SOS HOPITAL DE MAUBEUGE
LE 15 OCTOBRE, MANIFESTONS

Alors que la santé doit être une priorité, notamment en période de pandémie, la situation au centre hospitalier de Maubeuge est catastrophique.
Tous les indicateurs sont au rouge.

Avec le nouvel hôpital trop petit et mal adapté, des services ont été privatisés, des dizaines de lits et d’emplois ont été supprimés pour des raisons d’économie et pour réduire un déficit que l’état a volontairement provoqué.

Alors que l’hôpital est déjà en sous-effectif (il manque une trentaine d’infirmiers), plusieurs emplois sont menacés.
Le personnel court d’un patient à l’autre, les journées de travail sont harassantes, ce qui n’est pas sans conséquence sur la prise en soin des personnes hospitalisées.

C’est une situation désastreuse qui ne peut plus durer !

En effet, en Sambre-Avesnois, la mortalité prématurée est supérieure de 41% à la moyenne en France, La surmortalité toutes causes sur le territoire dépasse aussi le niveau national, de 33 % chez les hommes, et de 27 % chez les femmes.

De plus, le nombre de médecins de ville pourrait passer de 114 à 65, sur notre territoire dans les cinq prochaines années.

Alors que la santé doit être une préoccupation majeure, on applique des directives nationales d’austérité consistant à asphyxier l’hôpital public sans tenir compte des besoins sanitaires de la population.

Le gouvernement et l’ARS ont volontairement ignoré la situation déplorable du nouveau centre hospitalier et les alertes lancées par les élus et les syndicats. Ce mépris est inacceptable !

Il est urgent d’engager une nouvelle stratégie nationale de santé et de redonner du souffle à l’hôpital public.

La santé est un droit ! la France a les moyens d’une politique ambitieuse de prévention et de prise en charge des soins à 100% dans le cadre d’un système de santé publique.

Comme le proposent les communistes, des mesures urgentes doivent être prises :

  • Arrêt des privatisations des hôpitaux publics et amélioration des conditions de travail.
  • Fin du financement à l’activité (T2A).
  • Financement intégral et immédiat de la dette hospitalière par l’état.
    Développement des hôpitaux de proximité.
  • Création de100 000 emplois dans tous les métiers de la santé et titularisation de tou-te-s les contractuel-le-s.
  • Ouverture de 12 000 places d’étudiants en médecine par an au lieu de 8 000 actuellement et des moyens supplémentaires pour les universités.
  • Suppression des quotas pour les formations médicales et paramédicales.
  • Suppression des franchises médicales et des participations forfaitaires.
  • Disparition des dépassements d’honoraires.
  • L’état doit agir contre les déserts médicaux et créer des centres de santé sur tout le territoire.

Le 15 octobre, comme nous l’avons fait pour MCA, rassemblons-nous, mobilisons-nous pour le centre hospitalier et pour le droit à la santé.

Le gouvernement doit dégager les moyens d’urgence nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du centre hospitalier et garantir le droit à la santé pour la population de Sambre-Avesnois.

à l’initiative de Bernard Baudoux, président de l’Agglo, le député de la circonscription et le maire de Maubeuge, les syndicats du centre hospitalier, appellent à manifester été le 15 octobre, à 10h devant l’hôpital.

Ensemble, faisons-nous entendre et réclamons :

  • L’embauche immédiate de personnel de santé pour assurer l’accueil et les soins aux patients dans de bonnes conditions ainsi que l’amélioration des conditions de travail.
  • La titularisation des CDD.
  • L’agrandissement de l’hôpital.
  • La réalisation d’un nouveau parking.
  • L’arrêt des privatisations des services.

Les communistes de Sambre-Bavaisis