Accueil   >   Sections   >   Valenciennes

Contre la dégradation économique

S’inscrire à l’infolettre :

Le PCF du Valenciennois lance "l’appel du Valenciennois"

Publié le 12 juin 2013

Télécharger l’article
PDF - 96.7 ko
Voix du Nord

Contre la dégradation économique, le Parti communiste lance « l’appel du Valenciennois »

Publié le 11/06/2013 - Par La Voix du Nord

Des plans sociaux en préparation, des investissements arrêtés, des sites menacés de fermeture. Ici comme partout, la situation économique s’est brutalement dégradée. Mais le PCF ne veut pas se résoudre à cette fatalité. D’autant que le Valenciennois ne manque pas d’atouts. Alors, il lancce « l’appel du Valenciennois », réclame un plan d’urgence, fait des propositions. Élus et militants se sont réunis lundi soir à l’espace Pierre-Richard pour en débattre.


Avec 16,8 % (contre 11 % en 2008), le Valenciennois, où 34 700 personnes sont privées d’emploi, détient le taux de chômage le plus élevé du département et le deuxième de la région. Fabien Roussel, secrétaire départemental du PCF, a cadré la démarche, motivée par « l’urgence de tirer la sonnette d’alarme, pour sortir l’arrondissement de la spirale du déclin ». Chacun y est allé de son message. Pour le conseiller général Jean-Claude Dulieu, « il faut marcher sur les deux pieds », préserver ce qui existe et s’appuyer sur les métiers d’avenir, comme ceux du numérique. « Ne tombons pas dans le travers du tout tertiaire, il faut défendre l’industrie », plaide Joël Gaillet, vice-président à Valenciennes Métropole, qui constate que dans l’ancien berceau d’Usinor on en est aujourd’hui à « chercher des chaudronniers ». La maire de Prouvy Isabelle Choain s’inquiète de la perte de compétences des communes, qui va les « éloigner des demandes de leur population ».

La dégradation touche d’autres secteurs. Comme la santé. « Les hôpitaux sont engorgés, ça devient un luxe de se soigner », déplore Carole Moreira, syndicaliste. Le conseiller général Michel Lefebvre en appelle « à un traitement inégalitaire » pour le Valenciennois et, pour satisfaire les besoins en médecins, demande que le gouvernement « fasse sauter la barrière du numérus clausus ». Le logement : 12 000 demandes sont insatisfaites, malgré les 2 000 logements (dont 650 sociaux) construits chaque année. Constatant que 80 % des logements ont besoin d’une réhabilitation énergétique, Gérard Dechy, président d’une association d’économie solidaire, milite pour une « autoréhabilitation accompagnée ». L’éducation : élu à Saint-Amand et enseignant à Condé, Pascal Ruciak estime, en regard des 60 000 créations de poste annoncées, qu’il faudrait déjà « utiliser correctement ceux qui existent ».

Le PCF réclame un moratoire sur les licenciements : « Le premier appel à lancer est la suspension de tous les plans sociaux », martèle Fabien Roussel. Fabien Thiémé rappelle l’espoir de 4 500 emplois directs liés à l’arrivée du canal Seine-Nord. Des propositions sont formulées. En matière de logement, un moratoire des expulsions, la réquisition des logements vacants et un vaste plan de réhabilitation énergétique, notamment ; Jean-Claude Dulieu en appelle à la création d’un service public du logement qui se traduise par la suppression de la politique de zonage (le Valenciennois n’est pas considéré, à l’inverse de la métropole lilloise, comme une zone tendue, ce qui l’écarte d’aides de l’État). En matière de santé, la création de postes, évaluée à une centaine, pour compenser les 165 000 heures supplémentaires cumulées sur une année par nos trois hôpitaux publics, et le scanner qu’attend toujours celui de Saint-Amand. Pour la jeunesse, qui représente 34,5 % de la population, une aide à la mobilité, le renforcement des filières industrielles dans les lycées et le maintien des 15 classes menacées dans le primaire.

Et au coeur du débat, inévitablement, le pouvoir d’achat : « C’est la première chose que les gens nous disent : tout augmente, sauf les salaires et les pensions, pointe Fabien Roussel. Ça, nous allons le dire. » Le dire à Lille, à Paris « s’il le faut ». Avec quelle chance d’être entendus ? B. D.

« L’appel du Valenciennois », siège du PCF, place de Trith. Pétition en ligne sur www.lappelduvalenciennois.sitew.fr ; messages à adresser à lappelduvalenciennois@yahoo.fr

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08