Accueil   >   Elections   >   Régionales 2015

Conférence de presse de L’Humain d’Abord !

S’inscrire à l’infolettre :

Continuer à porter la voix de gauche

Publié le 6 janvier 2016

Au lendemain de la mise en place de la nouvelle assemblée régionale issue du scrutin de décembre dernier et de l’élection de son Président Xavier Bertrand, la liste l’Humain d’Abord ! a tenu à Lille une conférence de presse. Entouré de toutes les composantes de la liste Fabien Roussel a principalement insisté sur la détermination à poursuivre le combat pour vivre mieux dans cette région et rappelé ses priorités. Une liste et des candidats unis et déterminés à continuer de porter la voix de la vraie gauche dans la région Nord - Pas de Calais- Picardie.


Unis et déterminés, le combat continue !

Nous restons unis et déterminés pour défendre nos idées, notre région, notre dignité.

Absents du Conseil régional, injustement écartés du second tour mais présents au quotidien :

  • Pour défendre notre grande région, la 3ème de France,
  • Pour défendre les valeurs humaines et les valeurs de progrès,
  • Pour défendre nos emplois, nos collectivités locales et nos services publics.

Il n’y a pas que la droite et l’extrême-droite dans cette région. Nous porterons et défendrons les valeurs de gauche qui sont absentes aujourd’hui, que cela soit dans la politique du gouvernement comme au sein du Conseil régional. Nous appelons toutes celles et ceux qui portent encore cet espoir de bâtir une société plus juste et plus humaine, plus solidaire et plus fraternelle, de se rassembler jusqu’à ce que nous soyons un jour majoritaires. Car il n’y a pas d’autre voie pour répondre aux préoccupations légitimes liées à l’emploi, au pouvoir d’achat, à une vie digne.

Nous sommes encore nombreux à vouloir bâtir une société de partage qui place l’être humain et la planète au cœur de tous ses choix. Nous sommes encore nombreux à refuser l’escalade de la violence dans le monde, à sortir des logiques de guerre et à vouloir trouver des solutions politiques aux conflits, permettant à chaque peuple de vivre dignement, dans des Etats souverains et respectés. J’en profite pour rendre hommage aux victimes des attentats, notamment ceux de Charlie Hebdo, c’était il y a un an exactement. Ces élections régionales, qui ont eu lieu dans un contexte tellement particulier, ont de nouveau fait résonner le cri de colère, le ras-le-bol contre la classe politique, les promesses non tenues, les reniements. Les gens de la région sont intelligents et ont bien compris que ce système dominé par la recherche forcenée du profit et corrompu est incapable de répondre à leurs problèmes, à leurs attentes. La crise est très profonde. Une crise économique et politique globale. Il faut en prendre toute la mesure. Prend-on réellement conscience de la profondeur et de la dureté de cette crise ? J’en doute. Les gens vivent mal, sont angoissés face à leur situation, leur avenir et celui de leurs enfants ; face aussi à la guerre et la menace terroriste. Ils se sentent en plus méprisés par les responsables politiques qui se succèdent au pouvoir. Le chômage augmente, la précarité explose. Le pouvoir d’achat baisse et en plus, entend-on : « les responsables politiques se moquent de nous et ne pensent qu’à leur ré élection ! » Nous savons que les richesses existent, qu’il est possible de mieux les répartir, qu’il faudrait être plus ferme avec certains dirigeants de multinationales, les banques, les compagnies d’assurances, les grandes fortunes.

De même, dans notre région, nous savons qu’il est absurde de fermer des hôpitaux, de supprimer des trains… Et injuste de ne pas répondre aux inquiétudes des retraités. Mais tout continue et rien ne change. Cette région a été trop longtemps méprisée et mal défendue. Les résultats de cette élection régionale sont là pour le rappeler, une énième fois. Il aurait été judicieux de la part du gouvernement d’en tenir compte. Il préfère maintenir le cap, comme après les municipales, comme après les départementales : rien changer, continuer et les mêmes mots refont surface :

  • « Economies »
  • Contrainte budgétaire
  • Réduction de déficit
  • Baisse de la dépense publique
  • Efforts
  • Rationalisation,
  • Redéploiement.

La France souffre de ces politiques d’austérité imposées par l’Europe. Le budget de la Nation pour 2016, dont la discussion a débuté avant les élections, a été voté par ce gouvernement et sa majorité sans changement après les élections :Poursuite du pacte d’austérité avec versement de 40 milliards de CICE et un impôt sur les sociétés dont le rendement attendu, qui plafonne à 33 milliards d’euros est désormais inférieur au volume des cadeaux consentis au CAC 40.

