Meeting du 14 mars Zénith à Lille

S’inscrire à l’infolettre :

Le Front de Gauche est en campagne

Publié le 15 mars 2009

dimanche 15.03.2009, 04:49 - La Voix du Nord

Européennes : Jacky Hénin tête de liste d’un Front de gauche incomplet

Jacky Hénin (PCF) mènera la liste du Front de gauche aux européennes dans la grande circonscription du Nord-Ouest. Un Front de gauche qui rassemble pour l’instant les communistes et le Parti de gauche de Mélenchon. Mais, hormis quelques dissidents, pas le NPA d’Olivier Besancenot, qui a refusé l’invitation.

Pas de drapeau européen, symbole de cette « Europe libérale » vouée aux gémonies, mais des étendards rouges, bien rouges, hier après-midi au Zénith de Lille, pour le meeting de lancement dans la région de la campagne du Front de gauche aux européennes de juin.

Quelque mille cinq cents militants ont répondu présent. Ce qui fait dire à Jacky Hénin, député sortant, que dans la grande région Nord-Ouest, décrocher un second siège au Parlement européen est possible. Le battu aux dernières élections municipales de Calais se dit confiant, même si Olivier Besancenot et son NPA sont crédités de 9 % des voix au niveau national. « Le contexte national est différent. Dans la région, je ne sens pas ce vent. »

Tractations en cours

Effectivement, les communistes y restent relativement puissants. Dans le Front de gauche, il y a donc le Parti de gauche, dont la figure dans la région est Marc Dollez, qui a dénoncé hier « l’irresponsabilité de ceux qui privilégient les intérêts de boutique », visant le NPA de Besancenot.

Mais aussi, justement, quelques dissidents du NPA, réunis autour de Christian Piquet. Parmi eux, Michelle Ernis. Cette élue municipale normande, qui affiche quarante ans de LCR, pourrait bien être numéro deux sur la liste régionale du Front de gauche.

Une liste dont on ne connaît pour l’instant que la tête, puisqu’au plan national les tractations sont toujours en cours, notamment avec le MRC (créé par Chevénement) et les Alternatifs.

En tout cas, tous, hier, stigmatisaient ce capitalisme qui a enfanté la crise. Des figures syndicales de Total, Faurecia ou Renault sont venues dire leur colère. Une « colère XXL » qu’ils aimeraient voir exprimée aussi dans les urnes. •


dimanche 15.03.2009, 04:49 - La Voix du Nord

Européennes : Jacky Hénin tête de liste d’un Front de gauche incomplet

Jacky Hénin (PCF) mènera la liste du Front de gauche aux européennes dans la grande circonscription du Nord-Ouest. Un Front de gauche qui rassemble pour l’instant les communistes et le Parti de gauche de Mélenchon. Mais, hormis quelques dissidents, pas le NPA d’Olivier Besancenot, qui a refusé l’invitation.

Pas de drapeau européen, symbole de cette « Europe libérale » vouée aux gémonies, mais des étendards rouges, bien rouges, hier après-midi au Zénith de Lille, pour le meeting de lancement dans la région de la campagne du Front de gauche aux européennes de juin.

Quelque mille cinq cents militants ont répondu présent. Ce qui fait dire à Jacky Hénin, député sortant, que dans la grande région Nord-Ouest, décrocher un second siège au Parlement européen est possible. Le battu aux dernières élections municipales de Calais se dit confiant, même si Olivier Besancenot et son NPA sont crédités de 9 % des voix au niveau national. « Le contexte national est différent. Dans la région, je ne sens pas ce vent. »

Tractations en cours

Effectivement, les communistes y restent relativement puissants. Dans le Front de gauche, il y a donc le Parti de gauche, dont la figure dans la région est Marc Dollez, qui a dénoncé hier « l’irresponsabilité de ceux qui privilégient les intérêts de boutique », visant le NPA de Besancenot.

Mais aussi, justement, quelques dissidents du NPA, réunis autour de Christian Piquet. Parmi eux, Michelle Ernis. Cette élue municipale normande, qui affiche quarante ans de LCR, pourrait bien être numéro deux sur la liste régionale du Front de gauche.

Une liste dont on ne connaît pour l’instant que la tête, puisqu’au plan national les tractations sont toujours en cours, notamment avec le MRC (créé par Chevénement) et les Alternatifs.

En tout cas, tous, hier, stigmatisaient ce capitalisme qui a enfanté la crise. Des figures syndicales de Total, Faurecia ou Renault sont venues dire leur colère. Une « colère XXL » qu’ils aimeraient voir exprimée aussi dans les urnes. •

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08