S’inscrire à l’infolettre :

Weinmann Gautier

Publié le 1er novembre 2008

Le problème du PCF, c’est que l’on milite tous de notre côté, que des actions d’envergure sont parfois lancées, mais que nous souffrons d’une image nationale et de positions politiques portées par nos dirigeants qui sont CATASTROPHIQUES pour notre efficacité politique.


Pourquoi ne pas dire clairement que le PS ferait la même politique que Nicolas Sarkozy ? Pourquoi faire croire aux couches laborieuses (et ce n’est pas péjoratif : oui, il existe une classe ouvrière, les salariés !) qu’un Gouvernement de gauche, même après avoir discuté des « grandes réformes progressistes », comme le dit le jargon de la direction, pourrait lutter un temps soi peu contre le capitalisme ?

Les leçons de la gauche plurielle ne sont pas tirées, comme les participations aux gouvernements de « gôche » pendant les années 80.

Le rôle du PCF, selon moi, c’est de catalyser la détresse sociale, d’en expliquer les raisons d’un point de vue marxiste, puis de créer des actions pour renverser le capitalisme, lentement mais sûrement.

Notre objectif devrait être le socialisme, pas un Gouvernement de gauche réformiste qui rechercherait à aménager la souffrance sociale dans le cadre du système et de l’Union européenne.

On fait des actions sur les fruits et légumes, les salaires, des marches… Très bien, et après ? Tant que notre démarche sera réformiste, toutes ces actions de base restent lettres mortes et ne sont que des coups de com’ sans lendemain.

Comme être crédibles quand la seule perspective proposée est les élections avec le PS, voire le MoDem ? (il ne faudrait pas l’oublier, nos dirigeants on cautionné cette alliance pour une poignée d’élus, il faudra bien clarifier cette position est en tirer toutes les conséquences)

Même en période de crise, il n’y a plus de Français dans les manif ! Sarko l’a bien compris et s’en félicite, et ce n’est pas seulement la faute des syndicats. Si tout le monde est acquis à son petit réformisme, à perdre toute son énergie dans la préparation, ici, des élections prud’homales, là, dans les accords de sommet avec le PS en vue d’un gouvernement bis de « gauche unie », rien ne pourra avancer !

Le boulot devant nous est énorme, dans nos sections, dans nos fédérations, et surtout au niveau national.

Il faut réarmer les adhérents politiquement, être toujours plus au contact des masses laborieuses, créer des cellules, leur donner les moyens d’exister, de vivre, de rassembler, changer nos pratiques les plus détestables que sont le bureaucratisme (toujours les mêmes aux mêmes postes, sans autocritique, sans changement, en dépit des échecs), l’opportunisme (avec le MoDem), le réformisme (« dépassement du capitalisme et Europe sociale »), en gardant ce qui fait de nous, en dépit des années de traversée du désert due à une politique liquidatrice, le PCF, parti de classe et identifié comme tel par la population et par l’imaginaire collectif.

Faire vivre le PCF, c’est une exigence de notre temps ! Gautier WEINMANN, cellule de Guesnain

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08