Cette politique poursuivie depuis des années au fil des gouvernements et des majorités successives s’est accompagnée de la hausse permanente d’un chômage qui frappe désormais, peu ou prou, près de 6 millions de nos concitoyens. Le gouvernement actuel et le Président de la République disent privilégier la « politique de l’offre » alors que les enquêtes menées par l’INSEE auprès des entreprises montrent que ces dernières sont confrontées aujourd’hui à des problèmes cruciaux de demande pour 40% d’entre elles, contre 11% qui pointent un problème d’offre ! o Baisse de la dépense publique de 16 milliards en 2016, dans le cadre d’un « plan d’économies » de 50 milliards qui, en s’ajoutant aux dispositions prises à l’encontre des collectivités locales, aboutira notamment à priver ces dernières de 28 milliards d’euros de dotations d’Etat sur la période 2014-2017…

Dans notre grande région : Xavier BERTRAND, à la tête d’une majorité de droite, prend beaucoup d’engagements. Nous avons un ancien ministre du travail de Nicolas Sarkozy à la tête de la région ! Nous saurons vite si c’est une chance ou pas et pour qui ! Il dit avoir pris la mesure des enjeux de notre région. Il en fait un constat que nous pouvons partager. Mais c’est un constat qui exige que des actes forts et concrets, des décisions prises pour répondre aux attentes des territoires et des habitants. Et ce sont les salariés du privé comme du public, les retraités, les étudiants, les agriculteurs, les dirigeants de PME, artisans, commerçants qui jugeront. Les attentes sont énormes. De notre côté nous continuerons de prendre toute notre place pour défendre l’emploi, l’industrie et la diversification de nos atouts économiques, des services publics efficaces et proches de la population de cette grande région de 6 millions d’habitants, une vie digne pour tous et un avenir pour notre jeunesse.

Il y a des urgences à traiter. Des emplois sont menacés dans de nombreuses entreprises : • Dans la sidérurgie à VALLOUREC, AKERS Berlaimont • Dans le ferroviaire avec les menaces sur BOMBARDIER • Dans la papeterie avec ARJOWIGGINS • A PENTAIR dans la Somme

Dans l’automobile : c’est la reprise avec 5,9% d’immatriculations en plus en 2015 ! Combien d’embauches en cdi, avec un vrai salaire ? A ce jour, la hausse de la production se traduit par une hausse de 10% des emplois intérimaires. C’est inacceptable. De même, si nous produisons plus de voitures à Toyota, Sevelnord, MCA, Renault Douai, cela doit se traduire par plus de travail pour les sous-traitants tels que VALEO Hirson (production de phares), FAURECIA Auchel (tableau de bord), la FM (moteur), BRIDGESTONE (pneus). Il n’est pas acceptable que les constructeurs importent de l’étranger ces produits alors que nous pouvons les produire ici. Il faut conditionner l’octroi des aides publiques aux groupes automobiles et les inciter à faire travailler nos entreprises situées ici et en région en particulier. C’est bon pour l’emploi, c’est bon pour l’environnement ! Ce ne sont pas les baisses de cotisations promises par Xavier BERTRAND et le gouvernement dans les PME qui changeront la donne ou qui empêcheront VALLOUREC de fermer son aciérie, ou PENTAIR GRISS de fermer son site de Ham et supprimer des emplois à Armentières. Et ce d’autant que ces baisses de cotisations existent déjà jusqu’à 1,6 fois le SMIC (loi FILLON ). Il est temps de pointer la responsabilité du MEDEF, de redonner de l’autorité à l’Etat dans le domaine économique. Le MEDEF a réclamé beaucoup et a beaucoup obtenu de ce gouvernement : Loi MACRON, ANI, CICE, baisses de cotisations. Ils avaient promis 1 million d’emplois, où sont-ils ? Quand l’Etat et la Région exprimeront-ils fermement leurs exigences vis-à-vis de ces grands groupes, ces multinationales qui délocalisent, mettent nos PME en concurrence et empochent en même temps les aides publiques ! La région, l’Etat, les élus de la région devraient se donner les moyens de se faire un peu plus respecter : ces grandes entreprises ont tous les droits, pratiquent l’optimisation fiscale à tout va, payent peu d’impôts en proportion des chiffres d’affaires qu’elles dégagent et des dividendes qu’elles distribuent, et délocalisent sans que nous puissions avoir voix au chapitre… Et en plus, c’est avec l’argent public qu’il faut payer ensuite la casse sociale. Il est urgent d’y mettre un terme ! Si l’Etat et la région sont « impuissants » à empêcher ces fermetures d’usines, ce n’est pas le numéro spécial de Xavier BERTRAND pour les futurs chômeurs qui fera tomber leur colère. Il risque même d’en rajouter si c’est pour proposer une énième formation, ou des contrats CUI ou CAE à 600 euros par mois ! Nous serons aux côtés des salariés pour agir avec eux et les défendre ; montrer que d’autres choix sont possibles, notamment en conditionnant les aides publiques versées, en aidant en priorité les PME pour relocaliser les activités en France, et en particulier dans notre région ou se donner les moyens d’être présentes à l’exportation, en travaillant en filière et en étant plus exigeants vis-à-vis des multinationales. De même nous serons aux côtés de toutes celles et tous ceux que nous avons rencontrés dans cette campagne pour que notre région s’engage plus fortement afin de relever le défi climatique et écologique. Mettons l’argent public (baisses de cotisations, CICE) au service de la relocalisation de l’activité, de l’industrie. Produisons ici ce que nous utilisons ou consommons ici (automobile, ferroviaire, papier…) Mettons en place un vaste plan régional de rénovation énergétique des bâtiments publics. Développons les circuits courts dans l’agriculture, mangeons local dans nos cantines et protégeons nos nappes phréatiques. Favorisons les transports en commun en les rendant moins chers et de plus grande qualité, plus humains avec plus de lignes de bus en milieu rural et du personnel à bord des trains. Harmonisons les conventions TER par le haut. Refusons les fermetures de lignes de trains intercités prévues dans le rapport DURON.

