S’inscrire à l’infolettre :

JC. Lourdaux Aniche

Publié le 30 septembre 2008

Contribution individuelle de Jean Claude LOURDAUX Section d’Aniche.

Réflexions sur les accords à gauche

Le capitalisme financier ou autre ne peut pas régler les problèmes humains du développement harmonieux des peuples. Son unique but est de gagner toujours plus : La concurrence libre et contrôlée dont nous parle les experts, les économistes aurait dû régler les problèmes de pouvoir d’achat en diminuant les prix ou en les régularisant. L’inflation des prix sur les matières premières est venue détruire cette théorie. Conclusions : Il n’y aurait que la baisse généralisée du pouvoir d’achat qui pourrait permettre cette concurrence et toutes leurs actions vont dans ce sens pour y arriver.


Permettre simplement à quelques privilégiés de gagner plus est un autre objectif de ces économistes.

La réussite personnelle encouragée d’abord pour ces cerveaux de l’économie moderne, ensuite pour les favorisés de la vie, fils à papa ou pour nos étoiles sportives, culturelles est montrée partout comme une raison d’espérer. Ils gagnent de plus en plus et contribuent à nous faire rêver à nous convaincre de nous en sortir seul, par le courage, le travail, une télé réalité de tous les jours en fait.

La réalité est toute autre, l’égalité des chances n’existent pas et les offres de travail sont inférieures aux demandes. Les économistes appellent cela un déficit. Alors pas assez d’offres, ils partagent le travail, laissant des familles entières avec un pouvoir d’achat qui ne peut pas permettre de vivre dignement. Son rayon d’action : Le monde où il est à la recherche de moyens pour arriver à son seul objectif « gagner plus ». Conclusions : Les délocalisations ne sont pas terminées, tant qu’il y aura un pays aux salaires plus précaires, au P I B faible, la tournante n’est pas finie !

La diminution de la manne financière du pétrole les incite à trouver d’autres ressources de remplacement, y compris en détruisant les ressources alimentaires, un exemple, la fabrication incontrôlée du bio méthanol ‘alimentaire.’. Les ressources premières diminuent et là encore la noble recherche vers des produits de remplacement est sous leur contrôle économique. La libre circulation des peuples qui nous a été présentée comme une vertu du monde capitaliste, sera limitée par le pouvoir d’achat et par le travail « immigration choisie ».

Contre cette vision du monde, il ne peut y avoir qu’un changement de société : L’aménagement proposé par les forces libérales vient conforter la sociale démocratie dans l’idée qu’elle défend depuis sa création. Ils ont refusé et combattu le « socialisme » préférant se placer vers la confiance à la réussite individuelle avec une logique profonde et humaine, le développement économique va permettre de vivre mieux. Les « patrons » physiquement disparus, ils n’ont plus de pouvoir pour combattre ce capitalisme financier maître du monde. Sauver ce capitalisme reste leur objectif.

Le communisme leur fait peur. Peur de perdre leurs idéaux, peur de se déjuger, peur de reconnaître les erreurs historiques, peur ?. Alors de nouveau, ils retardent le nécessaire besoin de créer un monde sur le développement HUMAIN et non plus seulement économique. Certains recherchent de nouveaux alliés, d’autres créent des partis, anti capitalistes ou pas. Les économistes et conseillers politiques ont déclaré Marx n’est pas mort ! C’est le seul point qui me relie à Jacques Attali, mais il est vrai que lui a tout dit, même son contraire.

  • Notre congrès va-t-il choisir la facile recherche vers des rapprochements de points communs à un programme qui pourrait être défendu par un candidat de Gauche ?
  • Allons nous affirmer que ce monde économique n’est pas le notre et qu’il faut revenir à d’autres visions du développement humain ?

Je choisis cette difficile voie qui ne peut se réaliser qu’avec de larges alliances d’hommes et de femmes d’opinions diverses politiques, religieuses, humaines.

Fraternellement, Jean-Claude Lourdaux }}

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08