S’inscrire à l’infolettre :

Nadine SAVARY

Publié le 3 décembre 2008

Nadine SAVARY 38ème conférence de section Fédérale du Nord 28 et 29 Novembre 2008 – Lille

POUR L’AVENIR DE NOTRE PARTI

I - INTRODUCTION :

Cher(e)s Camarades,

Après les riches débats que vous avez eus dans vos cellules et vos sections, pour préparer la Conférence Fédérale en vue de notre Congrès National ; après avoir lu toutes vos contributions, après avoir discuté sur les amendements avec vous hier en atelier sur l’avenir de notre Parti, et enfin après avoir effectué un travail collectif et commun avec les camarades responsables et animateurs d’ateliers et de la commission Texte, je suis chargée de vous faire le compte-rendu le plus détaillé possible sur ce que disent et pensent tous les communistes du Nord sur cet outil essentiel qu’est notre Parti.


II – LES CONTRIBUTIONS

Sur vos contributions, nous pouvons dire qu’elles sont si riches et si fortes qu’elles nous ont fait sentir l’ampleur, la vivacité et l’état d’esprit de vos discussions lors de vos conférences de section.

A plusieurs reprises, sous plusieurs formes, vous dites : « notre parti est anti-capitaliste, autonome, libre, anti-politicien ». Vous revendiquez tel un label de marque le sigle : « PCF : Parti Communiste Français ». Alors, permettez-moi, un petit rappel, même si d’autres personnes sont déjà intervenues sur le sujet. C’est en décembre 2007, lors de l’assemblée extraordinaire à Paris, il y a eu un débat sur l’utilité ou non du Parti et de nombreux communistes de France et du Nord ont affirmé en AG leur attachement politique à leur parti et cela a été acté. Nous n’y reviendrons plus en congrès : c’est donc bien de notre parti, le Parti Communiste Français dont nous parlons aujourd’hui et dont nous parlerons au 34ème congrès national. Et même si certaines sections considèrent que le Parti Communiste est un parti révolutionnaire et elles rappellent son authenticité, son courage et sa différence, ou elles font référence au passé (sections : Guesnain, Lille, Trith St Léger et bien d’autres…), nous ne pensons pas que l’essentiel soit de revenir au marteau et à la faucille.

Par contre, dans le texte de la base commune, on signale vouloir transformer ou métamorphoser notre parti et même si nous n’avions dans notre atelier que 22 amendements, à la lecture de vos nombreuses contributions, nous avons aussi découvert que vous nous faites des propositions et plusieurs pistes de travail ont été avancées.

a) Le Parti :

Les communistes du Nord aiment par exemple « agir pour leur parti » (Section de Valenciennes Est). Ils considèrent que « c’est un parti ouvert et rassembleur, que c’est un parti totalement différent des autres partis, refusant d’être classé parmi ceux qu’on appelle régulièrement « les politiques » ; mais un parti du monde du travail et de la création, du salariat, des milieux populaires, portant haut et fort les colères du peuple et ses espoirs » (Section d’Armentières). Qu’il est un outil efficace au service de nos combats (Lourches).

Presque toutes les sections abordent et soulignent le Parti comme le parti d’éducation populaire avec la nécessité de reprendre d’urgence et en premier lieu la formation, pour une incitation à redonner l’envie et le plaisir de militer et essentiellement pour redonner une base idéologique solide à chaque adhérent et à chaque élu.

b) La formation :

« Une formation accessible à tous et décentralisée par fédération, par arrondissement ou circonscription » (Valenciennes Est). A la section d’Hellemmes, un camarade rappelle d’ailleurs que « Marx ne nous donne pas seulement des outils d’analyse économique mais une certaine pensée idéologique ». La section de Sin le Noble indique que « travailler à la formation des communistes, au Marxisme et sur des acquis et analyses scientifiques serait indispensable à la réflexion politique des militants ». La section de Tressin rappelle que « dans les programmes pédagogiques il faut indiquer que c’est le travail humain qui crée la valeur et ce depuis des dizaines de milliers d’années ». D’autres sections proposent des journées à thèmes, des débats, des forums, qui nous permettraient concrètement d’entrer ensuite immédiatement dans l’action (tels actuellement, la santé, la famille, les services publics, la crise, etc…).

