Charles Beauchamp

S’inscrire à l’infolettre :

Intervention de Charles BEAUCHAMP sur le budget du SDIS

Publié le 19 décembre 2017

Le SDIS, c’est l’exemple même du désengagement de l’Etat et du transfert de charges vers les collectivités et leur groupement.

La sécurité civile est pourtant l’une des missions régaliennes de l’Etat.

Depuis 1996, les collectivités et en particulier le Département payent et l’Etat utilise personnels, moyens et équipements. Il nous semble important de le rappeler.

L’asphyxie financière organisée des Départements ne facilite pas l’organisation des secours.

Parce que c’est bien de cela dont il s’agit la sécurité, la protection des Nordistes et de leurs biens.

Vous proposez l’attribution d’une subvention de 94,5 millions d’Euros dont 2 millions en direction des investissements. C’est trop peu.

Trop peu au regard des recrutements de Sapeurs-Pompiers Professionnels à réaliser.

Le manque d’effectifs opérationnels serait de 235 et le manque d’officiers serait de 100.

Ce manque d’effectifs conduit à dégarnir certains services prévention prévision et autres, au profit de l’opérationnel.

Une convention a été signée en juillet 2017 mais déjà pour revenir à l’état antérieur de 2183 Sapeurs-Pompiers Professionnels, il manque 375 Sapeurs-Pompiers Professionnels nous dit-on.

Puisque nous n’opposons pas volontaires et professionnels la crise du volontariat est également problématique dans certains CIS notamment ruraux là aussi il appartient à l’Etat de prendre des mesures incitatives pour ce développement du volontariat.

Vous allez poursuivre les PPI en direction des CIS c’est une nécessité pour les conditions de travail des agents.

Si nous vous rejoignons dans vos actions contre les agressions dont sont victimes les Sapeurs-Pompiers et les Services Publics en général sachez aussi que nous désapprouvons votre action en justice contre l’ensemble des organisations syndicales qui informaient la population de leurs conditions de travail par des moyens originaux mais efficaces. Mais la justice leur a donné raison au titre du droit de la liberté d’expression et nous en sommes satisfaits.

Nous réaffirmons une fois de plus que l’amélioration des SDIS passe par d’autres financements par exemple la taxation des profits réalisés par les compagnies d’assurances, le remboursement par la CPAM des transports médicaux, la mise à contribution des sociétés autoroutières.

Cela passe par une volonté politique qui a fait défaut depuis 1996 qu’il est urgent d’imposer.

Nous ne votons pas cette subvention insuffisante.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08