La campagne avec "Liberté - Hebdo" !

S’inscrire à l’infolettre :

Un souffle nouveau et FORT !

Publié le 21 avril 2012

Pour voir les photos, cliquez ICI

Métro, cocos, idéaux - Par Zoé Leroy20/04/2012

À l’aube de l’espéré Grand soir, le Front de gauche achève sa campagne avec une opération étonnante. Des militants arpentent les couloirs du métro lillois avec le journal du Parti communiste grand ouvert. A la Une un mot : l’espoir.

Cette opération organisée à l’initiative du Front de Gauche de Villeneuve d’Ascq, à deux jours de la présidentielle, est née « d’un ras-le-bol de voir les passagers lire une presse unique », explique un militant. L’idée ? « L’information demeure pour toute personne la condition nécessaire du pouvoir de comprendre, de décider et d’agir ». Alors, des stations Cité scientifique à Lille Flandres, des partisans occupent les rames du métro en lisant, ou en simulant la lecture de Liberté et en discutant avec les passagers. Une action amusante, quand on connaît l’affection du candidat pour les médias.


« Pour sensibiliser, nous organisons nos actions au plus près des gens. On recentre le débat sur des questions concrètes et essentielles, comme le logement et la santé et non pas sur le permis de conduire et la viande Hallal. » précise Joseph Demeulemeester, secrétaire de la section communiste de Lille, par ailleurs candidat aux législatives dans la 1ère circonscription du Nord.

Des dizaines de militants voyagaient dans le métro lillois en brandissant le journal du Parti communiste pour sensibiliser les usagers des transports en commun.

À deux jours du premier tour, sympathisants et militants se sont mobilisés en nombre. Au fil de la campagne, ils ont été de plus en plus nombreux à gonfler les rangs du parti autour d’un seul mot d’ordre du mouvement : « les médias, c’est vous ».

De l’énergie militante pour 10 ans

« Choisissez Mélenchon, prenez le pouvoir et parlez-en autour de vous ! » Les derniers cris s’entendent également à la sortie des métros. « On n’aura pas économisé notre énergie ! », concède Benoit, sourire aux lèvres, en distribuant ses tracts de façon déterminée. Et d’ajouter, confiant : « Quelle que soit l’issue du scrutin, on a repris de l’énergie militante pour dix ans ! » À ses côtés, Jean-Claude et ses quarante années de militantisme n’en revient pas. « Même en 1981, il n’y avait pas la même dynamique », dit-il, les yeux grands ouverts comme un enfant s’extasiant devant son nouveau calot. Il admet tout de même être un peu angoissé pour dimanche. « Au départ on se disait “si on fait 10% on sera content”, maintenant si on fait 10% on sera déçu ! », rigole à moitié le militant.

Céline, militante active, a son avis sur cet enchantement pour le parti. « Une présence sur le terrain accrue, un contexte économique et un excellent candidat. » Un cocktail qui a fait grimper le candidat à l’Elysée dans les sondages. Crédité de moins de 5% sur la ligne de départ, il talonne désormais son ennemi à l’autre bout de l’échiquier politique, aux alentours de 15%. Alors avec de tels scores, c’est la tête haute et le discours ferme que les activistes diffusent encore une fois leurs idées. Céline distribue les tracts entre deux rayons de soleil, ses yeux clairs pétillent. « Désormais sur le terrain on est écouté. Fini les “c’est bien ce que vous faites” compatissant. Nos idées ont gagné en crédibilité, on a plus peur de se faire envoyer bouler », s’enthousiaste la militante.

« C’est une belle campagne. Quel que soit le score de dimanche, on n’aura pas à rougir. Le Front de gauche a marqué des points et on a déjà une belle victoire : celle d’avoir enlevé les thématiques du FN du centre du débat présidentiel », conclut sereinement Joseph Demeulemeester.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08