c) La Presse :

Abordons maintenant le problème de la communication et de la Presse. Liées comme vous le dites aussi à la formation. Une section du valenciennois cite : « Alors que la bataille des idées fait rage, dans cette guerre idéologique où la presse communiste joue un rôle prépondérant dans la compréhension et l’explication de texte pour ses militants, elle est la grande absente de la base commune ». Des camarades nous interpellent dans leurs textes : « besoin d’une presse communiste indépendante ». Pour cela, il nous faut « mener la bataille et réaffirmer le pluralisme de la presse ». « Nous devons exiger et demander à l’Etat de soutenir financièrement notre presse au même titre que les autres « canards », ou vilain petit canard oserai-je dire ici !

d) Sur la communication :

Une section des environs de Lille cite que « la diffusion de l’information doit être adaptée pour permettre au maximum de mieux appréhender les conditions à réunir , pour réussir le grand rassemblement populaire ». Une demande est faite pour « une communication interne plus forte et réelle du haut en bas mais aussi de bas en haut », pour cela elle dit : « Cela nécessite un effort commun et un travail plus collectif ». La proposition de : « mise en place de réseaux et de collectifs vivants et dynamiques pour débattre, construire et analyser des textes qui puissent permettre aux camarades d’obtenir des arguments et des repères indispensables pour aller à la rencontre de la population ».

e) La place des élus :

Certaines sections déplorent l’absence de travail, de relations et de liaisons politiques entre les élus, les militants et le Parti. Et même s’ils trouvent leur rôle essentiel pour le rayonnement extérieur à notre Parti et au sein de notre parti, ils souhaitent beaucoup plus leur présence dans les luttes et les combats à mener. Ils insistent pour un travail plus collectif pour permettre d’être plus efficace et ainsi mieux appréhender et comprendre certaines situations qui parfois leur échappent.

f) La jeunesse :

Dans une contribution sur deux, vous expliquez que le rôle de la jeunesse est primordial pour notre image et le renouvellement de notre Parti, pour trouver de nos nouveaux cadres. « Il faut redonner espoir aux jeunes pour lutter » (Auberchicourt). « Quels moyens et quel rôle ont les sections pour aller à la rencontre des Jeunes » ? Pour cela, il existe un outil au service de la jeunesse, le Mouvement des jeunes Communiste de France, disponible et dont il est de notre devoir d’encourager le développement dans le Nord car nous avons des buts communs et que nous devons nous enrichir mutuellement.

g) L’avenir du Parti :

Vous ne manquez pas d’enthousiasme car dans vos compte-rendus de conférence on lit : « Il faut aller de l’avant » « Aller à la reconquête du Parti (Waziers), « Renforcer la raison d’être de notre Parti et donner l’envie d’adhérer », « Pour un PCF fort et combatif » (Trith St Léger), « Un Parti de lutte de classe et de combat révolutionnaire qui incarne l’espoir d’un changement de société » (Cambrai). « Un Parti qui allie les forces de la jeunesse et l’expérience de terrain des plus anciens » (Armentières). « Un Parti qui trouve l’effort d’innovation individuelle et collective » (Tressin), « Un Parti communiste du 21ème siècle » …

Et pour cela vous exigez pour ainsi dire tous, une feuille de route, une ligne claire et précise, un projet ambitieux, des propositions concrètes et précises, à défendre et partager avec le respect de l’application par tous, à tous les niveaux : Direction Nationale, Fédérale, départementale et locale, dans la durée, afin de montrer l’utilité de notre Parti et de le renforcer.

