Accueil   >  Lille

Lille

S’inscrire à l’infolettre :

La loi Travail XXL : C’est toujours non !

Publié le 6 septembre 2017

Les réformes qui depuis plus de 30 ans ont flexibilisé l'emploi en France n'ont pas permis de lutter efficacement contre le chômage. Au contraire, elles ont précarisé l'emploi, aliéné le travail et fragilisé l'économie. Avec la loi travail, Emmanuel Macron veut aller encore plus loin en soumettant le travail aux exigences du patronat et de la finance.

A travers sa loi travail, le gouvernement tente de maquiller, derrière une communication axée autour de la modernité et de la liberté, une politique qui ne servira en bout de course que les grands intérêts industriels et financiers au détriment des conditions de travail et de la rémunération des travailleurs.

Muriel Pénicaud, ministre du travail, détaille le plan d'attaque du gouvernement dans le JDD : « Cette réforme, ce n'est pas seulement celle du Code du travail, mais c'est un ensemble : droit du travail, retraites, pouvoir d'achat, apprentissage, formation professionnelle, assurance chômage. Quatre de ces réformes sont dans mon champ de responsabilité. Aucun de ces six éléments ne peut se comprendre sans les autres. C'est un Rubik's Cube : on ne réussit pas un côté sans réussir l'autre. »

En effet, ces ordonnances ne sont qu'une étape de plus d'un grand projet patronal de « précarité de masse » dans lequel s'inscrivaient déjà les lois Macron et El Khomri.

Au menu de loi travail XXL

La loi travail engraisse les plus riches et laisse les travailleurs sur leur faim :

  1. L'inversion de la hiérarchie des normes déjà engagée avec la Loi El Khomri est ici confirmée avec l'ouverture de nouveaux champs de négociation aux entreprises. La primauté de l'accord d'entreprise, même moins favorable, sur l'accord de branche va s'accentuer dans la plupart des domaines (primes, indemnités diverses, congé de maternité, etc..). La primauté de l'accord de branche sur la loi s'élargit considérablement (ex : durée et renouvellement des CDD, contrats de chantiers).
  2. Ces mesures n'auront qu'un seul effet : l'amplification du dumping social, en accentuant la mise en concurrence des PME et PMI et de leurs salariés. Cela va aggraver l'insécurité sociale de ces entreprises toujours plus placées sous l'emprise des donneurs d'ordres. Et la liste des régressions au menu de cette réforme sont encore nombreuses : rupture conventionnelle collective, réduction du délai de saisine des prud'hommes, plafonnement des indemnités …

Un autre chemin existe pour permettre le plein emploi et la satisfaction des besoins. Celui du combat contre le coût du capital alors que les dividendes versées aux actionnaires s'envolent ! Il faut augmenter les salaires répartir autrement les richesses et réduire le temps de travail, et assurer la sécurité d'emploi et de formation permettant de ne plus passer par le chômage après la perte d'un travail.

Dans ce cadre, les communistes appellent à se mobiliser massivement dans la rue dès le 12 Septembre à l'appel de la CGT, FSU, et Solidaires pour faire barrage à cette véritable attaque en règle de la protection des salariés et de nos conquêtes sociales !

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08