S’inscrire à l’infolettre :

Intervention de Fabien Roussel au CN des 8 et 9 avril 2012

Publié le 11 avril 2011

Intervention de Fabien ROUSSEL - Secrétaire Fédéral du Nord – Conseil National du 8 et 9 avril 2011

Télécharger :

Word - 32 ko
Fabien Roussel

40 cantons étaient renouvelables dans le Nord ; les 5 conseillers généraux communistes sortant ont été réélus et nous en avons gagné 2 supplémentaires. Nos résultats sont en hausse dans 31 cantons. Le PS perd 6 conseillers généraux. Le FN oscille entre 20% et 25 % bénéficiant d’un vrai transfert de voix provenant de la Droite mais que la droite récupère très facilement au second tour. C’est ainsi qu’elle gagne 4 cantons.

Concernant le PCF : on passe de 12% à 14% de suffrages exprimés. Un tel résultat dans le département le plus peuplé de France, avec 2,5 millions d’habitants, est important. 14 % dont 31% dans le Valenciennois et le Douaisis où le PCF est la première force politique. Ces 2 arrondissements représentent 650 000 habitants. C’est l’équivalent du 35ème département pour son nombre d’habitants. Nous y avons 12 conseillers généraux sur 15. Contrairement à ce qu’a dit avec mépris un député de Droite, le sud du département n’est pas devenu la Corée du Nord. A moins que l’on prenne Jean Louis BORLOO pour KIM IL SUNG puisque c’est aussi là qu’il a sa circonscription avec sa copine Valérie LETARD qui dirige une agglo. Notre combat face à la Droite est donc rude mais nous parvenons à progresser dans ces arrondissements où les taux de chômage sont les plus élevés du département (entre 15 à 17%).


Ce résultat est le fruit d’un travail militant et d’un ancrage local construit dans la durée. Le Front de Gauche n’a pas fait de mal. C’est un petit plus. Il joue un rôle positif surtout dans les zones urbaines. Il n’a pas permis à endiguer le taux d’abstention qui reste très élevé surtout dans les milieux populaires. Certains de nos candidats ont mené campagne avec l’étiquette Front de gauche, d’autres l’ont menée sans faire référence au Front de Gauche, presque tous se sont placés sous la bannière de « l’humain d’abord ».

Dans le Nord la droite gagne 4 cantons, nationalement elle ne perd que 22 cantons. Je ne pense pas, comme l’a dit Pierre LAURENT dans son rapport, qu’il y ait un reflux de l’électorat de Droite. Les équilibres Gauche-Droite ne sont pas bouleversés malgré les réformes très dures mises en œuvre par Sarkozy. La Droite a défini une stratégie qui est à ce jour payante : en gonflant le score du FN elle a un stock de voix qui lui sert au second tour. Quand la droite est en duel avec le FN elle bénéficie du rassemblement républicain. Quant elle est en duel avec le PS elle bénéficie d’un très bon report de voix de l’électorat du FN grâce notamment aux appels du pied que la Droite a lancé pendant la campagne. La fluidité du transfert de voix entre l’extrême droite et la Droite doit nous préoccuper. L’UMP est loin d’avoir perdu les élections de 2012. Concernant le choix de nos candidats aux élections : Nos candidatures aux élections cantonales ont toutes été construites localement avec 1 critère : qui est le mieux placé pour faire le plus de voix. Nous n’avons pas signé d’accord départemental avec les différentes forces du Front de Gauche. C’est seulement à la fin du processus de désignation que nous avons dû réunir les différents partenaires pour parler des 2-3 cas où il fallait peut être aider au dialogue. Au final il y a eu 1 titulaire du PG, 3-4 suppléants du PG et de la GU et surtout 13 candidats issus du mouvement social ou sans étiquette politique. C’est de la même manière que nous envisageons de construire les candidatures aux élections législatives. C’est la raison pour laquelle nous pensons que le choix des candidats aux élections législatives ne doit pas faire l’objet d’une négociation nationale.

Si le Front de Gauche dépend d’un accord liant le nombre de circonscriptions accordées à chaque force politique au choix du candidat à la présidentielle, il n’aura pas d’avenir. Le Front de Gauche ne doit pas se construire sous la pression.

Et pourtant elle existe : comme la dit Francis WURTZ, les communistes paieront plus cher s’ils étaient responsables de la désunion. Du coup, nous nous sentons obligés d’être unitaire pour 2. De même, autant un parti a toute légitimité de présenter un candidat à la présidentielle et aux élections législatives, autant dans le cadre du Front de Gauche on ne comprendrait pas que le PCF ait le candidat à la présidentielle et 80% de candidats dans les circonscriptions. C’est pourquoi nous devons faire le constat des limites de la démarche de rassemblement que nous avons choisie.

Mais plus que ces limites, cela nous entraîne à manquer d’ambition pour notre pays à l’approche des élections présidentielles. A l’écoute de Pierre LAURENT qui nous invite à choisir Jean Luc MELENCHON dans le cadre d’un contrat global liant présidentielle et législative, nous devrions soutenir le Président du Parti de Gauche non pas par désir, non pas avec enthousiasme ni avec envie mais par défaut. C’est cette démarche globale qui n’est pas bonne. C’est de la cuisine politicienne et c’est tout ce que les Français ont rejeté aux dernières élections.

Au contraire, la population mérite qu’on lui porte plus d’intérêt. Ayons une grande ambition pour notre pays. Méditons cette phrase : « il vaut mieux être petit et voir grand, qu’être grand et voir petit ».

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08