Accueil   >   Actualité   >   Newsletter   >   La voix militante N° 15
S’inscrire à l’infolettre :

PL senat

Publié le 13 octobre 2012

Extraits de l’intervention de Pierre Laurent, sénateur, secrétaire national du PCF.

« Vous nous demandez de ratifier le « Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire », signé en mars dernier par Nicolas Sarkozy. Ne comptez pas sur nous.

Cette ratification, Monsieur le Premier Ministre, est à nos yeux une faute politique.

Vous avez été élu pour conduire le changement et rompre avec le Sarkozysme, non pour emprunter ses pas. Depuis hier, vous prétendez qu’une majorité de gauche existe pour adopter ce traité. C’est faux.

Faut-il rappeler que sans les 4 millions d’électeurs et d’électrices du Front de gauche, hostiles à ce traité, il n’y avait pas, au printemps dernier, de majorité pour battre la droite ?

Faut-il rappeler que des millions d’électeurs ont cru à votre engagement de renégocier le traité ?

Les artifices de présentation de l’arithmétique parlementaire ne masqueront pas la réalité.

A l’Assemblée nationale, 63 députés de toutes les familles de la gauche n’ont pas ratifié ce traité (...). Et je veux saluer le courage de toutes celles et ceux qui à nos côtés, à gauche, écologistes ou socialistes, ont refusé de céder aux pressions, et sont restés fidèles à leurs convictions.

Ici, au Sénat, le traité n’aura pas de majorité à gauche.

Les Français voulaient être consultés par référendum. Vous avez contourné cette volonté populaire. La ratification du traité restera à jamais entachée par ce refus.

Oui, il n’y a pas de majorité populaire, pas de majorité de gauche favorable à ce traité (…).

Vous ne le ratifierez qu’avec la droite, qui endosse sans complexe l’héritage empoisonné de Nicolas Sarkozy.

En bons godillots du MEDEF, nos collègues de droite suivront à la lettre les recommandations de Laurence Parisot, je cite : « Ne pas se poser la question de la ratification du traité européen : et le signer des deux mains ». Pour notre part, nous garderons le cap du changement.

Je vous lance un dernier appel. Ne ratifiez pas ce traité. Envoyez un signal aux citoyennes et aux citoyens, aux forces politiques, sociales et syndicales et aux mouvements de résistance qui, sur notre continent, sont prêts à relever le défi de la réorientation de l’Europe.

Prenez l’initiative, au nom de la France, de convoquer des Etats généraux de la refondation européenne, un processus citoyen et démocratique de redéfinition des objectifs de l’UE et des outils de l’intégration régionale.

Tôt ou tard, les forces de gauche devront se rassembler pour conduire cette réorientation. Soyez assurés que nous ne ménagerons aucun de nos efforts pour continuer à travailler à ce rassemblement. »


Extraits de l’intervention de Pierre Laurent, sénateur, secrétaire national du PCF.

« Vous nous demandez de ratifier le « Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire », signé en mars dernier par Nicolas Sarkozy. Ne comptez pas sur nous.

Cette ratification, Monsieur le Premier Ministre, est à nos yeux une faute politique.

Vous avez été élu pour conduire le changement et rompre avec le Sarkozysme, non pour emprunter ses pas. Depuis hier, vous prétendez qu’une majorité de gauche existe pour adopter ce traité. C’est faux.

Faut-il rappeler que sans les 4 millions d’électeurs et d’électrices du Front de gauche, hostiles à ce traité, il n’y avait pas, au printemps dernier, de majorité pour battre la droite ?

Faut-il rappeler que des millions d’électeurs ont cru à votre engagement de renégocier le traité ?

Les artifices de présentation de l’arithmétique parlementaire ne masqueront pas la réalité.

A l’Assemblée nationale, 63 députés de toutes les familles de la gauche n’ont pas ratifié ce traité (...). Et je veux saluer le courage de toutes celles et ceux qui à nos côtés, à gauche, écologistes ou socialistes, ont refusé de céder aux pressions, et sont restés fidèles à leurs convictions.

Ici, au Sénat, le traité n’aura pas de majorité à gauche.

Les Français voulaient être consultés par référendum. Vous avez contourné cette volonté populaire. La ratification du traité restera à jamais entachée par ce refus.

Oui, il n’y a pas de majorité populaire, pas de majorité de gauche favorable à ce traité (…).

Vous ne le ratifierez qu’avec la droite, qui endosse sans complexe l’héritage empoisonné de Nicolas Sarkozy.

En bons godillots du MEDEF, nos collègues de droite suivront à la lettre les recommandations de Laurence Parisot, je cite : « Ne pas se poser la question de la ratification du traité européen : et le signer des deux mains ». Pour notre part, nous garderons le cap du changement.

Je vous lance un dernier appel. Ne ratifiez pas ce traité. Envoyez un signal aux citoyennes et aux citoyens, aux forces politiques, sociales et syndicales et aux mouvements de résistance qui, sur notre continent, sont prêts à relever le défi de la réorientation de l’Europe.

Prenez l’initiative, au nom de la France, de convoquer des Etats généraux de la refondation européenne, un processus citoyen et démocratique de redéfinition des objectifs de l’UE et des outils de l’intégration régionale.

Tôt ou tard, les forces de gauche devront se rassembler pour conduire cette réorientation. Soyez assurés que nous ne ménagerons aucun de nos efforts pour continuer à travailler à ce rassemblement. »

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08