S’inscrire à l’infolettre :

Jean François Care

Publié le 6 mars 2009

Introduction du début de l’Atelier « Un autre monde » et au début de la Conférence Fédérale du PCF Nord. Lille les 28 et 29 Novembre 2008

Le PCF n’avait pas pris position lors de son 33ème Congrès ni sur les questions de la mondialisation, ni sur son activité internationale, de plus il n’avait pas tenu la conférence sur ces questions qui avait été projeté a cette occasion. Nous voyons bien, qu’aujourd’hui, le retard pris est un handicap par rapport au déferlement de la crise du capitalisme mondialisé. Ses conséquences sur le niveau social de tous les pays du Nord et du Sud et les foyers de guerre de plus en plus nombreux.

4 décembre 2008

Télécharger

(Word - 32.5 ko) Nous constatons de ce fait un recul idéologique en général et dans le PCF sur les questions internationale. La rédaction de la base commune montre que d’un point de vue sémantique, il y a un approvisionnement des champs lexicaux pour parler et décrire ces éléments de la part des mouvements progressistes : Le terme mondialisation (globalisation en anglais) est fréquemment utilisé pour désigner le « capitalisme mondialisé » alors qu’il définit une motion plus large. Les forces progressistes se trouvent donc dans la situation de devoir réhabiliter ou réinventer certains mots ou concepts. Quand on parle de mondialisation, il est nécessaire de visualiser et la financiarisation mondiale et l’internationalisation de la production, la marchandisation de la culture, de l’éducation, de la santé ainsi que les questions de l’autosuffisance alimentaire et de l’eau. Elle s’applique de manière inégalitaire dans chaque continent selon les logiques de marche et du pays dominant lié a l’impérialisme Nord Américain. Quant au capitalisme nous le décryptons à l’ère de la mondialisation avec les conséquences qu’elle a sur l’humanité. Il y a des systèmes de contraintes qu’ont été élaborés dès la fin de la 2de guerre mondiale, ce sont des outils financiers et des règlements. Pour les premiers ce sont la BM, le FMI, la BCE… qui organisent la domination des pays du Nord sur ceux du Sud, leurs objectifs doivent être inversés afin que l’Humanité soit au centre de leur démarche et que la dette soit annulée. Pour les seconds, les règlements négociés entre états ou continents sont rassemblés au niveau mondial dans l’OMC, au niveau européen dans l’UE, aux Amériques dans l’ALCA… nous devons imposer dans ces règlements le respect des normes internationale de l’OIT, non pas en terme d’équivalence mais de domination sur le commerce et les échanges, le respect des normes de l’UNESCO et de l’UNICEF. Nous œuvrons pour une mondialisation de progrès, de coopérations, de développement humain durable, dans toutes ses dimensions y compris sociales institutionnelles, culturelles. Nous avons l’objectif de sortir de ce système inégalitaire de l’exploitation, de la prédation dont sont victimes les « peuples en développement » comme ceux des « pays les plus développés » et les plus riches. Des résistances et des luttes se développent à travers le monde. N’y a-t-il pas besoin d’imaginer un manuel internationalisme ? Comment développer de nouveaux liens avec les partis communistes et toutes les forces progressistes du monde entier ? Parmi les initiatives montrant que d’autres conceptions de la mondialisation sont possibles pour agir concrètement dans ce sens, nous réclamons une grande initiative internationale dès 2009 pour cette ambition et la tenue d’une autre sur la révision des institutions, des outils financiers. Les communistes ont besoins de formation à tous les niveaux sur les questions d’économies mondiale, d’une autre mondialisation, sur le mode développement, sur la consommation équitable dans le monde. L’activité internationale doit aborder plus sérieusement le rôle des migrations dans le développement économique et culturel, les questions de la paix et du déploiement des troupes d’occupation françaises dans le monde, les rapports et l’apport des communistes à l’altermondialisation… Enfin, nous sommes convaincus que le capitalisme mondialisé est dé passable : Des pays bien moins riches que la France sont engagés dans un processus de dépassement concret. Dépassement de l’économie de marché par des formes d’échanges non marchands Appropriation collective des moyens de production, nationalisation sous contrôle démocratique du pétrole, des mines, du sous-sol Propriété collective mixte ou privée Formes de coopérations nouvelles entre états d’un même continent, et mise en place de médias et moyens de communication démocratiques Création d’une banque d’Amérique latine et d’une monnaie commune sans référence aux dollars Les expériences engagées au Brésil, au Venezuela, en Bolivie, au Chili, en Equateur, au Nicaragua et dans les provinces du Mexique, bénéficiant de la résistance héroïque du peuple Cubain, nous intéressent. Il faut réfléchir à des formes nouvelles de soutien et d’engagement pour des objectifs communs car ils sortent depuis peu et progressivement du pré-carré de l’impérialisme Nord Américain ce qui impose une réflexion, des coopérations avec les parti communistes les forces progressiste de ce continent.

Voté à l’unanimité Par l’Atelier préparatoire

Vote à la majorité moins 24 abstentions Par la conférence fédérale.

Jean François CARE

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08