Accueil   >  Douaisis

Douaisis

S’inscrire à l’infolettre :

CONFÉRENCE DE PRESSE DES COMMUNISTES DU DOUAISIS POUR LES MUNICIPALES

Publié le 30 septembre 2013

CONFÉRENCE DE PRESSE DES ÉLUS COMMUNISTES DU DOUAISIS

CÉCILE DÉMARÉCAUX, JACQUES MICHON, ALAIN BRUNEEL


"FACE À UN PRÉSIDENT QUI VEUT FAIRE PAYER LA CRISE AU PEUPLE, ALORS QU'IL AVAIT DIT QUE SON ADVERSAIRE, C'ÉTAIT LA FINANCE, IL NE  FAUT PAS S'ÉTONNER QUE LE PEUPLE LUI RÉPONDE DANS LES URNES LORS DES PROCHAINES MUNICIPALES DE MARS 2014 EN POLITISANT LEUR VOTE, EN CHOISISSANT DES ÉLUS PROCHES DE LEURS PRÉOCCUPATIONS, QUI LUTTENT AVEC EUX CONTRE LES RÉFORMES NÉFASTES DU GOUVERNEMENT, À SAVOIR LES CANDIDATS ET ÉLUS COMMUNISTES..."


DANS "L'OBSERVATEUR DU DOUAISIS"

 L'OBSERVATEUR DU DOUAISIS FAIT ÉCHO À LA CONFÉRENCE DE PRESSE DES ÉLUS COMMUNISTES DU DOUAISIS EN CES TERMES



"PAS DE SURPRISES. TOUS LES MAIRES COMMUNISTES VONT SE REPRÉSENTER AUX ÉLECTIONS MUNICIPALES : JEAN-CLAUDE QUENNESSON À SOMAIN, MICHEL MEURDESOIF À ANICHE, JEAN-JACQUES CANDELIER À BRUILLE-LEZ-MARCHIENNES, JACQUES MICHON À WAZIERS, ALAIN BRUNEEL À LEWARDE, ISABELLE LEPOIVRE À LÉCLUSE, FREDDY KACZMAREK À AUBY, THIERRY DANCOISNE À LALLAING"
ET D'AJOUTER, CITANT ALAIN BRUNEEL :
"LE CONTEXTE ÉCONOMIQUE ET LA POLITIQUE NATIONALE VONT PESER SUR CES ÉLECTIONS. ET NOUS AVONS BIEN L'INTENTION DE POLITISER LE SCRUTIN"

TROIS EXEMPLES DE RÉFORMES NÉFASTES : LES RETRAITES, L'ACTE 3 DE LA DÉCENTRALISATION ET LES RYTHMES SCOLAIRES.


ALAIN BRUNEEL PRÉVIENT : 

"NOUS SOMMES OPPOSÉS À LA RÉFORME DES RETRAITES, NOUS CRAIGNONS QUE L'ACTE TROIS DE LA DÉCENTRALISATION, AVEC L'ARRIVÉE DES MÉTROPOLES, NE SIGNE L'ARRÊT DE MORT DES COMMUNES. LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES A ÉTÉ FAITE DANS LA PRÉCIPITATION, SANS CONCERTATION (6 COMMUNES SEULEMENT SUR 64 DU DOUAISIS L'APPLIQUENT ). MAIS SURTOUT LES COMMUNES VONT DEVOIR FINANCER DES ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES. OR, LES COMMUNES N'ONT PLUS D'ARGENT, LES DOTATIONS DE L'ÉTAT NE CESSENT DE DIMINUER."

JACQUES MICHON CONCLUT :

"NOUS VOYONS DES GENS DANS NOS PERMANENCES QUI CHERCHENT DU BOULOT ET UN LOGEMENT. DES GENS SE PRENNENT DES CLAQUES TOUS LES JOURS. ET PENDANT CE TEMPS, LES DIVIDENDES DES ENTREPRISES DU CAC 40 N'ONT JAMAIS ÉTÉ AUSSI ÉLEVÉS. LE GOUVERNEMENT NE CESSE DE FAIRE DES CADEAUX AUX PATRONS" 


ET DANS "LIBERTÉ HEBDO"
Douaisis : le PCF appelle au rassemblement 


Réforme territoriale, rythmes scolaires, retraites, augmentation des prix de l’énergie… Voilà autant de sujets qui cristallisent le mécontentement des élus de terrain et de leur population, selon les élus du Douaisis. 
Autour d’Alain Bruneel, président de l’Association départementale des élus communistes et républicains, ils sont ainsi revenus sur les trois volets de l’acte 3 de la décentralisation. Après le renforcement des pouvoirs des métropoles, au détriment des communes (qui revient à l’Assemblée nationale prochainement), les parlementaires se pencheront sur les pouvoirs des conseils régionaux et, après les municipales, sur la gouvernance locale. En clair : quelle place accorder à la démocratie de proximité ? « Renforcer les pouvoirs de la métropole, c’est supprimer la démocratie locale. Les communes n’auront plus de pouvoir en matière d’urbanisme par exemple », explique Alain Bruneel.
A terme, il alerte sur « la disparition des services publics de proximité ». Et qu’en pense le citoyen ? « On ne lui demande même pas son avis ! », déplore le conseiller général. D’où les initiatives mises en place par les communistes, dont une campagne de cartelettes-pétitions, pour exiger un referendum
C’est la même méthode que critiquent les élus dans la mise en place des rythmes scolaires, qui s’imposera à toutes les communes dès la rentrée 2014, quitte à « renforcer les inégalités entre les communes qui pourront supporter le surcoût du transport, du chauffage et du salaire des animateurs des activités péri-scolaires ». « Tout cela s’inscrit dans un contexte de réduction des dotations de l’Etat aux collectivités, engagé par Nicolas Sarkozy et poursuivi par François Hollande », rappelle Alain Bruneel. Dans sa commune, la baisse de la dotation globale de fonctionnement a ainsi fait perdre 50.000 euros à sa commune depuis 2009, a-t-il calculé. « C’est de l’argent en moins pour les associations, les activités des enfants, etc. »
Avant les élections municipales de mars, « on va devoir expliquer cela aux citoyens », résume le maire de Lewarde. Comme la plupart des treize élus communistes et républicains du secteur, il est candidat à sa succession. 

Municipales « très politisées »

Les discussions ont déjà commencé avec les autres forces de gauche pour le « rassemblement », dans des listes portées une candidature PCF (Waziers, Lewarde…) ou non, comme à Sin-le-Noble où, face à la multiplication des intentions à gauche, la section travaillera avec une tête de liste divers gauche. A Douai même, « la section prendra sa décision dans le mois qui vient », indique Odile Hage, conseillère municipale.   
Si l’implantation locale des candidats compte, les communistes s’attendent aussi à ce que « les élections (soient) très politisées », affirment Alain Bruneel et Jacques Michon. Le maire de Waziers, au sujet des mesures prises en faveur des entreprises au détriment des salariés dans la réforme des retraites, ne décolère pas contre le choix du président de la République « de faire payer la crise au peuple ». « Ce n’est pas ce qu’il avait promis. N’avait-il pas dit que son principal adversaire, c’était la finance ? », rappelle-t-il.   
Le PCF diffuse un modèle de lettre à adresser au président de la République sur ce thème. « Il faudra bien qu’il réponde », lâche Alain Bruneel.

MH

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08