Regards.fr - La fabrique de la politique

S’inscrire à l’infolettre :

Zoe Konstantopoulou : « Mélenchon ne trahira pas son peuple comme l’a fait Tsipras »

Publié le 21 avril 2017

Ex-présidente de l'Assemblée grecque, Zoe Konstantopoulou a quitté Syriza et créé son mouvement. Animatrice du "Plan B" pour l'Europe, elle a exprimé son soutien à Jean-Luc Mélenchon, et nous explique les raisons des espoirs placés dans sa candidature.

Regards. Vous avez participé à la marche de Jean-Luc Mélenchon. Vous avez aussi envoyé un message de soutien à sa candidature. Quel espoir représente-t-il à vos yeux ?

Zoe Konstantopoulou. L'espoir de changer le cours de l'histoire, pour l'Europe entière ! Jean Luc Mélenchon mène une lutte qui nous concerne tous : la lutte de la démocratie, la paix, la liberté, la souveraineté des peuples… La lutte pour la dignité de tout être humain. Je considère qu'il est un devoir politique, moral et démocratique, pour moi et pour notre mouvement politique Trajet de Liberté, de soutenir, de tout cœur et avec toutes nos forces, la candidature de Jean Luc aux présidentielles. Non seulement parce que la totalité de son programme, l'Avenir en commun, fait résonner les principes et les valeurs pour lesquelles nous nous battons ici en Grèce. Mais aussi, principalement, parce qu'il défend d'une manière sincère et intègre ce qui constitue le cœur de notre existence : la maîtrise de nos vies et de notre destin, la jouissance de nos droits en démocratie, en liberté et en dignité, la libération des peuples, des jeunes et des générations futures de la tyrannie de la finance et de la bureaucratie oligarchique de l'Union européenne.

Le volet européen de son programme est essentiel à vos yeux ?

Jean-Luc Mélenchon se bat pour la chute de l'ordo-libéralisme qui constitue le nouveau totalitarisme imposé aux peuples de l'Europe, à travers des instruments de subordination, telle que la dette publique. Il s'agit de la bataille historique de nos générations. Et Jean Luc, avec la France insoumise, incarne l'espoir que les peuples seront les vainqueurs de cette bataille.

« Jean Luc Mélenchon a inclus dans son programme l'audit de la dette française dans le même esprit que celui de notre comité : protéger les peuples de la subordination qui s'impose par l'endettement illégal. »

Lesquelles de ses propositions font écho à vos engagements en Grèce ?

L'engagement de Jean Luc Mélenchon à dire "non" à des pratiques de chantage de l'UE et à défendre le droit des peuples à la liberté, à la paix et à un audit de la dette sont au centre des actes nécessaires pour rétablir la démocratie en Europe. En Grèce, il y a eu un vrai coup d'État contre le mandat populaire du référendum du 5 juillet 2015. Le peuple a alors dit "non" à des mesures de subordination, de misère et de liquidation de la propriété publique imposées pour le remboursement d'une dette illégale. Et, sous la menace de la coupure des liquidités, Tsipras a accepté de violer ce mandat populaire obligatoire, de dissoudre le Parlement et d'imposer une politique du "oui" – tout ce contre quoi le peuple résistait. C'était une trahison, un acte contre la démocratie et contre le peuple, qui a exercé son droit de refuser de se soumettre à des mesures insoutenables pour payer une dette illégitime, illégale et odieuse, comme le révélait le rapport préliminaire du Comité de vérité sur la dette publique, que j'avais fondé en tant que présidente du Parlement, en 2015.

La question de la dette est centrale pour la France comme pour la Grèce ?

Jean Luc Mélenchon a inclus dans son programme l'audit de la dette française dans le même esprit que celui de notre comité : protéger les peuples de la subordination qui s'impose par l'endettement illégal. Je pense que c'est un engagement qui fait peur à ceux qui cherchent à imposer aux peuples le coût de leur propre corruption, de leur propre mauvaise gestion et de la promotion de leurs propres intérêts.

Vous êtes membre, comme Jean Luc Mélenchon, du Plan B. L'arrivée au pouvoir de ce candidat de gauche permettrait-elle un changement du rapport des forces dans l'UE ?

La question du rapport des forces dans l'UE ne se limite pas à la la géographie politique et à ses différences (gauche, centre, droite, extrême droite etc). Elle concerne d'abord la restitution et l'expression de la force du peuple qui va bouleverser le système pourri de l'UE, tel qu'il a été édifié hors des procédures démocratiques : il suffit de considérer les taux d'abstention aux élections européennes dans tous les pays pour se rendre compte que cet édifice n'a jamais reçu de légitimation démocratique. C'est pourquoi il détourne systématiquement l'expression de la volonté populaire.

« La vraie question est la suivante : pouvons-nous former une Europe de solidarité, une Europe réellement consacrée à la prospérité des peuples et des sociétés ? »

Que signifierait son élection, sur le plan européen ?

Jean Luc Mélenchon est une personnalité politique qui dépasse la gauche et s'adresse au peuple français dans son ensemble, au nom de la souveraineté populaire et du droit des citoyens à désobéir et à résister. C'est pourquoi il peut vraiment changer le rapport de forces, en faveur des peuples, des citoyens, des insoumis dans toute l'Europe.

Mais est-il vraiment possible de réformer l'Union européenne ?

La vraie question est la suivante : pouvons-nous former une Europe de solidarité, une Europe réellement consacrée à la prospérité des peuples et des sociétés ? La réponse est oui. Mais cette Europe, malgré l'article 3 des Traités, qui le préconise, n'est pas l'Union Européenne, qui détruit mon peuple depuis 7 années. Pour moi, en tant que Grecque, il est temps de fonder notre propre Europe, celle des peuples, des citoyens et de la paix. Il faut construire l'alternative qui constituera notre terre commune. L'initiative pour un Plan B, dont Jean Luc Mélenchon a été l'instigateur après le coup de 2015 en Grèce, et que j'ai signée en tant que co-initiatrice, a justement pour objectif d'assurer que les peuples européens et la démocratie ne seront pas sacrifiés pour sauver une monnaie et une bureaucratie.

Vous semblez appeler à un nouveau front de résistance aux politiques néolibérales. Est-ce votre aspiration ?

Oui. La résistance, la désobéissance, la révolte contre l'oppression sont notre arme, mais aussi notre héritage et notre destin. Il y a une majorité silencieuse partout en Europe que les intérêts financiers, bancaires et politiques veulent désactiver et marginaliser, en lui niant les droits démocratiques et en la traitant comme une minorité. Cette majorité des peuples et des citoyens est l'acteur de l'histoire. Et il est impératif qu'elle assume son rôle historique. Je sais que Jean-Luc Mélenchon sera un président au service de cette grande majorité. Un président insoumis. Je sais qu'il ne trahira pas son peuple comme l'a fait Tsipras. C'est pourquoi je m'adresse aux Français et aux Françaises pour leur dire : vous tenez entre vos mains une opportunité historique de changer le cours de l'histoire. Ne la lâchez pas !

[Lire aussi : Yanis Varoufakis : « La présidentielle française devrait être un moment de changement dans l'Europe »]

Partenaires

‹
›

Recevoir l'infolettre :

Parti Communiste Français
Fédération du Nord

18 rue Inkermann
BP 1233 59000 Lille
Tél : 03.20.63.08.08