Nous regrettons que ces questions ne soient pas présentes dans le discours du nouveau Président de Région. Enfin, pour redresser l’économie régionale, il est urgent d’être exigeants vis-à-vis de l’Etat, de se faire respecter ! Nous avons besoin d’un plan d’urgence, d’un rattrapage ! Dans la santé pour des hôpitaux de proximité, généralistes. Pour la création d’un CHU à Lens et la mise en place d’un plan d’installation de médecins dans les locaux de la CARMI dans le bassin minier. Pour l’école afin de lutter contre l’échec scolaire et l’illettrisme ; et pour améliorer les conditions de vie et de travail des étudiants, mais aussi pour donner à nos établissements d’enseignement supérieur les véritables moyens de développer activités de formation et objectifs de recherche. Pour les personnes âgées, pour les personnes handicapées : il y a tant de besoins, plus criants ici que dans d’autres régions. Et ce sont des gisements d’emploi importants, dans le secteur social et associatif notamment. Obtenons un plan pour la construction de logements. Mettons enfin en place le plan de rénovation de l’habitat minier dans le bassin minier : il manque 50 millions ! Et soutenons nos communes dont les finances sont exsangues car ici les besoins sont importants. Ce sont elles qui font face aux personnes en souffrance, en mal de travail, de logement. C’est la proposition d’une banque publique et de la possibilité de prêter à taux 0 pour les collectivités. La Région peut la mettre en œuvre et devenir le chef de file dans ce domaine. Refusons toutes fermetures de services publics (CAF, POLE EMPLOI, CARSAT, CPAM…) et d’antennes de service public dans nos villes (poste, trésorerie, commissariat, …) Pour la sécurité et la tranquillité de tous : plutôt que d’abandonner à des Voisins vigilants la responsabilité de la tranquillité publique, exigeons des moyens de gendarmerie en priorité pour nos villages et nos zones rurales, et des moyens de police nationale dans les villes. Pour tout cela les richesses et les énergies existent, en France et dans notre région. Les grandes entreprises, les grandes fortunes régionales, le MEDEF Nord Pas de Calais Picardie doivent prendre leur responsabilité et participer, eux aussi, à l’effort de redressement de la région. Ils peuvent, à leur niveau, abonder un fonds de soutien à l’industrie, permettre de travailler ensemble, en cohérence et au bénéfice de notre région pour gagner des marchés à l’international, au lieu de servir les intérêts particuliers des actionnaires. La France et la région peuvent se donner les moyens d’une telle politique. L’objectif est de chasser le chômage, pas les chômeurs, les « Sans Domicile Fisc », Rois d’une évasion fiscale qui prive la France de 80 milliards d’euros de recettes par an, plutôt que les bénéficiaires du RSA. La région peut également chasser ceux qui exploitent les travailleurs détachés et mettre au ban les entreprises qui ne respectent pas les règles. Pour continuer de défendre ces idées, ces propositions, nous irons, dans les semaines qui viennent, à la rencontre des associations, des syndicats de salariés, des entreprises, à la rencontre des élus locaux, des ouvriers et salariés, des étudiants. Je serai d’ailleurs ce vendredi 8 janvier, à Ham pour soutenir les salariés de PENTAIR. Avec Michelle DEMESSINE et Patricia DUVIEUBOURG, nous poursuivons sans relâche le combat pour faire respecter les retraites méprisés par la CARSAT et par le gouvernement qui risque de leur faire payer un rattrapage d’impôt insupportable. Nous voulons continuer de faire vivre l’espoir qu’il est possible de vivre heureux, dignement, avec un vrai salaire et un vrai travail, en ayant une place et un rôle dans cette société que nous voulons plus juste, plus humaine, plus démocratique et plus fraternelle.

Avec nos parlementaires, nos conseillers départementaux, nos maires et tous nos élus, nous sommes et nous continuerons d’être plus que jamais aux côtés des salariés d’ALSTOM, BOMBARDIER, VALLOUREC, ARJOWIGGINS, PENTAIR, RENAULT SEVELNORD, MCA, FAURECIA, VALEO, BRIDGESTONE… Et c’est aussi tout cela que nous défendrons auprès de Xavier BERTRAND quand nous le verrons et chaque fois qu’il le faudra. Il se dit ouvert au dialogue et prêt à écouter tout le monde. Il nous tend la main. Nous lui disons : ouvrez vos oreilles !

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08