.

Dans notre pays, l’égalité homme-femme est loin d’être acquise et ce, à tous les niveaux.

Salarial tout d’abord :

Tous temps de travail confondus, les femmes touchent au total un salaire 27 % moins élevé que celui des hommes. Pour des temps complets, les femmes touchent 19 % de moins. A poste et expérience équivalents, les femmes touchent 10 % de moins.

De plus, les femmes occupent plus souvent des emplois de mauvaise qualité à temps partiel, souvent subi, de moindres responsabilités, etc. Elles demeurent largement défavorisées sur le marché du travail. En 2011, 8 % des femmes salariées sont en situation de temps partiel subi, contre 2,8 % des hommes.

Face au chômage :

Depuis les années 1970, le chômage des femmes en France a toujours dépassé celui des hommes. En 2011, l’écart entre les hommes et les femmes sans emploi étaient de 9,5 %.

Pour conséquence, les femmes représentent 51 % de la population, mais 53 % de la population pauvre, soit 2,3 millions de femmes pauvres.

Dans les tâches domestiques :

Que les femmes aient ou non un emploi, elles sont toujours les « championnes » du travail domestique, comparé aux hommes. En moyenne, les femmes consacrent 3h52 par jour aux tâches domestiques, en 2010, contre 2h24 pour les hommes. Avec l’arrivée d’un enfant, ce partage inégal perdure, voire se creuse.

Sur la scène politique :

Malgré les réformes, les femmes restent encore minoritaires parmi nos élus (à l’encontre de nombreux pays occidentaux). Si la loi sur la parité a permis de faire élire beaucoup plus de femmes dans les conseils municipaux (35,8 % des conseillers municipaux élus au scrutin de mars 2008) et régionaux (48,3 % de femmes au 31 décembre 2010), celles-ci n’ont pas forcément accédé à des fonctions de responsabilité locale (seulement 14,2 % des maires au 31 décembre 2010).

Dans les conseils généraux, seuls 12,9 % des conseillers généraux sont des femmes. Enfin, à l’échelon national, on ne compte encore que 18,5 % de femmes à l’Assemblée nationale et 21,8 % au Sénat.

Le Front de Gauche n’est pas sans propositions.

Parmi celles-ci, on peut évoquer notamment la création d’un Ministère des Droits des Femmes et de l’Egalité chargé de la mise en œuvre de l’égalité sociale et économique ou encore l’organisation d’une négociation annuelle avec les partenaires sociaux sur le respect de l’égalité professionnelle en termes d’emplois, de salaires, de promotions,…

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08