Enfin vous donnez et trouvez des solutions :

• Une urgence, nous organiser ou réorganiser car parfois rien n’est inventé il faut seulement refaire, dans la majorité des cas vous parlez d’efficacité pour la vie du Parti. • Placer l’homme au centre de toutes les politiques. • Défendre les intérêts de classe, Lutte perpétuelle et au quotidien contre le capitalisme, travail de terrain car notre richesse c’est le militantisme, • Se renforcer et aller à l’adhésion, avoir une volonté forte de renforcement du Parti, actions, pétitions, luttes. • Reprendre le fonctionnement des Cellules de quartiers, de villes, d’entreprises • Réappropriation populaire pour cela : Créer des lieux de rencontre car les sujets ne manquent pas actuellement. Multiplier les débats, les rencontres thématiques, discuter avec les syndicalistes pour se saisir des problèmes des salariés. • Effectuer des campagnes collectives nationales, départementales, par arrondissement, par circonscription.

h) Les statuts :

Si certaines sections demandent le respect des statuts au point de vue financier pour la mutualisation des moyens, à Seclin, les camarades souhaitent des modifications pour une réelle démocratie interne , les camarades du Dunkerquois souhaitent qu’une seule base commune élaborée le plus largement possible et amendable lors de nos congrès soit désormais proposée ; les fédérations devant participer à son écriture, le Conseil National lui, mettant en forme et en harmonie les différentes contributions. La section d’Auby émet le vœu d’élire le secrétaire national au suffrage direct des adhérents.

Pour conclure, je passe succinctement sur vos contributions sur les directions puisque cela fera l’objet cet après-midi d’un débat en plénière mais il est parfois des demandes précises, d’établir un examen attentif relatant les aspects positifs et négatifs sans auto flagellation pour redonner confiance aux communistes et réussir le rassemblement populaire et élargir les consciences. Le Vœu de directions qui parlent d’une seule voix a aussi été évoqué.

Enfin, ce qui nous conforte, c’est que le plus largement possible les communistes du Nord refusent les tendances. Ils prêchent la transparence et la fraternité pour mettre en œuvre nos combats de demain. Ils souhaitent l’unité et le rassemblement dans le Parti afin de mettre en commun et rendre efficace l’énergie de toutes celles et de tous ceux qui veulent contribuer à faire de notre Parti un grand Parti.

Enfin je terminerai par la contribution de mon binôme et collègue animateur : Alexandre BASQUIN, repris par la conférence de section du cambrésis, qui dit : « Le communisme, comme le disent plusieurs de nos camarades, est une idée neuve et nous ne la vivrons qu’à travers l’unité et l’ambition partagée. C’est donc ensemble que nous y parviendrons tout en conservant à l’esprit cette maxime : être révolutionnaire c’est faire là où l’on est.

Nous espérons avoir fidèlement évoqué vos travaux de conférences de section.

III – COMPTE-RENDU DE NOS TRAVAUX EN ATELIER :

Sur environs 44 sections, 2 sections n’ont fait aucune contribution et ne se sont pas, à notre connaissance, réunies. 5 seulement ont demandé des amendements : soit 22 au total, déposés et discutés. Ils rappelaient principalement des temps forts de l’histoire du communisme en France et en URSS et des questions de fonds politiques que le Parti avait abandonnées comme par exemple nos principes marxistes-léninistes, l’abandon de l’implantation de notre Parti dans les entreprises. D’autres, venaient en renfort pour réaffirmer les valeurs essentielles de notre Parti. Certains pensaient que cela avait créé la perte d’influence et d’adhérents de notre Parti. D’autres concernaient la place et le rôle des élus et des militants ou le respect des statuts. Enfin les questions de formations et de pensées idéologiques. Un autre amendement a été remonté à la commission texte pour être débattu et réécrit en ce qui concerne la place du Parti et la jeunesse. Je vous en fais la lecture…

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08