Alain Bocquet

S’inscrire à l’infolettre :

« L’avenir de l’industrie ferroviaire » – Alain BOCQUET pose une question orale à l’Assemblée nationale

Publié le 26 avril 2016
Voir l'article sur le site d'origine :
http://www.alainbocquet.com/?p=2357

Monsieur le Ministre,

« L’industrie française de matériel ferroviaire est en panne !
Lors d’une réunion du comité stratégique de cette filière le 11 janvier 2013 dans le Valenciennois, un espoir était né. On ne pouvait que se féliciter d’y entendre, de la bouche des trois ministres présents : « Bichonner les PME de l’Industrie ferroviaire », « Mettre les bouchées doubles sur l’innovation technologique » ; « Défendre le patriotisme économique » ; « Reconquérir les marchés délocalisés » ; « Le TGV du futur » ; « 5 à 6 milliards d’euros de commandes potentielles »….
Depuis, c’est l’immobilisme pour une industrie que l’austérité frappe de plein fouet. Le Président de la Fédération des Industries ferroviaires vient de lancer un cri d’alarme sur le risque « d’une perte de 10 000 à 15 000 emplois » dans ce secteur. Selon lui : « Si rien ne se passe, le chiffre d’affaires sur le matériel roulant devrait être divisé par trois à l’horizon 2020 ». Les plans de charge d’Alstom, Bombardier et de leurs fournisseurs donnent une visibilité jusqu’à la mi 2017…après c’est le vide !
Douze automotrices viennent d’être commandées à Bombardier sur un marché de 372 trains signé il y a 10 ans ! A ce rythme, il faudra encore 10 ans pour aller au terme du contrat…. Si l’usine existe toujours ?
La décision gouvernementale dénoncée par les syndicats, de ne pas inscrire dans le cadre du contrat porteur existant, le renouvellement des trains d’équilibre (TET) (270 commandés sur 1000), et d’ouvrir la porte, par la relance d’un appel d’offres, à des concurrents allemands ou espagnols, en dit long en terme de renoncement national !
Il est temps aussi, de débloquer la politique d’achat des Régions en leur en donnant les moyens ; de diversifier l’activité en travaillant sur de nouveaux matériaux, sur l’intermodalité…
Troisième industrie ferroviaire mondiale, la France peine à garder son rang faute d’une stratégie industrielle et d’une impulsion politique à la hauteur des enjeux. Innovation et production doivent en être les maîtres mots.
Le rapport, voté à l’unanimité, de la commission d’enquête parlementaire (que j’ai eu l’honneur de présider) de juin 2011 est un point d’appui toujours d’actualité.
Quelles mesures urgentes le gouvernement va-t-il prendre pour arrêter cette mort lente, d’abandon de notre industrie ferroviaire, industrie d’avenir, s’il en est, pour la France et un atout pour l’Europe.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08