Accueil   >   Elections   >   Législatives 2017   >  Arnaud Marié

Arnaud Marié

S’inscrire à l’infolettre :

La comédienne Josiane Balasko apporte son appui aux candidats PCF pour les législatives

Publié le 31 mai 2017

Selon l'actrice, « on ne parle plus du FN, mais il est toujours là ». M. Bunel/Nurphoto/Zuma/Rea

La comédienne Josiane Balasko apporte son appui aux candidats PCF pour les législatives, dont elle partage, sans être communiste, de nombreux engagements.

  • Pourquoi avez-vous décidé de soutenir les candidats communistes aux législatives, en particulier Maxime Cochard, dans la 10e circonscription de Paris ?

Josiane Balasko : Leur discours n'est pas un discours de haine ou de démolition, mais de construction, cela m'a intéressée. Je ne suis pas communiste, mais ce sont des gens honnêtes qui font un bon boulot dans les quartiers. Ils se mobilisent pour l'aide aux personnes dans le besoin – et il y en a énormément –, contre le mal-logement, pour le secours aux réfugiés… Ce sont des engagements qui me parlent. Le Parti communiste a toujours été là dans les communes, avec ses militants et ses représentants, pour aider les gens. C'est pour cela que j'ai eu envie de les soutenir et que j'appelle à voter pour eux. Et puis, il faut qu'il y ait une parité aux législatives. Après le travail que les communistes ont fait, ce serait injuste qu'ils soient réduits à la portion congrue. Pour ma part, j'ai simplement envie que les gens puissent vivre un peu mieux, qu'ils n'aient pas de problème pour boucler leurs fins de mois et remplir leur Caddie. Beaucoup de gens vivent très misérablement. Je passe mon temps à me balader en tournée, et je vois la désertification gagner les campagnes, les centres-villes. On ressemble maintenant aux villes américaines où il n'y a plus rien dans le centre et où il faut faire dix bornes pour aller s'acheter de la bouffe industrielle.

  • Après l'élection présidentielle, pour laquelle vous n'avez pas soutenu de candidat, quel regard portez-vous sur la situation politique ?

Josiane Balasko : Comme beaucoup de Français j'ai été voté Macron, non pas parce que j'étais absolument pour lui, mais parce qu'il fallait impérativement barrer la route au Front National. Il n'y avait pas 36000 solutions. J'attends de voir ce qui va se passer puisque peu de choses ont été dites ou faites depuis la présidentielle. Mais il est impératif pour la démocratie que plusieurs partis républicains, plusieurs partis du peuple soient représentés à l'Assemblée nationale. Et notamment la gauche. Le PS est très mal barré, Macron veut réunir tout le monde et Mélenchon tuer toute la gauche à part lui. Pour moi, les législatives sont aussi importantes que l'élection présidentielle. Ce sont elles qui permettent d'avoir une réelle représentation et que chacun puisse s'exprimer. Pour l'instant on ne parle plus du FN, mais il est toujours là. Ce n'est pas parce qu'ils ont été recalés à la présidentielle qu'ils n'existent plus. En revanche, on parle beaucoup d'un raz-de-marée Macron en juin. Il est très photogénique mais on ne sait pas ce qui va se passer. J'espère qu'il y aura des surprises.

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08