Conseil Départemental du Nord
Séance des 21 ET 22 mars 2022

“Monsieur le Président, Chers collègues,

Au nom du groupe communiste je renouvelle toute notre solidarité avec le peuple ukrainien. Nous pensons à ces enfants, ces femmes, ces hommes, ces familles dans l’enfer de la guerre, contraints à l’exil pour beaucoup d’entre eux ou de se terrer dans les ruines de leurs villes. Une véritable catastrophe humaine.

Toute notre solidarité aux pacifistes russes.

Le groupe communiste condamne le choix irresponsable de Vladimir POUTINE d’envahir l’Ukraine et de persister dans ce choix.

Aucun pays, aucune nation ne peut accepter que le droit international, que l’intégrité territoriale d’un Etat soient bafoués.

L’Histoire récente nous rappelle que, malheureusement, des peuples ont subi de telles exactions.

Rien ne saurait justifier la politique de violence de Vladimir POUTINE. Loin de défendre les intérêts de son peuple, son autoritarisme, son nationalisme, ses proximités avec l’extrême droite européenne ne servent qu’à défendre les intérêts des oligarques et du capitalisme financier.

Une politique qui a plongé une grande partie du peuple russe dans la pauvreté et les inégalités.

Bien sûr nous pourrions débattre de ce qui a précédé ce conflit depuis ces 30 dernières années, de la part des Etats Unis et de certains pays membres de l’OTAN qui n’ont eu de cesse de vouloir implanter de nouvelles bases militaires aux portes de la Russie ou encore le non-respect par l’Ukraine des accords de MINSK.

L’heure n’est pas à ce débat.

Aujourd’hui le risque d’un conflit mondial est élevé. Le Président russe a brandi l’arme nucléaire. Tout doit être fait pour bloquer cette spirale.

Oui la communauté internationale doit isoler politiquement, diplomatiquement et économiquement le régime de POUTINE afin de le contraindre au cessez le feu et au retrait de ses troupes.

En décidant de financements pour l’envoi d’armes aux forces ukrainiennes afin de résister à l’agression russe, l’Union Européenne a brisé un tabou. Ce revirement aura des répercussions à long terme.

En aucun cas il ne faut rajouter de la guerre à la guerre au risque de conduire le continent européen tout entier au bord d’un engrenage infernal.

Il suffit d’une étincelle.

« On ne fait pas la guerre pour se débarrasser de la guerre » écrivait Jean Jaurès. L’Histoire lui a donné raison à maintes reprises.

Si les sanctions économiques massives auront tôt ou tard des effets sur la Russie, pendant ce temps-là le drame se poursuit : les pilonnages se multiplient, les bombes à fragmentation s’abattent sur les villes, le chaos progresse. Le nombre de victimes augmentent.

Avec cette guerre les tarifs du pétrole, du gaz, de l’électricité s’envolent rendant plus difficiles encore la vie des gens en France et ailleurs. La hausse des cours mondiaux des céréales menace la sécurité alimentaire mondiale, celle des prix des produits de base vont aggraver les problèmes de mal-vie, de faim et de famine.

Dans le même temps les spéculateurs vont encore s’enrichir scandaleusement sur le malheur et la souffrance des populations.

Du fait de son histoire, la France a une voix singulière à faire entendre en faveur de la Paix et du droit des peuples. En toute souveraineté elle doit plutôt jouer un rôle moteur et actif pour une sortie rapide du conflit, tout mettre en œuvre pour s’opposer aux surenchères guerrières d’où qu’elles viennent et porter fermement en utilisant son siège au Conseil de Sécurité, l’offre d’une conférence européenne, bien sûr y compris avec la Russie et l’Ukraine, de coopération et de sécurité collective de notre continent et évidemment en agissant pour le désarmement nucléaire.

Face à la détresse du peuple ukrainien le groupe communiste salue le mouvement de solidarité du peuple de France. Notre groupe approuve les orientations de la délibération, à savoir

  • La contribution financière du Département au fonds d’action extérieure des collectivités territoriales (FACECO)
  • La mobilisation d’une centaine de logements Partenord ainsi que d’une cinquantaine de logements de fonction, en collège, vacants dans les collèges en demandant que la localisation de ces logements ne se situe pas uniquement en zones non tendues.
  • Et bien sûr l’accompagnement social.

Nous voterons cette délibération.”

Charles Beauchamp

Président du groupe communiste et Républicain

Membre de la commission finances, ressources humaines, administration générale, contrôle de gestion, qualité du service public

Membre de la commission développement de l’espace rural, environnement, politique de l’eau